Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale de la famille Pastorale de la famille

Miséricorde

Le Pape François appelle à redécouvrir la puissance de la miséricorde de Dieu. Comment vivre cet appel en famille ? On parle rarement de miséricorde en famille, préférant les mots amour et pardon. Voici la définition que propose un enfant : « La miséricorde, c’est les personnes qui sont dans la misère. Jésus leur lance une corde. »

Des misères, dans nos familles, il y en a ! La première démarche sera de les reconnaître. Dans tous les manques d’amour, allant de la petite égratignure : un mot de travers, une réflexion piquante, un jugement ; aux blessures plus graves qui peuvent provoquer incompréhension, rejet, rupture. Pensons à ces rancoeurs, qui comme des écueils, sont toujours prêts à refaire surface et endommager les liens familiaux. Notre misère, ce peut être aussi ce pardon qui semble impossible à donner. Interrogeons chacun de nos liens et voyons où répandre un peu de ce « baume de miséricorde »  pour que nos familles portent de beaux fruits d ‘amour.

Le Pape mentionne la blessure provoquée par l’interruption volontaire de grossesse. « J’ai rencontré de nombreuses femmes qui portaient dans leur cœur la cicatrice de ce choix difficile et douloureux », les invitant à initier une démarche pour « obtenir le pardon véritable et généreux du Père qui renouvelle tout par sa présence. »[1]

Les familles peuvent aussi être le théâtre de drames : infidélités, trahisons, violences, abandons, incestes … Cette année de la miséricorde est une corde lancée à tous ceux qui ont commis de graves atteintes au sein de leur famille. Écoutons François : « Face à la gravité du péché, Dieu répond par la plénitude du pardon. La miséricorde sera toujours plus grande que le péché et nul ne peut imposer une limite à l’amour de Dieu qui pardonne. » [2]

Une démarche en trois temps

Au cours de cette année, le Pape nous propose un petit pèlerinage jusqu’à la porte sainte « où quiconque pourra faire l’expérience de l’amour de Dieu qui console, pardonne, et donne l’espérance »[3] . Pourquoi ne pas faire ce pèlerinage en couple ou inviter des membres de notre famille élargie ? Une démarche vécue non pas comme un acte magique mais comme un acte de foi partagée. « En passant la porte sainte, nous nous laisserons embrasser par la miséricorde de Dieu, et nous nous engagerons à être miséricordieux avec les autres comme le Père l’est avec nous ». [4]

Le Pape nous incite aussi à recevoir le sacrement de réconciliation. Sacrement qui peut se révéler source de salut pour nos familles comme en témoigne cette personne : « À un moment de notre histoire, après six ans de mariage, notre amour était en panne. Au cours des dernières années, nos chemins s’étaient trop écartés. La rupture se profilait comme la seule issue probable. Dans cette situation, j’ai ressenti un appel à me confesser. La démarche m’a été très difficile, comme si des obstacles se dressaient sur mon chemin. Lorsque j’ai pu exprimer à un prêtre, les sentiments qui m’habitaient , de révolte, colère, incompréhension, et ce constat : il n’y a plus d’amour pour faire avancer notre couple. Le réservoir est vide ! Un constat de misère ! Je ne voyais pas bien ce qui pouvait en sortir et j’ai reçu le sacrement de réconciliation avec un brin d’incrédulité. Mais peu à peu, les montagnes se sont aplanies et nous avons retrouvé une relation apaisée, confiante, aimante. Le Seigneur avait pris soin de cet amour blessé que j’avais pu remettre à sa grâce et nous l’a rendu, sauvé ! »

La démarche sera complète si nous accomplissons « des œuvres de miséricorde », des actes concrets de solidarité envers nos proches dans le besoin (voir Matthieu 25).

Nous pouvons vivre cette année sainte comme une chance pour renouveler les relations à l’intérieur de nos familles «  les imprégnant de miséricorde pour aller à la rencontre de chacun en lui offrant la bonté et la tendresse de Dieu ». (N°5)

Elisabeth et Jean-Marc Bénichou

[1] Pape François, lettre du 1er septembre 2015.
[2] Pape François, Bulle d’indiction du jubilé de la miséricorde N°3, 11/04/2015.
[3] Id N°3
[4] Id N°14

Mots-clés associés :