Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Bruno en vallée d'Arve Paroisse Saint-Bruno en vallée d'Arve

Communauté Libanaise

En majorité Chrétienne, Maronite pour l’essentiel, la Communauté Libanaise peut-être citée en exemple pour sa parfaite intégration et assimilation qui se traduisent par sa forte participation, malgré son faible nombre, dans la vie active de nos cités et de notre région. Sa présence dans notre vallée remonte au milieu des années 70, où quelques Jeunes Etudiants en Médecine, diplôme en poche, ont préféré exercer dans les hôpitaux de la Région au lieu de retourner dans leur pays natal, en proie à une guerre civile sanglante, ils ont été suivis par quelques proches et membres de leurs familles, rejoints par la suite par d’autres réfugiés fuyant la guerre et ses atrocités, où la vallée de l’Arve leur a permis de trouver un toit, un emploi et des perspectives d’avenir meilleures.

La Communauté Libanaise

liban-et-religions.jpg

Qui sont les Maronites ?

On associe souvent aux Maronites le Nom du Liban. Ils sont des Disciples et Adeptes du Saint – Ermite, Mar Maroun né à Quoroch au Nord Est d’Antioche en 339 de notre ère, prêtre mystique doté d’une foi intense  et inébranlable, il a mené une sainte vie monastique, couronnée par beaucoup de miracles, durant laquelle, il était vénéré et sanctifié de son vivant. A sa mort en 421 à proximité de KFAR NABO en Apamée, où il a choisi de vivre en Ermite, ses Adeptes se sont rassemblés en communautés monastiques, en édifiant et en érigeant 33 monastères en son nom dans les plaines d’Apamée et aux Abords de l’Oronte.

L’exil…
Contraints sous la poussée des conquêtes et des invasions Arabes musulmanes du 7ème  siècle, après avoir refusé d’abdiquer et d’embrasser la Religion du Conquérant, les Maronites abandonnèrent leurs belles plaines pour trouver refuge à l’ouest, dans les montagnes Libanaises actuelles difficilement accessibles aux Envahisseurs, pour y fonder autour de leur Patriarcat, La Nation Maronite.

Ralliés à Rome…
En 685, Les Maronites se sont ralliés à l’Eglise Apostolique Universelle Romaine. En contrepartie, Rome a reconnu et maintenu Le Patriarcat à la tête de l’Eglise Maronite, tout en attribuant le Statut de Cardinal au Patriarche Maronite, Patriarche d’Antioche, de la Terre sainte et de l’Orient ; Autre privilège accordé par Rome, le droit de maintenir leur rite oriental et de célébrer leur messe en langue Araméenne et Syriaque, qui est celle du Christ. Depuis ce temps, Le Patriarcat Maronite est devenu l’observateur et l’interlocuteur privilégié en ce qui concerne le sort du Liban en particulier et celui des chrétiens d’orient et de la terre sainte en général. Transféré d’Antioche au Liban, Le Patriarcat Maronite siège aujourd’hui à Bkerké au cœur de la Montagne Libanaise, à l’image du Vatican en miniature, il joue un rôle prépondérant dans les affaires Libanaises, spirituelles, temporelles et politiques où il exerce pleinement son influence, quand il s’agit du sort et de la survie des Chrétiens au Liban, en Orient et en Terre Sainte.

joseph-nahra.jpgJoseph NAHRA