Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse La Trinité au pays des Voirons Paroisse La Trinité au pays des Voirons

30 ans !

Le journal de la paroisse La Trinité (Bonne, Fillinges...) a 30 ans, ils sont nombreux à lui rendre hommage, dont Mgr Yves Boivineau et son curé, le père Anthonioz :"Mettre les bonnes lunettes pour bien voir... Voir au coeur de la nuit les lueurs de l'aube, au coeur des violences de notre société, de nos familles, les gestes de solidarité, de compassion, de proximité, annonces que le règne vient, envers et contre tout et qu'il nous faut devenir messagers et acteurs d'Espérance !..


... Merci à Jacques Stämpfli d’avoir, de longues années, gardé cette heureuse ambition au sein d’une équipe de rédacteurs soudée. Merci pour sa ténacité à nous dire, et à nous redire, la vocation missionnaire qui

 

 est celle de notre journal. Merci à Claude Baltassat d’avoir si fraternellement continué son oeuvre avec son expérience éprouvée au sein des médias diocésains et la richesse de son engagement scout.

Je crois en Regards parce que je crois en Dieu et que je crois en l’homme ; parce que je refuse obstinément de croire en un Dieu qui me ferait douter de l’homme tout comme je refuse de faire confiance à l’homme qui veut me faire douter de Dieu.

Je crois en Regards parce que je refuse de faire chorus avec les saules pleureurs qui regardent en arrière vers le « bon vieux temps ». Je crois en Regards parce qu’il m’aide à voir, à discerner, à admirer, à célébrer l’oeuvre de l’Esprit Saint dans le coeur des hommes, croyants ou pas.
Et je ne peux terminer sans penser que notre regretté Jean Gassilloud aurait été heureux de fêter avec nous cet anniversaire, en pionnier qu’il était d’une Église parmi les hommes, solidaire des hommes, témoin de l’Avenir que Dieu nous donne.

Père Amédée Anthonioz - Curé de la paroisse

 (...) Pour les années à venir, je lui souhaite que son nom Regard, soit son programme : qu'il aide chacu

n à porter un regard plus large et profnd sur le monde qui nous entoure, sur la paroisse, le diocèse et l'ensemble de l'Église ! Que ses articles aident à regarder autrement tout homme, afin de reconnaître en chacun nu frère et une soeur en Christ !
Mgr Yves Boivineau, évêque d'Annecy

Chaque anniversaire est l’occasion de faire un bilan. Il en est de même pour le journal paroissial Regards ; trente ans qu’il existe en ayant constamment évolué. Son acte de naissance a été établi au cours de la Semaine missionnaire de 1984, son premier numéro est diffusé en décembre de la même année. 

La diffusion est un vrai problème

Le journal Regards touche six foyers potentiels sur dix, soit un peu plus que la moitié. Les quatre communautés locales qui obtiennent les meilleurs résultats, dépassent toutes les 70 % de taux de diffusion. Le journal a trente ans d’existence et parallèlement, les diffuseurs bénévoles de la première heure qui le distribuent ont eux aussi pris 30 ans de plus. Certains ont déjà accepté de prendre le relais de personnes qui ont arrêté pour diverses raisons ; aujourd’hui, celles et ceux qui arrêtent le font le plus souvent pour des raisons de santé...

Qu’ils soient tous et toutes remerciés pour leur participation active à la diffusion du journal.

Leur remplacement est vital pour notre journal car si nous voulons qu’il soit un élément d’accueil et d’ouvertures aux autres, quels que soient leurs liens avec les croyants, il nous faudra bien les remplacer par des personnes plus jeunes et rationaliser notre mode de diffusion sans pour autant amenuiser le lien précieux entre diffuseurs et lecteurs potentiels. 

le journal Regards, même paroissial ne tombe pas du ciel. Même si le travail des bénévoles reste essentiel, il ne couvre pas toute la chaîne de fabrication, tout ce qui se fait « hors paroisse » se paie : papier, composition du journal impression, livraison… Grâce à l’engagement des bénévoles, à la participation des annonceurs et aux soutiens des lecteurs, ces coûts restant à la charge de notre paroisse sont raisonnables et nous font plus que jamais opter résolument pour la diffusion « toutes boîtes » ; c’est-à-dire, la distribution du
journal à tous les foyers de la paroisse qui ne le refusent pas expressément. Un objectif qui est d’ailleurs inscrit dans la charte éditoriale du journal.

Ce qu’il faut savoir sur les coûts du journal


Le plus cher, c’est le premier « mille », chaque mille supplémentaire coûte environ treize fois moins que le premier. Le prix moyen d’un exemplaire diminue donc d’autant plus que la quantité commandée de journaux est importante. Les soutiens des lecteurs (par bulletin encarté ou mis sous enveloppe spéciale) est le plus élevé dans les communautés où le taux de diffusion est le plus fort. Nous devons continuer à explorer cette voie dans laquelle nous sommes déjà engagés et améliorer encore la diffusion « toutes boîtes ».

Jacques Stämpfli (Bonne)

Pour soutenir le journal regard, venir en aide à sa distribution :
Claude Baltassat ( 06 82 34 38 51)- courriel