Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Service  diocésain des vocations Service diocésain des vocations

Les Innocentes

Le film Les Innocentes réalisé par Anne Fontaine sortira le 10 février 2016. Il évoque la tragédie vécue en 1945 par des religieuses d’un couvent polonais, outragées et violées par les soldats d’une colonne militaire soviétique. Ces bénédictines, vivant leur foi à l’écart du monde, sont des proies faciles et cet assaut abject les place bientôt dans une situation morale inextricable. Avec l’appui d’une jeune soignante française de la Croix Rouge qui leur prodiguera les soins nécessaires, elles pourront affronter cette épreuve d’où leur foi sortira renforcée…

Inspiré de faits historiques méconnus, LES INNOCENTES ne cherche pas à faire du spectaculaire avec un sujet scabreux. Le film montre, au contraire, le courage de ces femmes faisant face à un éprouvant défi humain. Comment vivre sa religion, dans un contexte aussi exigeant que celui de la vie monastique, quand l’un de ses principes fondateurs – le vœu de chasteté – a été rompu par la force ? Ce chemin de croix, les sœurs vont l’accomplir, puisant dans leur force religieuse, l’espérance pouvant conduire à un salut.

Anne Fontaine n’oppose pas, de façon manichéenne, la foi outragée à l’athéisme sans cœur. C’est, au contraire, d’une incroyante, étrangère aux dogmes de l’Eglise et très rationaliste, que viendra, en partie, la lumière.

Les Innocentes est une œuvre chargée d’émotion qui affirme la force de l’amour et de la Foi au moment où celle-ci est menacée. Il s’agit donc d’un film d’une troublante actualité où la spiritualité se révèle un recours infaillible contre la barbarie et un secours pour les plus faibles.

 

« Anne Fontaine réussit un très beau film, respectueux de son sujet et de ses personnages. La foi des religieuses, dans leurs convictions et leurs doutes, est exposée avec une grande justesse. Tout comme le décalage avec le mode de vie de Mathilde est montré avec discrétion. De cette rencontre improbable en temps ordinaire, chaque protagoniste en sortira grandit et apaisé : au cœur même de l'horreur, il y a des actes de conviction, un germe d'espérance... »