Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Bruno en vallée d'Arve Paroisse Saint-Bruno en vallée d'Arve

Cluses centre

La communauté de Saint-Nicolas se situe au centre de Cluses et rassemble les paroissiens de la ville historique.
Le quartier de la Sardagne, qui s'est développé dans les années 60, en aval de l'Arve, a donné naissance à une nouvelle communauté autour de son église (Saint-Jean Marie VIANNEY)

L'église

Derrière l'hôtel de ville se dresse l'église Saint-Nicolas, église paroissiale qui fut jusqu'à la Révolution française l'église du couvent des Cordeliers, ce qui explique l'élégante sobriété de cet édifice du XVIIème siècle. 
Il abrite notamment un remarquable bénitier de style gothique flamboyant classé Monument Historique. 
Près de l'église, dans le jardin des Cordeliers, un monument dédié au musicien François Curt (1791-1859) est l'oeuvre du sculpteur Suzanne Laurent.  Il a été érigé en 1930. (source: site Gralon)

L'accoustique récemment refaite donne une clarté sonore et une compréhension des textes qui facilite les célébrations. 
De nombreuses manifestations et concerts y sont donnés au cours de l'année.
Les messes paroissiales y ont lieu tous les dimanches à 10h30. 

Une chapelle est accolée à la partie droite de l'église. 
Elle accueille les messes de semaine qui sont célébrées (Voir feuille paroissiale)

Le saint patron : 

Saint Nicolas
(Cette Icone a été réalisée par Mme Cretin et offerte à la Paroisse. Elle figue à la chapelle de semaine)
Évêque de Myre (+ v. 350) 

Nous ne savons que peu de choses de lui. Né à Patara au sud ouest de l'actuelle Turquie (à l'époque Asie mineure) entre 250 et 270, il fut le successeur de son oncle, l'évêque de Myre. 
De son vivant, Nicolas de Myre fut le protecteur des enfants, des veuves et des gens faibles. Il fut bienveillant et généreux. 

L'empereur Dioclétien régnant alors sur toute l'Asie mineure poursuivit cruellement les chrétiens, entraînant ainsi l'emprisonnement de saint Nicolas qui fut contraint de vivre, par la suite, un certain temps en exil. 
En 313, l'empereur Constantin rétablit la liberté religieuse, et saint Nicolas put alors reprendre sa place d'évêque et, à ce titre, il assista et souscrit au concile de Nicée en 325. 
Saint Nicolas serait décédé un 6 décembre 343, victime de persécutions sous l'Empire romain. 
Il fut enterré à Myre. Son tombeau devient un lieu de pèlerinage, d'abord à Myre, puis à Bari en Italie où ses reliques furent transportées au XIe siècle pour les protéger des Musulmans.

Par contre, sa vie posthume est beaucoup plus riche, grâce aux légendes sans doute fondées sur la réputation de sa bonté envers les pauvres et les enfants. 
Selon la légende, saint Nicolas aurait ressuscité trois enfants tués par un boucher. 
Les miracles attribués à saint Nicolas sont si nombreux qu'il est aujourd'hui le saint patron de nombreuses corporations ou groupes tels que les enfants, les navigateurs, les prisonniers, les avocats ou les célibataires. Il naquit en Asie Mineure, devint évêque de Myre  

Chaque année, des délégations des Églises orthodoxes, particulièrement de Russie, viennent se joindre au pèlerinage des catholiques latins, en une rencontre œcuménique significative. 
Le "bon saint Nicolas" est invoqué aussi bien en Orient où il est le patron des Russes, qu'en Occident où il est le patron des enfants et, si l'on peut parler ainsi, l'ancêtre du Père Noël. Il est fêté le 9 mai par les Églises d'Orient , le 6 décembre par les Eglises Occidentales.

Martyrologe romain