Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-François d'Assise en vallée d'Arve Paroisse Saint-François d'Assise en vallée d'Arve

dans le cadre du phénomène migratoire

lettre envoyée par la Pastorale des Migrants du diocèse d'Annecy aux candidats aux élections législatives en Haute-Savoie.

 "Comme électeurs, la question des "migrations des personnes" nous paraît essentielle et nous vous prions de la porter avec respect et dignité dans les débats. Dans un passé récent, cette question a souvent été évoquée de façon négative, en termes de peurs, de limitation du nombre de demandes, de blocage aux frontières, de quotas etc, laissant dans l’ombre les réalités humaines. Avec la Conférence des Évêques nous affirmons que "l’accroissement du phénomène migratoire, du à de nombreux facteurs, est un constat, pas un combat."

Pastorale des Migrants
Diocèse d’Annecy
5 bis Avenue de la Visitation
B P 41- 74001 Annecy Cedex

à Mesdames et Messieurs les candidats aux élections législatives en Haute Savoie

Objet : Lettre ouverte aux candidats aux élections législatives en Haute Savoie

Madame, Monsieur,

   Comme électeurs, la question des "migrations des personnes" nous paraît essentielle et nous vous prions de la porter avec respect et dignité dans les débats. Dans un passé récent, cette question a souvent été évoquée de façon négative, en termes de peurs, de limitation du nombre de demandes, de blocage aux frontières, de quotas etc, laissant dans l’ombre les réalités humaines. Avec la Conférence des Évêques nous affirmons que "l’accroissement du phénomène migratoire, du à de nombreux facteurs, est un constat, pas un combat."

   Nous savons que des personnes migrantes, des familles entières sont là, parmi nous, parce qu’elles ont dû quitter leurs pays, soit pour échapper à la guerre, à la faim et aux persécutions, soit pour des raisons économiques ou encore à cause des conséquences du dérèglement climatique. Le service de la Pastorale des Migrants de l’Église Catholique à Annecy, veut considérer ces personnes venues d’ailleurs, comme des frères et des sœurs. Pour nous, la fraternité est primordiale: c’est aussi l’une des principales valeurs fondatrices de notre République.

   Vous, qui briguez un mandat de député, vous voulez être à l’écoute de la réalité des gens vivant dans votre circonscription, allez-vous vous engager pour que les familles migrantes qui vivent dans la peur acquièrent une situation régulière et soient reconnues ? En effet, après plusieurs mois, voire plusieurs années, bien des "demandeurs d’asile" sont déboutés, continuent à vivre parmi nous sans ressources ni moyens d’existence, sans autorisation de travailler. Malgré de nombreux recours ils n’obtiennent pas de réponses. Leurs enfants sont pourtant scolarisés durant plusieurs années en primaire, en collège et lycée. Nous pouvons voir les "dégâts" qui résultent des difficultés administratives si longues et anxiogènes sur la santé morale et physique des parents mais aussi sur la santé des enfants.

   En matière d’accueil, les CADA (Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile) des Fins à Annecy, de Saint-Jeoire et Onnion, de La Roche sur Foron et de Rumilly, sont saturés, et la situation devient drama-tique lorsqu’ils sont contraints de quitter ces lieux parce que déboutés de leur demande d’asile. En consé-quence, des initiatives individuelles et associatives, parfois sans moyens financiers, mais motivées par la solidarité et la fraternité, accompagnent ces personnes afin de leur permettre de survivre dans la dignité.

   C’est pourquoi nous vous demandons d’agir en faveur :

- de la suppression du délit de solidarité ;
- de la simplification des démarches administratives et de la réduction du temps de traitement des  dossiers ;
- du droit au travail pour tous ;
- de la prise en charge effective des mineurs isolés par les services de l’État et les collectivités locales, qu’ils ne soient pas écartés de leurs droits. Passé l’âge fatidique des 18 ans, que ces jeunes puissent continuer à se former et acquérir un métier, une profession.

   Que notre devise républicaine : "Liberté, Égalité Fraternité"soit vraiment notre horizon. Que la "Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen"soit vraiment respectée quand elle affirme : "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits." Membre fondateur de l’Europe, la France ne se doit-elle pas de mettre en pratique ces devises et les promouvoir ?...

La Pastorale des Migrants du diocèse d’Annecy