Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale de la famille Pastorale de la famille

Rencontre avec Jean-Marie Petitclerc

Rencontre des équipe mariage - janvier 2011

 Une centaine de participants se sont retrouvés dimanche 15 novembre à La Roche sur Foron, à l'invitation de la Pastorale de la Famille et des Centres de Préparation au Mariage pour un temps de rencontre et de formation.
Rencontre entre les animateurs de l'accueil en paroisse et les membres des CPM, venus de tout le diocèse. Les temps de carrefours permettent de se connaître, d'échanger sur nos pratiques et nos interrogations et, comme le souligne le Père Alain Fournier-Bidoz,, "Au fil des années de se sentir solidaires de ce travail d'accompagnement des fiancés."
Formation autour d'un invité qui nous partage son expérience et sa réflexion.
Cette année, nous avons eu la joie d'accueillir Le Père Jean-Marie Petitclerc.

Il nous a invité à porter un regard, avant tout positif, mais aussi éclairé par une approche sociologique, sur les évolutions de la jeunesse dans notre société, traçant quelques caractéristiques des rapports que les jeunes entretiennent avec le désir, les autres, le temps. conférence petitclerc.jpg
Le rapport au désir est marqué par le primat de l'affectif. Ce qui fonde la légitimité du désir c'est son authenticité. Quel besoin a-t-on d'une reconnaissance par une institution civile ou ecclésiale ?
Le rapport aux autres est marqué par le primat de "l'entre-pairs". C'est la culture que les jeunes partagent entre eux qui fait de plus en plus référence, évolution accélérée par l'arrivée massive d'internet. L'influence familiale passe derrière le réseau de copains, d'où les problèmes de transmission.
Du fait d'une difficulté à se projeter dans un avenir incertain, le rapport au temps est marqué par le primat de l'instantanéité. Ce qui peut entraîner une panne du sens : "On ne peut construire du sens qu'en conjuguant le passé, le présent et le futur" et une incapacité à entendre le langage de l'Eglise.

Qu'est ce qui pousse ces jeunes à demander le sacrement de mariage ?
Beauté du lieu, désir de faire plaisir, conscience d'une transcendance, besoin d'une bénédiction, recherche d'une stabilité, envie de solenniser cet engagement … Toutes ces attentes, exprimées par les jeunes, sont autant de points de départ pour les accompagnateurs. Démarrer une préparation au mariage consiste d'abord à permettre aux jeunes couples d'apporter ce qui fait leur amour.
L'étape suivante, c'est de leur permettre de découvrir que leur amour n'est pas seulement une affaire privée mais qu'il s'inscrit dans une dimension sociale. Autre point essentiel, pour des jeunes qui ont pu être témoins de nombreuses ruptures, la durée n'est pas un obstacle à l'intensité de l'amour, au contraire l'amour véritable s'accomplit dans le temps. Enfin, découvrir que la relation à l'intérieur du couple est à l'image de la relation de l'homme avec Dieu, empreinte d'une grande part de mystère.
"L'essentiel de la préparation au mariage, c'est de sortir de cette idée selon laquelle on passe devant Dieu pour satisfaire à un besoin de sacré. L'enjeu est bien plus important. Il est d'aider les jeunes à découvrir que s'ils veulent durer dans cet amour, alors la réflexion sur comment Dieu aime l'homme, peut être source d'inspiration dans leur agir quotidien. Préparer, ce n'est pas dire des choses sur comment Dieu voit le mariage ou comment l'Eglise voit le mariage. C'est accompagner les jeunes à la découverte de cet extraordinaire message du Christ : que cet amour qu'ils se portent, s'ils s'aiment comme Lui même a aimé (en insistant sur le comme) peut devenir signe de la présence de Dieu parmi les hommes. Dans cette perspective la préparation au mariage peut se faire occasion d'une redécouverte de la foi".

Le rôle des animateurs de la préparation au mariage a été bien mis en lumière. "Ces jeunes ont besoin de rencontrer des adultes crédibles, capables de leur montrer que le temps peut être un allié, capables d'expliquer que l'institution va permettre à l'engagement de durer". Merci à tous ceux qui s'engagent dans ce service !