Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale des Migrants diocèse d'Annecy Pastorale des Migrants diocèse d'Annecy

Les enfants migrants

L’appel du pape en faveur des enfants migrants. Dans son message pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2017, le pape François livre un vibrant plaidoyer en faveur des enfants migrants, appelant les pays d’accueil à les protéger et à les intégrer...

Le pape François, qui, en créant le nouveau dicastère pour le développement humain intégral, vient de se réserver le dossier des migrants, a voulu consacrer son message de la Journée mondiale du migrant et du réfugié, qui sera célébrée le 15 janvier 2017, à la question des mineurs.

90 000 mineurs isolés ont ainsi demandé l’asile en Europe en 2015, selon Eurostat.

« Invisibles et sans voix », les enfants « sont trois fois sans défense parce qu’ils sont mineurs, parce qu’ils sont étrangers et parce qu’ils sont sans défense », rappelle le pape qui « appelle chacun à aider ceux qui, pour différentes raisons, sont forcés de vivre loin de leur terre natale et sont séparés de leurs familles ».

> À lire : Le pape François à La Croix, « Il faut intégrer les migrants »

Dans ce long texte, le pape François demande d’abord aux communautés chrétiennes de prendre conscience que « le phénomène migratoire n’est pas sans lien avec l’histoire du salut » : « l’Église encourage à reconnaître le dessein de Dieu aussi dans ce phénomène, avec la certitude que personne n’est étranger dans la communauté chrétienne ».

Prendre toutes les mesures pour garantir leur protection

Surtout, le pape appelle les pays d’accueil à prendre toutes les mesures pour garantir la protection et la défense des mineurs migrants, soulignant combien « la ligne de démarcation entre migration et trafic peut souvent être très subtile ». « Par conséquent, il est aussi nécessaire que les immigrés, d’abord pour le bien de leurs enfants, collaborent toujours plus étroitement avec les communautés qui les accueillent », relève le pape. Ensuite, François lance un appel net en faveur de « l’intégration des enfants et des jeunes migrants », point sur lequel il note un réel manque de la part des pays d’accueil.

« La pénurie de ressources financières devient un empêchement à l’adoption de politiques d’accueil, d’assistance et d’inclusions adéquates, relève le pape. Par conséquent, au lieu de favoriser l’insertion sociale des mineurs migrants, ou des programmes de rapatriement sûrs et aidés, il s’agit seulement d’empêcher leur entrée, favorisant ainsi le recours à des réseaux illégaux ; ou alors ces immigrants sont renvoyés dans leur pays d’origine sans aucun souci de leur réel”intérêt supérieur’’. »

« Adopter des solutions durables »

Face à l’exposition de ces mineurs au crime organisé, François va même jusqu’à estimer que leur régularisation, ainsi que celle de leurs parents, va au-delà du « droit des États à gérer les flux migratoires et à sauvegarder le bien commun », seule limitation que la doctrine sociale de l’Église reconnaît habituellement à la libre circulation des personnes.

Enfin, François appelle à « chercher et adopter des solutions durables ».

« Il est absolument nécessaire de résoudre dans les pays d’origine les causes qui provoquent les migrations, insiste le pape. Cela exige l’engagement de la communauté internationale tout entière à éteindre les conflits et les violences qui contraignent les personnes à la fuite. »

En conclusion, le pape rend aussi hommage à tous ceux qui viennent en aide aux mineurs migrants. « Ils ont besoin de votre aide précieuse, et l’Église aussi a besoin de vous et vous soutient dans le service généreux que vous rendez », tient à préciser François.

> À lire  : La crise des migrants, au cœur du pontificat de François

La Croix, Nicolas Senèze, à Rome

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS  POUR LA JOURNÉE MONDIALE
DU MIGRANT ET DU RÉFUGIÉ 2017