Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale des Migrants diocèse d'Annecy Pastorale des Migrants diocèse d'Annecy

Migrants : journée diocésaine

La journée diocésaine de la Pastorale des Migrants, qui a eut lieu le 12 mars dernier, est toujours une belle occasion de seretrouver, de rendre hommage à toutes celles et ceux qui consacrent leur énergie et leur temps, parfois même de leurs ressources, au service des frères et sœurs venus d’ailleurs...

Journée diocésaine de la Pastorale des Migrants - La Roche-sur-Foron

C’est aussi l’occasion de prendre la mesure des effets dévastateurs de la guerre et des persécutions sur la vie de ceux qui sont contraints de fuir… C’est encore et surtout une occasion de rendre hommage au courage de toutes ces personnes, à leur force morale.

À la manière de la pensée et de l’action du pape François, ce qui caractérise notre pastorale, c’est la culture de la rencontre, la culture de l’accueil. C’est la volonté d’établir des relations authentiques, directes et parfois personnelles avec nos frères et sœurs venus d’ailleurs. Nous sommes accueillis, nous sommes reçus et parfois même hébergés. En nous accueillant, en nous recevant, en nous hébergeant, vous nous rejoignez très souvent sur nos différents chemins, parcours administratifs et autres. D’accompagnateurs, vous devenez pour nous des compagnons… des « compagnons d’Emmaüs ». Oui, il s’agit bien d’un chemin, un long chemin tracé le long de l’histoire de l’Église.

En 2014, l’Église a fêté la 100eme journée mondiale du migrant et du réfugié : « Migrants et réfugiés : vers un monde meilleur », tel était le thème de cette année-là. Le monde meilleur, c’est peut-être celui que nous avons à construire ensemble.

Oui, c’est un chemin

En 2015, le thème était le suivant : « Église sans frontière, mère de tous ». Dans son message d’alors, le pape François parlait déjà de la mondialisation de l’indifférence. À la mondialisation du phénomène migratoire, il faut répondre par la mondialisation de la charité et de la coopération, de manière à humaniser les conditions des migrants.

« Vous avez une place spéciale dans le cœur de l’Église, déclare le pape François, vous l’aidez à élargir les dimensions de son cœur pour manifester sa maternité envers la famille humaine tout entière ».

En 2016, l’an dernier, la thématique était : « Les migrants et les réfugiés bous interpellent », la réponse de l’évangile de la Miséricorde. A la racine de l’Évangile de la Miséricorde, la rencontre et l’accueil de l’autre se relient à la rencontre et à l’accueil de Dieu. Accueillir l’autre, c’est accueillir Dieu en personne. Et cette année, notre thème : « Mineurs migrants, vulnérables et sans voix ». Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille ! Dit Jésus (Marc 9, 37).

En attirant notre regard sur les plus jeunes, enfants et adolescents, le pape nous invite à être attentifs à ceux qui sont une promesse d’avenir, aussi bien, pour leurs parents – lorsque ceux-ci les accompagnent – que pour la société dans laquelle nombreux sont ceux qui grandiront et feront leur vie (Cf. Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et de Saintes).

La journée d’aujourd’hui s’inscrit dans une forme de continuité de la journée mondiale que nous avons fêtée le 16 janvier dans nos différentes paroisses. L’an dernier, nous avions utilisé le « photo-langage », nous nous sommes servis de photos comme support pour discuter, réfléchir et échanger dans les différents groupes. Cette année, nous avons décidé de projeter différentes thématiques et images sur grand écran : des thématiques portant sur le travail, la rencontre, l’éducation, la transmission, l’instruction… Nos échanges seront aussi riches que la fraternité qui nous unit.

Dimitri Milounguidi N’Goma
(Membre de l’équipe diocésaine de la Pastorale des Migrants)

Toutes les photos ici