Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Service diocésain de Formation (Sedifor) Service diocésain de Formation (Sedifor)

Rites et pratiques autour de la mort

Retour sur la rencontre inter-religieuse - rites et pratiques autour de la mort -, journée de réflexion organisée par le Service diocésain de formation, en partenariat avec l'Amitié judéo-chrétienne, l'Église réformée d'Annecy, le Groupe oecuménique, et le Groupe des chrétiens orthodoxes. Les Pompes Funèbres Générales d'Annecy ont également participé pour apporter un éclairage non confessionnel.

 Rencontre inter-religieuse - rites et pratiques autour de la mort - oct. 2011
L’objectif de cette journée était de nous interroger sur les rites et les pratiques autour la mort dans nos différentes religions.

Derrière eux, des théologies différentes se justifient : quelles sont-elle ? Comment nous donnent-elle une meilleure compréhension de notre foi ?
 

Les rites permettent de se déposséder de la mort.

Ils posent des gestes qui ne nous appartiennent pas, ils établissent une distance. Ils sécurisent parce qu’ils se situent hors du temps et qu’ils sont vécus comme un moyen de maîtriser la durée, de combattre sa peur.


Les rites sont très différents d’une religion à l’autre.

Presque inexistants dans l’Église réformée, ils sont pléthoriques dans la religion juive. Parce que nous avons des besoins différents, ils ne doivent pas être uniformisés. Par exemple, les protestants ne prient pas pour les morts puisqu’ils sont déjà auprès de Dieu, mais pour les vivants. Les orthodoxes mettent l’accent sur la communion entre les morts et les vivants. Pour l’Église catholique, le corps du défunt fait l’objet de beaucoup d’attention et les rites préparent à la séparation. Les juifs insistent sur la résurrection espérée à la venue du Messie.
 

 

Ci-dessous : photos des intervenants

 

1- P. François Méan (Église orthodoxe)
2- Eliane Ventre (Amitiés Judéo chrétienne)
3- Jean-Michel Rollin (PFGA)

Les rites et pratiques autour de la mort montrent notre souhait de maîtriser la mort.

Chaque religion a trouvé sa façon de faire, en fonction de sa relation à Dieu, de sa tradition, de son histoire. Notre point commun : Les rites construisent un pont entre la vie sur terre et la vie éternelle que Dieu nous donne mais que l’on a du mal à appréhender et qui nous fait peur. Que nous disent-ils de notre foi ? Ils appellent à la confiance, au lâcher prise.
 

 

Brigitte Besème
Responsable du Sedifor
 

 

 

 

 

4- Groupe Amitié Judéo-chrétienne
5 - Daniel Pignal-Jacquard, Eliane et Jean-Marc Ventre (Église Réformée Annecy)