Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Service diocésain des Pèlerinages Service diocésain des Pèlerinages

Sainte Victoire

La chapelle Sainte-Victoire se trouve au sommet du mont Vuache, sur la commune de Chevrier. En ruine au XVIII ème siècle, elle fut reconstruite en 1851. Chaque lundi de Pentecôte un pèlerinage organisé par la paroisse Saint-Jacques.


Sainte Victoire sauta des falaises pour échapper aux Sarrasins

Légende du massif du Vuache, l’histoire de sainte Victoire trouve son origine dans la période troublée de la fin du premier millénaire. Victoire est une adolescente qui garde un troupeau de chèvres sur les crêtes du Vuache.

Cette jeune fille très pieuse, native de Bans, un village aujourd’hui englouti sous les eaux du Rhône, entend un jour une voix qui lui dit : « Victoire, construis là une chapelle et viens t’y réfugier. » Stupéfaite, elle comprend alors que Dieu lui a fait connaître sa volonté. Elle érige donc une chapelle sur la pointe ouest du massif et fonde bientôt une petite communauté religieuse en ces lieux.

Les années passent dans la paix et le recueillement, jusqu’à ce que des groupes de Sarrasins remontent la vallée du Rhône pour faire des razzias dans les villages situés à proximité du fleuve. Apprenant l’existence d’une chapelle sur le Vuache, les pillards espèrent y trouver quelques objets de valeur et gravissent la montagne. Victoire, qui avait pu mettre à l’abri ses moniales, se retrouve brusquement encerclée par les Sarrasins.

Cachée par les habitants de Léaz

Acculée au bord de la falaise dominant le Rhône, elle préfère se jeter dans le vide plutôt que de tomber entre leurs mains. Mais Dieu ne pouvant laisser tomber une aussi fidèle servante, c’est une main invisible qui saisit Victoire alors qu’elle allait s’écraser au sol et la porte jusqu’au rocher de Léaz, situé de l’autre côté du Rhône à plusieurs centaines de mètres du Vuache. Les promeneurs qui fréquentent ce joli coin de pays situé non loin du Fort l’Écluse peuvent encore aujourd’hui voir sur la roche la trace du pied droit et du genou gauche de Victoire, ainsi que l’empreinte de la croix du Christ et de la clé de sa chapelle qu’elle portait sur elle au moment du saut divin.

Cachée par des habitants de Léaz, Victoire attendra le départ des Sarrasins avant de regagner les crêtes du Vuache et d’y rebâtir sa chapelle.

Mille ans après les faits, la légende de sainte Victoire est toujours bien présente sur le massif du Vuache. La jeune fille est ainsi honorée chaque lundi de Pentecôte par un pèlerinage sur le site de sa chapelle – reconstruite en 1851 et dotée d’un auvent en 1951 – où se rassemblent une bonne centaine de pèlerins venus de toutes les paroisses alentours.

Par Dominique ERNST Publié le 14/08/2012