Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale de la famille Pastorale de la famille

Parents, grands-parents...

... entre présence et distance. Dans le prolongement des "Cafés des Grands-parents", à l'initiative de la Maison de la Famille et en partenariat avec Couple & Famille, le CLER, l'UDAF 74 et le MCR, la question des relations inter-générations grands-parents, parents, petits-enfants, a réuni une assemblée nombreuse. « Je viens me former pour être une bonne grand-mère » a confié une participante.

Marc Babin, docteur en sciences de l’éducation, Anne Scrive, médiatrice familiale à l’UDAF 69, enseignante à l'Institut des Sciences de la Famille de Lyon et Me Sandrine Echard, avocate en droit de la Famille au barreau d'Annecy, ont animé les échanges.

Quelques échos :

Les petits enfants : un cadeau de la vie ! Les grands-parents reçoivent leur place des parents qui sont les premiers éducateurs. Comment trouver la juste place sans empiéter sur celle des parents ? Comment une génération laisse-t-elle la place à l’autre ? Le rôle de grand-parent ne peut se développer que dans la continuité avec celui de parent. Les parents ont besoin d’être soutenus par les grands-parents pour devenir parents. Une relation de confiance est nécessaire.

Les grands-parents ont un rôle éducatif spécifique : bienveillance, disponibilité, complicité, moins de pression sociale. Ils sont des alliés privilégiés pour épauler les petits-enfants dans leurs difficultés à grandir.

Ils sont aussi des dépositaires de l’histoire de la famille qui permet aux petits enfants de s’inscrire dans une lignée humaine. Des médiateurs de rencontres avec les cousins, les membres de la famille éloignée. Ils gardent la mémoire des défunts que les petits enfants n’ont pas connus.

En cas de divorce, les grands-parents peuvent être des repères pour les petits-enfants qui doivent se construire avec deux parents qui ne s’aiment plus. Ils sont les garants du fait que les parents se sont aimés.

Grâce à la longévité, les grands-parents sont présents dans la vie du petit-enfant, non seulement dans son enfance, mais aussi dans son adolescence et même à l’âge adulte. Un sondage donnait 60% des grands-parents interrogés qui avaient un contact hebdomadaire avec leurs grands petits-enfants.

Cependant, de nombreux grands-parents et petits-enfants sont aujourd’hui empêchés d’établir ce lien inter-générationnel qui peut s’avérer pourtant si enrichissant. Des grands-parents expriment leur souffrance devant « ce temps perdu qu’on ne retrouvera plus jamais ».  Dans la plupart des cas, cette situation résulte d’une dégradation de la relation parents-grands-parents. « Je n’ai jamais rencontré un petit-enfant disant qu’il ne veut pas voir ses grands-parents » assure Anne Scrive. Des associations comme L’UDAF, ou « Couples et Familles », proposent une médiation familiale. À saisir avant qu’il ne soit trop tard ! Le recours à la justice est pour sa part, un long chemin avec très peu de chance d'aboutir de manière satisfaisante selon Sandrine Echard. La Maison de la famille envisage un groupe de partage spécifique pour les grands-parents concernés par cette situation.

La rencontre s'est terminée autour d'un verre de l'amitié bien animé.