Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Service  diocésain des vocations Service diocésain des vocations

2015 année de la vie consacrée

2015 sera dédiée à l'Année de la Vie consacrée. Le Vatican en a précisé vendredi la teneur : des rencontres internationales, des congrès de théologie, une exposition, autant d'événements qui auront lieu dès l'automne. Cette Année devrait en effet s'ouvrir au plus tôt au mois d'octobre, selon l'agenda du Pape François.

 Année de la vie consacrée, rendez-vous en 2015

 

À la demande du pape, des documents seront même révisés, comme Mutuae relationes sur les rapports entre les évêques et les religieux dans l’Eglise ou encore Verbi sponsa, un texte sur l’autonomie et le choix des religieuses contemplatives de vivre cloitrées. Enfin, dès dimanche 2 février et tous les quatre mois, une lettre sera publiée par Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée. La première sera dédiée au magistère du Souverain pontife sur la vie consacrée.

Le cardinal Joao Braz de Aviz, le préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, a expliqué à Antonino Galofaro que cette prochaine Année s’inspire de l’Année de la foi, récemment terminée.

« Il s’agit d’un rapport avec Dieu de personnes qui cherchent à réaliser une vocation qui est un appel de la part du Seigneur et qui ressentent en cela la réalisation de leur propre personne. La vie consacrée une présence très consistante dans l’Église.

Que le Pape ait voulu fixer le regard sur cette réalité pour toute l’Église, cela nous semble très significatif. Nous voulons vraiment, dans ce moment qui est un moment nouveau dans l’Histoire de l’Église et de l’humanité, approfondir et vérifier avec tous les religieux, l’importance de cette vocation et le témoignage que ce type de vocation peut apporter à l’Église.

La vie consacrée est surtout présente dans les périphéries géographiques et spirituelles chères au Pape : cette Année a donc une importance particulière pour François ?


Certainement, si nous pensons aux champs des mission - des vraies missions, celles où l’on va pour la première fois, celles au commencement de l’annonce de l’Évangile. Si nous pensons à tout le monde de la santé, toute la présence des religieux qui se trouve au milieu d’œuvres sociales, de l’éducation.

Et ensuite, il y a encore tout cet autre aspect qui est un aspect de la vie contemplative. En ce sens, nous pouvons parler des universités, par exemple. Le Pape parle également de l’ université comme une “périphérie” car “périphérie” pour lui, c’est ce qui est parfois loin d’une tradition qui soit chrétienne, c’est-à-dire chercher à arriver dans ces endroits les plus lointains. Et en ce sens, la présence des religieux est formidable, même avec des problèmes et des difficultés.

Nous avons tant de cas de personnes qui partent, qui ne résistent pas, qui ont des difficultés à continuer. Mais dans la majeure partie de ce corps, il y a une réalité très forte présente dans l’Église.

 

Vous parliez d’une crise de la vie consacrée ?


Oui, mais pas seulement. Par exemple, nous devons penser que même la spiritualité est entrée, d’une certaine façon, en crise, car nous devons conserver la valeur du rapport personnel avec Dieu, une spiritualité plus individuelle.

Mais maintenant, nous avons aussi besoin d’approfondir une spiritualité qui est de plus en plus une spiritualité de communion, c’est-à-dire qui met ensemble “le corps”, également pour répondre à ce moment de globalisation pratiquement total. Et là, par exemple, nous sommes en train de découvrir ces nouvelles voies. Nous sommes en train de découvrir les raisons de cette nouvelle voie et cela crée une certaine crise.

Cela ne signifie pas déchéance ou destruction, mais cela veut dire que ce que nous avions nous demande maintenant quelque chose en plus. C’est pour cela que l’Année de la vie consacrée, nous la regardons comme un novum, quelque chose de nouveau, car le point de départ est le Concile Vatican II. Maintenant, nous voulons vérifier le chemin parcouru et nous voulons explorer ces nouveaux horizons. »

Source : site internet de Radio Vatican