Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Jean-aux-Portes-d'Annecy Paroisse Saint-Jean-aux-Portes-d'Annecy

La joie de servir ! Invitation de Mgr Yves Boivineau

« Nul n'est trop pauvre pour n'avoir rien à partager » : celles et ceux qui ont vécu, à Lourdes, la rencontre nationale Diaconia 2013, ont vérifié très concrètement la pertinence et la fécondité de ce qui devrait être une évidence ! Ils étaient cent quinze du diocèse, dont un certain nombre en situation de fragilité ou de précarité : ils ne sont pas revenus exactement tels qu'ils étaient partis. Le rassemblement diocésain Diaconia 74, le 18 octobre à la Roche-sur-Foron, s'inscrit dans l'élan de cet événement, qui avait été suscité par l'encyclique Dieu est Amour du pape Benoît XVI : « L'Église ne peut pas négliger le service de la charité, de même qu'elle ne peut négliger les Sacrements ni la Parole» (1)...

Le « service du frère » est une dimension constitutive de la vie et de la mission de l’Église, et de nos communautés chrétiennes. Nous connaissons l’insistance du pape François, qui nous appelle à « développer une culture de la rencontre » et « à prendre soin de la fragilité du
peuple et du monde dans lequel nous vivons » (2). L’exigence de l’attention fraternelle
est au coeur même de l’évangélisation.
 

Ce rassemblement du 18 octobre sera sous le signe de la joie : la joie de la rencontre, la joie de servir, la joie d’écouter… « La joie de l’Évangile » ! Nous avons tant de raisons de nous réjouir des merveilles que le Seigneur accomplit au coeur de ce monde : nous serons heureux de les partager.
Nous vivons dans un monde fragile et nous avons aussi nos fragilités. Des fragilités institutionnelles sans doute, mais bien davantage ces fragilités dont nous faisons l’expérience : fragilités de santé, fragilités familiales, précarités… Nous pouvons en avoir peur, et nous nous enfermons alors dans un rôle ou dans le mutisme : la fragilité, lorsqu’elle est niée, peut devenir misère.
Et si nous accueillions les fragilités comme le lieu même où nous pouvons créer du neuf ? Saint Paul ne dit-il pas : « Je n’hésiterai pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi. […] Car lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort » ! (3)
Nous sommes tous invités à participer à ce rassemblement diocésain, et aussi à transmettre l’invitation. Cela demande d’accepter de se déplacer, et sans doute également de se laisser déplacer. « Nul n’est trop riche pour n’avoir rien à recevoir » !
 

† Yves Boivineau,
Évêque d'Annecy
Septembre-octobre 2014 (éditorial « Eglise d’Annecy » octobre 2014)
 


(1) Encyclique Deus caritas est, n° 22.
(2) Exhortation apostolique Evangelii gaudium
(La joie de l’Évangile), n° 216 et 220.
(3) 2e Épître aux Corinthiens, chap. 12, 9-10.
 
 

Toutes les infos pratiques pour venir au rassemblement du 18 en cliquant ici