Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Sur les pas de François de Sales Sur les pas de François de Sales

Les religions font la Une

Annecy : la Fédération des Médias catholiques a organisé les Journées François de Sales, rendez-vous annuel des médias chrétiens et des journalistes d’information religieuse. Après une année particulièrement mouvementée, ces journées ont été l’occasion de confronter les points de vue et de relire les pratiques professionnelles.

 

« Les religions font la Une »

Montée de l’islam, burkini, crise des migrants, laïcité, prochaines élections, gender, mariage pour tous, pape François… Des affaires de pédophilie à l’assassinat du Père Jacques Hamel, les médias catholiques ont connu de nouveaux défis. A partir d’une relecture des pratiques éditoriales des derniers mois, nos médias développent-ils une spécificité ? Comment prennent-ils en compte leur lectorat ? Comment accompagner et/ou canaliser les sensibilités extrêmes des lecteurs/auditeurs/téléspectateurs ?

Quelle place – éventuellement concurrentielle – les médias généralistes occupent-ils dans le paysage actuel ? L’occasion d’une réflexion approfondie sur les pratiques journalistiques des médias catholiques, sur la définition du public chrétien, sur les enjeux éditoriaux autour des questions religieuses et de l’information sur les religions. Experts, journalistes, sociologues, seront sollicités pour décrypter les derniers mois et ouvrir des perspectives

Présent à l'ouverture des journées François de Sales, le père Federico Lombardi a accordé un entretien exclusif à RCF, revenant sur ses 25 années au service de la communication du Vatican.

Photo : de droite à gauche : Mgr Yves Boivineau, évêque d'Annecy, Philipinne de Saint-Pierre (directrice de KTO), le Père Federico Lombardi et Mr Jean-Marie Montel, présdent de le FMC (photo B. Hourlier)


Dix années pour la communication du Pape par le Père Federico Lombardi Directeur du Bureau de presse du Vatican de 2006 à 2016. Jésuite tout comme le pape François, le Père Federico Lombardi a présidé à la communication du Vatican pendant dix ans, traversant les crises avec Benoît XVI et s’adaptant à la nouvelle manière de communiquer de l’actuel pape argentin. Animation : Christophe Henning.

Ce mercredi 25 janvier, les Journées d'Études François de Sales ont débuté par un diner-débat avec pour invité le père Frederico Lombardi. Mgr Yves Boivineau a accueilli les nombreux participants de ces 21 ème journées d'Études.
Voir les photos ici

Jeudi 26 janvier

►En ouverture, Jean-Marie Montel, président de la FMC, a  dressé un bilan de la participation à ces 21ème Journées d’Études. Plus de 250 participants francophones, dont près de la moitié viennent pour la première fois, et l’autre moitié, étaient déjà présents en 2016. 33% de journalistes, 23 % de communicants, 15% d’éditeurs et 10% de commerciaux.

Mr Christian Makarian, directeur délégué de la rédaction du journal l’Express a ouvert la réflexion par une conférence sur le thème : Comment le fait religieux a envahi l’actualité et la vie de la société ?

Le fait de l’irruption du religieux dans notre société est-il vraiment nouveau ou est-ce le cadre de la laïcité à la française qui nous a empêché de voir cette réalité ? De fait, la force et la violence de l’actualité de ces derniers mois, et qui ne s’éteint pas, a envahi la presse internationale, puis la presse nationale et notre quotidien. Cet impact nous oblige, nous européens et occidentaux, à nous interroger sur notre propre société et nos valeurs, car, ce qui est visé par les terroristes, c’est notre manière de vivre, de consommer - non une institution étatique- ce qu'ils considèrent définitivement comme notre modèle de civilisation. Un modèle de civilisation qui a opéré une fusion entre nos valeurs et ce que nous sommes, un concept que nous partageons avec le monde entier, une valeur sûre en quelque sorte, remise en question aujourd’hui. Les djihadistes nous obligent à nous ré identifier alors que nous avions perdu l’habitude de porter des étiquettes, de parler de Dieu sur la place publique, gardant notre foi dans la sphère intime. Et tout cela s’impose à nous venant de l’extérieur, par un discours de haine, qui nous choque, et tout cela est inconcevable pour nous. Comme le fait de mourir au nom de Dieu, alors même que nous ne voulons plus mourir du tout…

À noter que l'intégralité des conférences seront dusponibles d'ici quelques jours sur le site de la FMC : www.medias-catholiques.fr

Vendredi : lire l'article de Norber Beysson sur la conférence-débat : les religions dans l'éducation et les élections

Retrouvez d'ici quelques jours l'intégralité des conférences sur le site de la FMC ici