Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint Jean XXIII, d'Arve et Salève Paroisse Saint Jean XXIII, d'Arve et Salève

Bienvenue au père Jean-Damascène

Le 31 août 2014, la paroisse Saint-Luc de Meythet disait au revoir au père Jean-Damascène, nommé curé de la paroisse Jean XXIII, et retraçait son parcours et ses 10 ans d'ordination. Portrait à retrouver ci-dessous

Nous voici invités par le Seigneur pour célébrer l’Eucharistie et, à l’initiative de notre Curé Père Daniel BARREL, réunis, pour ensemble dire notre reconnaissance au Père Jean-Damascène NIYIBAHO.


Tout d’abord, au nom de notre Paroisse St Luc, nous saluons la présence des Elus représentant les communes d’Epagny, de Metz-Tessy et du SIGEMTE, syndicat intercommunal pour la gestion des équipements d’Epagny Metz-Tessy, qui entre autre, gère le cimetière, l’église d’Epagny, le presbytère et…le complexe sportif.

Père Jean-Damascène NIYIBAHO, comme vous me l’aviez demandé lors de votre prise de contact avec notre Curé alors en convalescence chez le Père Jean BUSSAT, je vais vous tutoyer.

Jean Damascène, à 42 ans, te voilà à nouveau, prêt à partir pour une nouvelle mission.

Notre évêque Yves BOIVINEAU t’a nommé Curé de la Paroisse St Jean XXIII avec pour résidence le presbytère de Reignier. Tu vas vraisemblablement être reçu comme un roi !...
Quand tu étais au grand séminaire, puis en 2004 lorsque tu as été ordonné prêtre au Rwanda, ton pays, et après avoir assuré de 2004 à 2008 ton premier ministère dans ta région natale et assumé notamment l'aumônerie du mouvement catholique jeune, tu n’imaginais sûrement pas atterrir en Hte-Savoie.


Après les évènements tragiques, le génocide où tu as perdu de nombreux proches, tu as rejoint en 2008 le Kenya où tu as exercé ton ministère durant 3 ans. Puis en 2011, ton Evêque du diocèse de Butaré, d’où tu es originaire, te prête, est-ce le bon terme, au diocèse d’Annecy en tant que “ Prêtre fidei donum “c'est-à-dire “Don de la foi“, sorte de contrat entre les 2 diocèses, mission universelle.
Résidant à la maison diocésaine de la Puya, tu as été prêtre coopérateur à la paroisse bienheureuse Mère Thérésa, rive gauche du lac à St Jorioz en septembre 2011.
Fin juin 2012 tu es nommé prêtre coopérateur à St Luc et tu résides au presbytère d’Epagny. Durant 2 ans tu as missionné dans la paroisse. Père Emmanuel Blanc, ton futur vicaire épiscopal, nous avait dit que tu étais sympathique, facile à vivre, diplomate, portant le souci de s’adapter. Il ne nous a pas menti, c’est vrai : toujours le sourire, sachant écouter, proche des jeunes sportifs, toi-même jouant au basket, fidèle supporter des équipes d’Epagny Metz-Tessy, faisant du vélo. Mais un conseil, continue à mettre le casque.
Ah oui pour l’anecdote, après l’accident en bicyclette au Gd Epagny, juste avant la messe, tu demandes à Gérard Favre de regarder sur ton visage si tu n’avais pas un bleu et Gérard de répondre « je ne peux pas voir, tu es tout noir !». On peut être diacre permanent et savoir plaisanter.

Tu sais être près des enfants, des jeunes, dans le sport comme entre autre à la catéchèse et à l’aumônerie des collèges. Tu émets de bonnes idées, tu es enthousiaste et empreint de sérénité. Au presbytère, le studio du SIGEMTE accueille des personnes dans la difficulté matérielle et morale. Tu établis le dialogue, tu apportes ton soutien et tu les aides… Tu aimes visiter les personnes âgées, les malades. Tu es souvent appelé au CHANGE, l’hôpital, tu rencontres des malades parfois en fin de vie, tu leur apportes ta gentillesse, la parole de Dieu, l’eucharistie, le sacrement des malades pour ceux qui le demandent, enfin de la fraternité. Tu célèbres souvent la messe au lieu de prières de l’hôpital.


Actuellement, peut-être encore plus qu’avant, le Prêtre a un rôle social souvent méconnu, qui passe inaperçu. Des personnes viennent trouver l’homme, le citoyen, le Prêtre pour se confier, parler, parfois rompre avec l’isolement, exposer leurs problèmes, leurs difficultés, leurs doutes, leurs peines, leurs joies, trouver un message d’humanité, de soutien, d’espérance dans la foi au Christ.


Dans les fiches croire que nous pouvons prendre à l’entrée de nos églises, une de ces fiches nous interpelle avec cette question « A quoi sert un Prêtre ?» Quelle question? Voici une des réponses proposées dans la fiche : « Le Prêtre est d’abord l’homme de la bonne nouvelle, celui qui répand l’Evangile dans lequel il croit profondément et qui est pour lui source de vie et la raison d’être de toute son existence. Il est un homme de  paroles, appelé souvent à former, enseigner, instruire les fidèles dont il a la responsabilité, et il est un homme de la Parole, une parole qui vient de Dieu et dont il est témoin ».


Dans le 3ème axe de l’année pastorale 2009, 2010, l’année sacerdotale, notre Père Evêque nous disait « Puissions nous rendre grâce pour le ministère des Prêtres qui nous sont donnés : pas uniquement pour ce qu’ils font, mais d’abord pour ce qu’ils sont…/…Il reprenait : nous avons besoin dans notre Eglise diocésaine de redécouvrir le ministère du Prêtre que nous réduisons trop souvent à son « aspect fonctionnel », voir même quelque fois « utilitaire ». Il nous disait : « cette année, nous est donnée pour redécouvrir l’identité et la place du Prêtre. Nous en avons bien besoin en cette période de mutation, et surtout cela donnera de la signification à notre prière pour les vocations sacerdotales. » C’est toujours d’actualité.

Bon jubilé Jean-Damascène puisque tu as exactement 10 ans de prêtrise, de ministère.

Je me fais l’interprète de tous les paroissiens pour te dire du fond du cœur un grand merci pour ta rapide adaptation, pour ton ministère que tu as exercé dans toutes les communautés en entente et partenariat avec les Pères Daniel BARREL et Jean SERMONDADE,

pour ta simplicité, ta gentillesse et ta bonne humeur.

Nous te souhaitons un fructueux ministère comme Curé dans ta nouvelle paroisse.
Reprenons un passage de St François de Sales « C’est à nous de bien cultiver nos âmes, et, partant, il y faut fidèlement vaquer…quant à la moisson, laissons-en le soin à Notre Seigneur. Le laboureur ne sera jamais tancé s’il na pas fait belle cueillette, mais oui bien s’il n’a pas labouré et ensemencé ses terres. »

Rendons grâce au Seigneur pour ces instants de vie, de foi, partagés ensemble !

Père Jean-Damascène NIYIBAHO, à bientôt, Reignier n’est pas si loin !...

Nous t’applaudissons .

 

Henri Meythet le 31/08/2011