Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale des Migrants diocèse d'Annecy Pastorale des Migrants diocèse d'Annecy

Le cœur des hommes est très similaire

L'accueil des Migrants dans les diocèses. Un an après l'appel du pape pour les migrants, le père Carlos Caetano, frère du Sacré-Cœur et directeur du Service national de la pastorale des migrants témoigne de l'accueil des chrétiens.

Père Carlos Caetano : "Le cœur des hommes est très similaire"

 par François Ballarin

Il y a un an jour pour jour, face à l’afflux massif de réfugiés, le Pape François lançait cet appel : "Que chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque sanctuaire d’Europe accueille une famille réfugiée, à commencer par celles de mon diocèse de Rome." Un an plus tard, de nombreux diocèses ou paroisses ont pris des initiatives afin de rendre concret l’appel du Pape. Le père Carlos Caetano, frère du Sacré-Cœur et directeur du Service national de la pastorale des migrants et des personnes itinérantes, précise cet engagement.
 

Plusieurs milliers de réfugiés accompagnés

Les chrétiens ont essayé de répondre avec leur force, commence le père Caetano. Il poursuit : "S'occuper des plus pauvres, des migrants, c'est la préoccupation de l'Eglise. Mais les paroisses et les diocèses ont du se préparer." "Plusieurs milliers de migrants ont été hébergés, accompagnés. Les signes sont très encourageants", continue le prêtre.

Pour le père Caetano, le message du pape a été primordial. "Accueillir des réfugiés ne s'improvise pas. C'est un projet beau et exigeant, mais il faut prévoir des parcours", précise-t-il. "Le pape a donné une nouvelle méthodologie. Il n'a pas souhaité créer une seule structure, mais il a choisi de décentraliser, pour que les migrants qui arrivent en France soient vraiment suivis, et que leur insertion soit plus simple", détaille le prêtre. 

La même humanité entre les familles et les réfugiés

Après avoir discuté avec des familles ayant accueilli des réfugiés, le père Caetano témoigne de leur surprise : "Elles ont constaté que l'autre n'est pas radicalement différent". "Même malgré des cultures ou une foi distinctes, le cœur de hommes est très similaires. Les familles recherchent la même chose :  la dignité, la sécurité, un futur meilleur pour leurs enfants. Au final, les familles ont trouvé chez les réfugiés la même humanité", note le père Caetano.

Il ajoute : "Avec cet accueil, les familles ont la possibilité de se reconnaître comme frère et sœur, comme famille humaine. Les migrants aident les autochtones à comprendre qu'à la fin, nous sommes une seule famille humaine." Interrogé sur l'appréhension de certains sur l'accueil de migrants, le père Caetano reconnaît : "La peur est normale, mais on doit accueillir avec un sens de responsabilité". "Il faut aussi cultiver l'espoir et l'espérance dans nos cœurs ", conclut-il.