Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale des Migrants diocèse d'Annecy Pastorale des Migrants diocèse d'Annecy

Couloir humanitaire en France

Le 14 mars 2017 un accord pour la France a été signé ... Cinq associations chrétiennes ont signé un accord avec le gouvernement français pour accueillir 500 réfugiés syriens et irakiens. Le but : les faire venir en Europe en évitant les "traversées de la mort" en Méditerranée.

Des couloirs humanitaires pour éviter les "voyages de la mort". Voilà en substance le projet de cinq associations chrétiennes : la communauté italienne de Sant’Egidio, la Conférence des évêques de France, le Secours catholique, la Fédération protestante de France et la Fédération de l’entraide protestante de France. Leur idée : faire venir en France, sans danger et par la voie des airs, des réfugiés syriens et irakiens jugés "vulnérables".
L’initiative préparée depuis de longs mois a été actée, mardi 14 mars, à l’Élysée par le président François Hollande, le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, et les cinq associations. La signature est notable : la France est le deuxième pays, après l’Italie, à mettre en œuvre ce projet. "Ce protocole confirme que dans une République laïque des collaborations fructueuses avec les Églises sont possibles et même sont souhaitées", a souligné François Hollande.


Le projet français des “couloirs humanitaires”


La mise en place du projet des “couloirs humanitaires” en France s’appuie sur :


la signature d’un protocole d’accord, à l'initiative de la Communauté de Sant'Egidio, entre les cinq promoteurs du projet et les ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères pour la mise en oeuvre du projet “Opération d’accueil solidaire de réfugiés en provenance du Liban (couloirs humanitaires)”. Ce protocole prévoit les conditions d’identi fication, d’accueil, d’intégration et d'inclusion en France de 500 personnes dans les 18 mois après la signature du protocole avec
une priorité aux personnes les plus vulnérables (voir ci-après la note “Comment fonctionnent les couloirs humanitaires ?”) ;


une alliance oecuménique unissant la Communauté de Sant’Egidio, la Fédération protestante de France, la Fédération de l’Entraide protestante, la Conférence des évêques de France et le Secours catholique – Caritas France, tous déjà fortement mobilisés dans l’accueil des réfugiés et leur intégration sociale, et déterminés à promouvoir une protection et une alternative à l’exploitation criminelle des personnes vulnérables par des trafiquants indifférents aux naufrages en mer qu’ils provoquent ;



la capacité opérationnelle et financière des cinq promoteurs du projet (le projet est totalement auto-financé) et la mobilisation de leurs réseaux de solidarité (bénévoles, donateurs) et désireux de porter un tel projet innovant en matière de fraternité dans l'accueil par la société civile.


Une alternative aux “voyages de la mort” en Méditerranée : le précédent de l’initiative
oecuménique italienne corridoi umanitari


C’est dans le contexte dramatique des “voyages de la mort” conduisant des milliers de réfugiés à perdre la vie en Méditerranée et en démonstration d’une alternative possible, sûre et soutenable que catholiques et protestants italiens, à l’initiative de la Communauté de Sant’Egidio, ont proposé et lancé le 15 décembre 2015 le projet pilote des “couloirs humanitaires”. Sur la base d’un protocole signé avec les ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères italiens, ce projet a déjà conduit en Italie environ 700 migrants fuyant la Syrie, et quelques-uns l'Irak, auxquels ont été garantis une voie
d’accès sûre en Europe (par avion) en même temps qu’un programme d’intégration. Ces familles étaient réfugiées au Liban.


Un projet innovant pour l’Europe


2016 a connu le plus grand nombre de mort en mer Méditerranée avec plus de 5000 victimes. Force est de constater que le voeu du Conseil européen « que plus personne ne meurt en mer » (réunion extraordinaire du 23 avril 2015) n'a pas été réalisé. Le Conseil déclarait alors : « La situation en Méditerranée est dramatique. L’Union européenne mettra en oeuvre, en coopération avec les pays d’origine et de transit, tous les moyens dont elle dispose pour éviter toute nouvelle perte de vies
humaines en mer et s’attaquer aux causes profondes de la détresse humaine à laquelle nous sommes confrontés. Notre priorité immédiate est de faire en sorte que plus personne ne meurt en mer. » Le projet de couloirs humanitaires est une initiative citoyenne, oecuménique et européenne qui entend contribuer à l'agenda européen en matière de migrations. Il est une mise en pratique concrète et reproductible de ce que la Commission européenne appelait de ses voeux le 13 mai 2015 en déclarant que « les États membres devraient utiliser toutes les autres possibilités légales qui s'offrent aux personnes nécessitant une protection, y compris les parrainages privés / non gouvernementaux et les titres de séjour pour raisons humanitaires ainsi que les dispositions relatives au regroupement familial ».