Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Sainte-Famille de la Mandallaz Paroisse Sainte-Famille de la Mandallaz

Projet Missionnaire

Projet missionnaire de la paroisse Sainte Famille de la Mandallaz. C'est la lettre aux communautés chrétiennes du diocèse d'Annecy de notre évêque, le 11 octobre 2012, à la fin de la démarche synodale qui est à l'origine de ce projet.


En lien avec un des 3 thèmes forts du synode, celui de l'évangélisation, chaque paroisse a été invitée à élaborer un projet missionnaire.

Non pour établir un catalogue ou un programme des choses à faire en paroisse, ni pour répondre à une question inopérante du style : comment attirer plus de monde dans notre église ?, mais "pour discerner à quelles initiatives nous sommes appelés dans le contexte concret qui est le nôtre".
Nous avons commencé à réfléchir en EAP (30-11-2012) puis insuffisamment en réunion des équipes liturgiques (7 juin 2013) et aucunement en CPP (à part le partage du 16 janvier 2013 sur la lettre du 11 octobre 2012 de notre évêque), puis à nouveau en EAP, avant de présenter, d'expliquer, de valider ce projet missionnaire en réunion CPP le 25 septembre 2013.

Des idées intéressantes ont été échangées et partagées sur nos projets missionnaires en cours de réflexion lors d'une réunion inter-EAP au niveau du doyenné (4 paroisses sur 5 le 22 juin 2013). Certaines méritent d'être rapportées:
- idée de construire un parcours (commun pour nos paroisses) de formation / préparation au baptême car constat de pratiques très différentes : 2 à 5 rencontres préalables selon le lieu; de parcours de formation / préparation au mariage. Ceci pour en faire des projets concrets d'entrée dans une vie d'Eglise et pas seulement de sacrement qu'on est venu chercher à l'instant T, et ainsi éviter toutes les ruptures avec la paroisse constatées après ces sacrements.
- faire l'effort de se mélanger entre personnes des équipes liturgiques pour préparer et accompagner les célébrations des grandes fêtes de l'année liturgique
- nous interroger (et modifier nos attitudes) sur les témoignages de foi, de fraternité, que nous, membres de la paroisse, donnons autour de nous aux autres par nos paroles et nos comportements
- penser que tout contact "administratif " avec nous comme représentant de la paroisse mérite une attitude positive et souriante d'accueil et d'écoute
- penser à consacrer du temps à la prière au début ou à la fin de nos rencontres paroissiales
nous organiser pour que nos églises soient ouvertes, Dieu est à tous !

Les six attitudes retenues dans notre projet missionnaire paroissial

Attitude qui nous concernent individuellement et collectivement sont indiquées ci-après. Comme j'ai été stupéfait par la lecture de l'exhortation apostolique du Pape François du 24 novembre 2013- La joie de l'Evangile - ( 3€ à la Procure ...), écrite dans un langage qui est tellement proche du chrétien de base, je me suis permis d'enrichir nos 6 attitudes missionnaires par des passages de cette exhortation dont j'indique les références.

Pape François - La joie de l'Evangile.

261. Quand on dit que quelque chose a un "esprit", celà désigne habituellement les mobiles intérieurs qui poussent, motivent, encouragent et donnent sens à l'action personnelle et communautaire. Une évangélisation faite avec esprit est très différente d'un ensemble de tâches vécues comme une obligation pesante que l'on ne fait que tolérer, ou quelque chose que l'on supporte parce qu'elle contredit ses propres inclinations et désirs. (...) En définitive, une évangélisation faite avec esprit est une évangélisation avec l'Esprit Saint, parce qu'il est l'âme de l'Eglise évangélisatrice. (...) J'invoque une fois de plus l'Esprit Saint, je le prie de venir renouveler, secouer, pousser l'Eglise dans une audacieuse sortie au-dehors de soi, pour évangéliser tous les peuples."
 

1-Développons personnellement la prière à l'Esprit Saint, c'est lui qui nous maintient, qui donne la capacité de témoigner de Jésus avec "assurance", qui guide la mission. Retrouvons le sens de l'intériorité, de la méditation silencieuse.
Le ¨Pape François nous dit encore: "262. (...) Il faut toujours cultiver un espace intérieur qui donne un sens chrétien à l'engagement et à l'activité. Sans des moments prolongés d'adoration, de rencontre priante avec la Parole, de dialogue sincère avec le Seigneur, les tâches se vident facilement de sens, (...), et la ferveur s'éteint."(...).
"264. Il est urgent de retrouver un esprit contemplatif, qui nous permette de redécouvrir chaque jour que nous sommes les dépositaires d'un bien qui humanise, qui aide à mener une vie nouvelle. Il n'y a rien de mieux à transmettre aux autres."
 

2- Soyons capables de rendre compte de notre foi, de la partager. Et aussi se former pour approfondir notre foi.
"119. (...) Dans tous les baptisés, du premier au dernier, agit la force sanctificatrice de l'Esprit qui incite à évangéliser."
"120. En vertu du baptême reçu, chaque membre du peuple de Dieu est devenu diciple missionnaire (cf. Mt 28, 19). Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l'Eglise et le niveau d'instruction de sa foi, est un sujet actif de l'évangélisation, et il serait inadéquat de penser un schéma d'évangélisation utilisé pour des acteurs qualifiés, où le reste du peuple fidèle serait seulement destiné à bénéficier de leurs actions. (...) Cette conviction se transforme en un appel adressé à chaque chrétien, (...) s'il a vraiment fait l'expérience de l'amour de Dieu qui le sauve, il n'a pas besoin de beaucoup de temps de préparation pour aller l'annoncer, il ne peut pas attendre d'avoir reçu beaucoup de leçons ou de longues instructions."
"174.(...) Il faut se former continuellement à l'écoute de la Parole. L'Eglise n'évangélise pas si elle ne se laisse pas continuellement évangéliser. Il est indispensable que la Parole de Dieu "devienne toujours plus le coeur de toute activité ecclésiale.".
"175. (...) L'évangélisation demande la familiarité avec la parole de Dieu et exige (...) que les paroisses (...) proposent une étude sérieuse et persévérante de la Bible ."
 

3- Ne pas attendre que les autres viennent vers nous, c'est à nous d'aller vers les autres pour annoncer la parole, pour le service du frère
"49. Sortons, sortons pour offrir à tous la vie de Jésus Christ. (...) Je préfère une Eglise accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu'une Eglise malade de la fermeture et du confort de s'accrocher à ses propres sécurités."
"127. Etre disciple c'est avoir la la disposition permanente de porter l'amour de Jésus aux autres, et celà se fait spontanément en tout lieu: dans la rue, sur la place, au travail, en chemin."
"269. Jésus est le modèle (...) qui nous introduit au coeur du peuple. (...) Séduits par ce modèle, nous voulons nous intégrer profondément dans la société, partager la vie de tous et écouter leurs inquiétudes, collaborer matériellement et spirituellement avec eux dans leurs nécessités, nous réjouir avec ceux qui sont joyeux, pleurer avec ceux qui pleurent et nous engager pour la construction d'un monde nouveau, coude à coude avec les autres. Toutefois non pas comme une obligation, comme un poids qui nous épuise, mais comme un choix personnel qui nous remplit de joie et nous donne une identité."
 

4- Etre ouvert à l'imprévu.
Accueillir des enfants à nos célébrations, des malades, des immigrants.
Etre ouvert à des personnes d'autres confessions (musulmans en particulier).
Oser appeler ( individuellement) des personnes pour s'engager dans la mission pastorale.
"27. La paroisse (...) continuera à être l'Eglise elle-même qui vit au milieu des maisons de ses fils et de ses filles. Cela suppose que réellement elle soit en contact avec les familles et avec la vie du peuple et ne devienne pas une structure prolixe séparée des gens, ou un groupe d'élus qui se regardent eux-mêmes. La paroisse est présence ecclésiale sur le territoire, lieu d'écoute de la Parole, de la croissance de la vie chrétienne, du dialogue, de l'annonce, de la charité généreuse, de l'adoration et de la célébration.( ...)
Mais nous devons reconnaître que l'appel à la révision et au renouveau des paroisses n'a pas encore donné de fruits suffisants pour qu'elles soient encore plus proches des gens, qu'elles soient des lieux de communion vivante et de participation, et qu'elles s'orientent complètement vers la mission."
 

5- Accompagner les gens plutôt que vouloir "contrôler" leur foi ( en particulier dans la préparation des baptêmes et mariages). Favoriser davantage les témoignages que l'enseignement (relecture de vie pour dire ce qui nous a transformé comme témoignage à donner ).
"24. L'évangélisation a beaucoup de patience, ..."
"279. (...) Parfois, il nous semble que nos efforts ne portent pas de fruit, pourtant la mission n'est pas un commerce ni un projet d'entreprise, pas plus qu'une organisation humanitaire, ni un spectacle pour raconter combien de personnes se sont engagées grâce à notre propagande; elle est quelque chose de beaucoup plus profond, qui échappe à toute mesure. Peut-être que le Seigneur passe par notre engagement pour déverser des bénédictions quelque part, dans le monde, dans un lieu où nous n'irons jamais. L'Esprit Saint agit comme il veut et où il veut; nous nous dépensons sans prétendre, cependant, voir des résultats visibles. Nous savons seulement que notre don de soi est nécessaire."
"280. Pour maintenir vive l'ardeur missionnaire, il faut une confiance ferme en l'Esprit Saint, car c'est lui qui "vient au secours de notre faiblesse" (Rm 8, 26). Mais cette confiance généreuse doit s'alimenter et c'est pourquoi nous devons sans cesse l'invoquer.
 

6-Essayer de travailler en église en donnant la parole aux plus démunis, à ceux qui ne l'ont jamais.
"199. Notre engagement ne consiste pas exclusivement en des actions ou des programmes de promotion et d'assistance; ce que l'Esprit suscite n'est pas un débordement d'activisme, mais avant tout une attention à l'autre qu'il "considère comme avec lui". Cette attention aimante est le début d'une véritable préoccupation pour sa personne, à partir de laquelle je désire effectivement son bien. Cela implique de valoriser le pauvre dans sa bonté propre, avec sa manière d'être, avec sa culture, avec sa façon de vivre la foi." (...)
"200. Etant donné que cette Exhortation s'adresse aux membres de l'Eglise catholique, je veux dire avec douleur que la pire discrimination dont souffrent les pauvres est le manque d'attention spirituelle. L'immense majorité des pauvres a une ouverture particulière à la foi; ils ont besoin de Dieu et nous ne pouvons pas négliger de leur offrir son amitié, sa bénédiction, sa Parole, la célébration des sacrements et la proposition d'un chemin de croissance et de maturation dans la foi. L'option préférentielle pour les pauvres doit se traduire principalement par une attention religieuse privilégiée et prioritaire"