Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale de la santé Pastorale de la santé

Témoignage dimanche de la santé sur le diocèse

plusieurs témoignages ont été lus durant l'eucharistie du dimanche de la santé par des professionels de la santé, des bénévoles, de personnes malades.Voici ceux qui ont été lus à La Roche sur foron et à Publier

TEMOIGNAGE DONNE LORS DE LA JOURNEE MONDIALE DES MALADES A LA ROCHE S/FORON
Samedi 9 et dimanche 10 février 2013


DONNE-MOI TA PAROLE

Bonjour à toutes et tous,

L'équipe qui a préparé cette célébration m'a demandée si je voulais témoigner de ce que je vis en tant que soignante de nuit en milieu psychiatrique.

Donc j'ai glané quelques paroles.
Les voici.

La parole dans le service où j'exerce est parfois SILENCE pour que l'autre, le patient puisse prendre sa place : savoir écouter la souffrance, la joie, les reculs et les avancées.

Elle est parfois VIOLENCE dans les mots ou dans les gestes. Quand le patient se déconnecte du monde pour être dans son monde, c'est un corps à corps qui s'engage. Après le retour au calme la parole se fait rencontre, elle se fait visitation où le patient et le soignant renouent le lien de la vie. Cela se fait par l'intermédiaire de l'entretien infirmier ou des rencontres de groupe soignant-soigné, là se joue une interaction, une construction d'une vie ensemble, d'une vie à reconstruire.

La parole est parfois GESTE, c'est un moment partagé autour d'une tisane ou d'une partie de scrabble ou d'un livre ou d'un film.

La parole est SOIN, le dialogue prend toute sa place pour amener le patient dans la confiance à adhérer à son traitement dans la durée, car la prise de médicaments est souvent lourde et entraîne des effets indésirables : par exemple, la prise de poids, ce qui risque de tenter le patient d’arrêter son traitement, d'où l'importance d'un suivi à l'extérieur de l'hôpital dans la persévérance, d'être épaulé par sa famille et ses amis.

La parole est aussi RENCONTRE avec les Aumônières de l'hôpital. Un fait de vie : elles m'ont partagé leur émotion lors de l'enterrement d'un des patients du service ; à la cérémonie des funérailles, certains ont participé au déroulement de la célébration. Ils ont choisi un morceau de musique, ils ont semé des pétales de roses sur le cercueil, ils ont chanté et pleuré et l'un d'eux a osé prendre la parole en s'adressant à son ami : « t'es un brave type, tu me donnais des cigarettes et tu partageais ton coca, tu me manques. Je suis sûr que tu es au paradis et nous, on te garde pour toujours dans notre cœur ». Quant elles m'ont raconté cet évènement, dans leurs yeux j'ai vu la joie malgré la tristesse, c'était une belle cérémonie m'ont-elles dit. Pour moi, cela me parle de partage, de joie d'amour, de vie éternelle, c'est notre credo, nous qui sommes chrétiens.
.
Et puis, dans ma vie de soignante, il m'arrive de dire comme Pierre, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre. Seigneur, j'ai vu la détresse des autres, ma détresse, j'ai mal, mais sur ton ordre je jette les filets.

Dans le diocèse, il existe des équipes de la pastorale de la santé. Il y en a une à Annecy et une sur La Roche. Nous nous retrouvons entre soignants avec le désir d'approfondir notre métier en lien avec la parole de l'évangile. Les équipes sont composées de médecins, d'infirmières, d'aides-soignantes de diététiciennes, de kinés, de sophrologues, tous les corps de métiers qui touchent à la santé.


Nous prenons un temps, le soir, une fois par mois, pour nous retrouver. Nous partageons soit un thème ou une expérience de vie malheureuse ou heureuse. Chacun apporte une réflexion, son vécu, ce qui permet d'ouvrir nos horizons. Puis nous choisissons un texte d'évangile, nous le lisons et regardons ce que Jésus nous dit ou ce qu'il est dit de Jésus dans ce texte. Cela éclaire notre expérience professionnelle et nous redonne force, espoir, courage, persévérance, amour. Ça me fait penser aux disciples d'Emmaüs, quand ils sont en chemin et que Jésus les accompagne. Il leur a expliqué les écritures et leurs yeux s'ouvrirent à la fraction du pain.

Dans cette expérience de fraternité, je peux dire que l'esprit du Seigneur est à l'œuvre et je vous invite, si vous êtes soignants, à nous rejoindre pour que la parole circule entre nous.

Merci !


Mme Barthélémy Josette
infirmière de nuit à l'EPSM de La Roche
mariée , mère de 3 enfants,
 

Témoignage d'une jeune professionelle à Publier :

Jeune professionnelle, je travaille depuis le mois de septembre en foyer de vie auprès de personnes porteuses d'un handicap mental. Educatrice spécialisée, je considère la parole comme l'outil principal, le coeur de mon métier.

Parole de celui que j'accompagne, parole que je lui donne, parole entre collègue. La "parole" est affaire pour moi d'un questionnement constant. Que dire? Et Comment le dire? Dans quels lieux? Et surtout comment recevoir?

Le foyer de vie est un espace collectif partagé par de nombreux résidents et collègues. Entendre la parole de l'autre nécessite alors de trouver des temps individuels, de prendre le temps d'écouter, de parfois s'appuyer sur les activités du quotidien ou d'autres plus ludiques. Prendre le temps aussi de la rencontre, de tisser des liens avec la personne autour de moments partagés. Prendre le temps également de respecter la personne, son rythme, ses difficultés à nous parler et donc s'ouvrir à d'autres types de parole: les images, les gestes, les attitudes.

Tout ne se dit pas avec les mots

Prendre le temps enfin d'échanger avec les familles, les collègues, dans les espaces où l'on nous interpelle autrement, où nous pouvons avoir du recul et se laisser surprendre à découvrir un sens différent à la parole de celui que l'on accompagne!

 

Parole d'un éducateur:

Quand on m'a demandé d'écrire quelque chose pour cette messe de la santé et du social, je me suis dit que ce n'était pas chose facile car il s'agit de transmettre quelque chose ( ce qui peut paraître quelque peu vaniteux) tout en restant humble (c'est à dire éffacé). Et il me semble que toutes les autres personnes ont pensé de même. Alors que dire? Que dire qui puisse vous intéresser vraiment.Que puis-je vous apporter? Car c'est de cela qu'il s'agit:ne vient-on pas à la messe pour chercher quelque chose,ou quelqu'un?

Si je devais vous faire part d'une seule chose de ces années passées à s'occuper d'enfants chahutés, et même presque toujours écrasés par la vie, quelle serait-elle? Peut-être un message d'humilité,à la manière du Petit Prince qui apprivoise le Renard pour pouvoir mieux le comprendre. Car on n'arrive souvent à rien en forçant un jeune à aller dans une direction qu'il ne veutpas prendre. Il faut donc proposer sans relâche, dans l'espoir que la main tendue sera serrée.

Sans doute un message d'espoir, car certains de ces jeunes nousont appris qu'il est toujours possible de rebondir:ils ont souvent fait montre de véritables leçons d'espérance tant ils ont réussi malgré leur lourd fardeau.

Et aussi un message de fermeté et de conviction, car, bien plus que les paroles, il faut toujours s'efforcer de représenter un exemple vivant vis à vis des jeunes afin de les conforter dans le droit chemin, eux qui formeront la société de demain, avec ses vies exemplaires et ses dérives.

Mais plus encore un messge de foi, car c'est elle quinous aconstamment guidés et nous a permis de surmonter bien des difficultés. Sans cette certitude, nous n'aurions jamais pu mener à bien la tâche que nous nous étions fixés.Notre foi nous avéritablement guidés,je n'en veux pour preuve que tous ces hasards survenus sans lesquels rien n'aurait été possible, vous savez ces circonstances qui s'articulent comme s'il était évident que vous devez avancer dans une direction donnée...Et, comme disait Einstein, pourtant homme de sciences et dont on pourrait penser à priori qu'il était cartésien:"Le hasard, c'est Dieu quise promène incognito".

Parole d'une personne malade chronique:

L'hôpital se dégrade...le personnel hospitalier n'a plus le temps de s'occuper correctement des malades...les médecins courent d'un patient à l'autre...c'est la cadence infernale!!!

Pas toujours...

J'ai la chance, malgré une maladie chronique, de vivre une journée tous les deux mois dans un hôpital de jour où les infirmières, les aides soignantes,les personnes qui apportent les repas ,me considèrent comme un être humain.Elles tiennent compte de mes besoins, de mes peurs, de ma ou mes douleurs...sans courirême la rhumatologue prend environ 20 mn pour faire le bilan de mon état de santé. La douleur est prise en compte à chaque fois .Je suis écoutée car je suis une malade docile mais qui pose beaucoup de questions;pourquoi ce protocole? Pourquoi ce produit plutôt qu'un autre? Et j'a eu droit une fois à un petit massage pour me détendre avant une perfusion... Ce n'est pas "aupays des bisounours" mais dans un CHU de haute savoie.

Parole d'une visiteuse en aumônerie de maison de retraite:

Je suis visiteuse bénévole en maison de personnes âgées.

Quand ces personnes dites "âgées" arrivent dans ces maisons, ne soyons pas dupes, elles savent bien ce qui les attend:la fin de vie, la mort.

Alors écouter ce qu'elles me disent, même si je pense qu'elles ont perdu la tête.

L'autre jour,une dame de 104 ans, couchée depuis 4 ou 5 jours, toute recroquevillée dans son lit m'acceuille.

- Bonjour , Ah C'est vous!

je lui demande:

- comment allez-vous?

- Je suis bien ,me dit-elle...mais j'ai peur.

-Ah bon! Et de quoi?

- Eh!...comment c'est là-haut!

J'ai bien compris qu'elle me parlait de sa mort et de ...après

Je lui demande: Vous n'avez pas confiance?

-Oh si mais, on ne sait pas vraiment...

- Oui, c'est vrai... et j'ajoute: vous avez la foi?

Et elle me rétorque: bien que sûr que si!...et vous?

Vlan pour me certitudes!

- j'essaye...alors si vous avez confiance, soyez sûre que la-haut,comme vous dites,il ya quelqu'n qui vous attend les bras ouverts pour vous serrez sur son coeur.

- Ah c'est vrai...c'est bien.Merci,... et je verrai ma maman!

Cette dame est décédée 2 jours plus tard tout doucement dans son sommeil.
Donner la parole aux personnes en fin de vie, faire silence en moi et écouter....avec mon intelligence mais aussi avec mon coeur.Ne pas arriver avec mes idées toutes faîtes.Esprit Saint, merci de m'aider à trouver les mots.