Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Visitation d'Annecy Visitation d'Annecy

Rayonnement

Du vivant même de Mère de Chantal l'impulsion donnée par les fondateurs conduit à la création de nombreuses institutions animées par l'esprit salésien.


Le rayonnement de la Visitation

L'œuvre littéraire a certainement contribué au rayonnement de la Visitation, par la connaissance qu’elle offre au public de l’esprit salésien.

Dès 1638, du vivant même de Mère de Chantal et avec son encouragement, Raymond Bonal fonde la congrégation des « Prêtres de la Visitation ».

La haute estime dans laquelle on tient les Visitandines fait qu'on les réclame souvent pour la formation des nouvelles familles religieuses ou la réforme des anciennes. « C'est aux Visitandines que Louis XVI et Mme de Maintenon confient la formation des Dames de Saint-Louis à Saint-Cyr, et c'est encore aux Visitandines que l'archevêque de Paris s'en remettra pour la réforme de Port-Royal ». Elles s’occuperont aussi, passagèrement des pénitentes à Paris, Lyon, Marseille, Grenoble, Nancy et Montpellier.

Après la Révolution des anciennes visitandines, n’ayant pu recouvrer leurs monastères, fonderont des congrégations hospitalières ou enseignantes, ou pour l’œuvre des retraites et autres.

D'autres congrégations masculines et féminines seront fondées au XIX siècle s’inspirant de l’esprit de saint François de Sales, comme les Missionnaires de St François de Sales à Annecy même, par le P. Pierre-Marie Mermier, ainsi que les Sœurs de la Croix de Chavanod ; les Oblates et les Oblats de Saint-François de Sales à Troyes qui ont à l’origine de leur fondation la visitandine Marie de Sales Chappuis. Don Bosco donne St François de Sales comme patron aux deux congrégations qu’il fonde à Turin. Et bien d’autres congrégations surgiront un peu partout dans le monde – jusqu’en Inde – et des Instituts séculiers, à tel point qu’il est presque impossible de tous les repérer.