Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse d'Annecy Haute Savoie et Val d’ArlyDiocèse d'Annecy

La vocation

  • enfant-bible
  • fontaine
  • objet-liturgique
"Tu m'as séduit, mon Dieu, et je me suis laissé séduire" Consacrer ma vie à Dieu, c’est répondre à un appel, quelque chose de très fort qui a mûri en soi avec le temps et qui, au lieu de s’éteindre, grandit de jour en jour...

... Un appel à proclamer et vivre la Parole de Dieu chaque jour de sa vie avec intensité. Comme le dit le prophète Jérémie « La Parole de Dieu est en moi comme un feu dévorant ».

Consacrer sa vie à Dieu, c’est choisir parmi les alternatives que la vie propose, celle d’offrir sa vie à Dieu et de garder une totale disponibilité pour être son porte-parole et servir les autres à la lumière de l’Evangile, pou vivre pleinement cette parole du Christ : « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut son maître. Désormais, vous êtes mes amis ».

Consacrer sa vie à Dieu, c’est prendre l’engagement de le suivre exclusivement, totalement et fidèlement en sachant au fond de soi, qu’il est la clé du bonheur. Comme chaque homme, chaque femme qui nous ont précédé, c’est savoir que l’Esprit Saint nous accompagnera dans cette vocation qui est la nôtre.

Etre ordonné prêtre

« Me voici »

Une question est née : « prêtre, pourquoi pas ». Depuis, j’ai cheminé et ai été ordonné diacre.


Choisi par l’Eglise pour devenir prêtre, je suis appelé par l’évêque qui déclare : « Avec l’aide du Seigneur Jésus Christ, notre Dieu et Sauveur, nous le choisissons comme prêtre ». Et je manifeste mon désir de répondre à cet appel, à cette mission : « Me voici ». A genoux devant l’évêque, je viens mettre mes mains dans les siennes.

Signe de reconnaissance de son autorité, signe que je ne suis jamais seul dans le ministère de prêtre.

En communion avec toute l’Église

Allongé face contre terre, je prends conscience de ma fragilité pour répondre à cette mission. Seul, comment tenir debout ? Mais la prière de l’Eglise, l’invocation des saints et de l’Esprit Saint me permettent de me relever. Je ne suis pas seul : la grâce de Dieu sera toujours là. Avant moi, une foule de témoins. Avec moi, ses frères et des sœurs qui partagent la même foi.

Ordonné prêtre

Signe visible de l’ordination, l’imposition des mains par l’évêque et tous les prêtres présents et la prière qui l’accompagne sont un appel à l’Esprit Saint pour qu’il me confère, à la suite des apôtres, la mission de célébrer les sacrements, d’annoncer l’Evangile et de conduire le peuple de Dieu. Me voici entré dans ma nouvelle famille : celle des prêtres dont l’évêque est le père.

Des habits de fête

Chasuble blanche, couleur de la résurrection ou rouge, rappel du martyr des apôtres Pierre et Paul !
Revêtir ce vêtement, c’est dire « j’ai revêtu le Christ », je suis prêt à marcher à sa suite en toutes circonstances et çà se voit. Etole, évocation d’un manteau royal ! Revêtir cet ornement, c’est se parer pour faire honneur à Dieu.

L’onction des mains

Huile parfumée déposée dans mes paumes, elle se répand comme l’Esprit Saint qui pénètre en moi et me donne la force d’accomplir ce que Dieu attend désormais de moi.
Il « sent bon » être ainsi accompagné par de l’Esprit de Dieu.

Le pain et le vin

Prêtre, je suis invité par l’évêque à célébrer pour la première fois l’eucharistie avec le pain et le vin des hommes.
« Reçois l’offrande du peuple saint pour la présenter à Dieu. Prends bien conscience de ce que tu feras, vis de ce que tu accompliras et conforme-toi au mystère de la croix du Seigneur. »

Appelé à la vie religieuse

Dans toutes les religions, des hommes et des femmes se consacrent totalement à Dieu comme religieux, religieuses, moines ou moniales. Ils se réunissent « en famille » à la suite d’un ou d’une fondatrice en congrégation.
Les religieux et les religieuses d’une même congrégation vivent en communauté de vie fraternelle.

Cet engagement nécessite du discernement. C’est pourquoi la congrégation propose un engagement en trois temps :

  1. Etre postulant(e), c’est venir vivre dans cette communauté pour faire réciproquement plus ample connaissance, pour y voir plus clair dans ma vocation.

  2. Etre novice, c’est entrer dans la communauté, s’initier à son charisme, sa manière particulière d’être et de vivre la parole de Dieu et le message du Christ.

  3. Etre consacré(e), c’est décider de se donner à Dieu en s’engageant à vivre l’Évangile au sein d’une congrégation.

Cette dernière étape s’exprime à travers la profession religieuse : c’est la célébration au cours de laquelle le postulant s’engage à vivre selon les trois vœux qui fondent la vie religieuse.

  • Le vœu de pauvreté rappelle que posséder n’est pas le chemin du bonheur, et que Dieu se donne gratuitement à tous.
  • Le vœu de chasteté témoigne de mon amour pour Dieu, un amour sans partage et pour les autres hommes sans exception.
  • Le vœu d’obéissance dit l’abandon total de ma vie à Dieu dans une confiance infinie en Lui qui m’appelle.
     

La vie consacrée au plein cœur du monde

Des hommes et des femmes vivent une consécration qui leur est propre dans des conditions de vie ordinaire.
Par leur action et leur prière, ils cherchent à transformer le monde là où ils sont, en communion avec le Christ.
La plupart de ces personnes rejoignent un institut séculier. Les instituts séculiers sont des groupes auxquels on adhère de manière durable, et qui aident à vivre un charisme, une spiritualité particuliers.

Discerner et s’engager

Je me sens appelé mais …
Comment savoir si je le suis vraiment ?
Comment répondre à cet appel ? Comment aller plus loin ?
A qui faire part de mes interrogations sans me sentir obligé d’aller plus loin ?

Pour faire le point sur ma position actuelle, l’état d’avancement de ma réflexion je peux contacter le Service des vocation - Courriel ou le groupe vocation si j’ai entre 15 et 30 ans - Père Vincent Rossat : Courriel