Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Service diocésain de Formation (Sedifor) Service diocésain de Formation (Sedifor)

Bonne Nouvelle pour les familles

Retour sur la journée du 26 novembre à la découverte de « La joie de l’amour ». "La joie de l’amour qui est vécue dans les familles est aussi la joie de l’Église » Ce sont les premiers mots de l’exhortation publiée par le Pape François suite aux synodes de la famille. Ils donnent le ton. L’objectif de ce message est d’annoncer à tous la Bonne Nouvelle de l’Église pour les familles aujourd’hui. Comment sera-t-il reçu ?


Pour nous mettre ensemble à l’écoute, et réfléchir à la mise en œuvre de cet appel, le Sedifor et la pastorale familiale ont organisé une journée, ouverte à tous, samedi 26 novembre à la Maison du diocèse.

Près de soixante dix participants se sont retrouvés autour de notre Évêque, jeunes familles avec leurs petits enfants, prêtres, représentants et membres des mouvements de la pastorale familiale, paroissiens, chrétiens d’autres confessions …  Une bonne occasion pour croiser les regards et les attentes. Oranne de Mautort, directrice adjointe du service national famille et société de la Conférence des Évêques de France, nous a partagé sa très bonne connaissance du texte.

Au programme : Une introduction à « La joie de l’amour » et quelques pistes pastorales par le Père Yves Boivineau. Des clefs de lecture et une présentation des fondements du texte, avec un accent mis sur la théologie morale, par Oranne de Mautort. Des ateliers pour découvrir, en petit groupe, des extraits du texte et donner le goût de le lire. Des témoignages pour illustrer le propos avec des situations concrètes. Sans oublier les animations musicales et deux temps de prière qui ont donné une note recueillie et joyeuse à la journée. De leur côté, les enfants ont partagé jeux, chants et bricolages de l’Avent à la garderie.

Une pastorale positive.

Dans l’introduction, le Père Évêque rappelle que depuis le début de son pontificat, François invite l’Église à une conversion missionnaire, en développant « une pastorale positive, accueillante, qui rend possible un approfondissement progressif des exigences de l’Évangile »[1].  Accompagner sur un chemin de croissance. C’est l’attrait du bien qui motive. L’Évangile est en dialogue avec la vie.

Nous sommes invités à renouer avec une grande tradition de l’Église : centrer la morale sur la bonté et non sur l’obligation. Celui qui n’aime pas, n’a pas de raison de respecter les commandements. Comprendre les commandements, non pas comme une limite à ne pas dépasser mais comme un chemin à emprunter. Une morale d’obligation, axée sur le permis/défendu, engendre à la fois le laxisme et le rigorisme. « Nous sommes appelés  à former les consciences mais non à prétendre nous substituer à elles »[2] L’accent est mis sur les situations concrètes. François appelle à reconnaître la présence du Seigneur dans ce que vivent les familles, à discerner les semences du Verbe dans les situations imparfaites.. «  Seule la rencontre effective avec l’existence concrète d’autrui permet d’y repérer avec celles et ceux qui sont concernés, la volonté toujours singulière de Dieu ».

Télécharger ici le compte-rendu complet de la rencontre
Suggestions pour aller plus loin

Elisabeth Bénichou

[1] Pape François AL n°38

[2] Pape François AL n°37