Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pastorale de la famille Pastorale de la famille

La famille doit être au coeur de la pastorale de l'Eglise

Des paroles précises, pesées et pensées avec attention : celles du Pape François aux cardinaux réunis depuis ce jeudi matin en consistoire consacrée à la famille, « cellule fondamentale de la société humaine ». C'est l'analyse faite par le père Federico Lombardi, directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège après la première matinée de travail, rythmée par un salut du doyen du collège cardinalice, le cardinal Angelo Sodano, par le salut du Pape et par le rapport du cardinal Kasper sur la famille.

C’est une véritable feuille de route que le Pape a donné aux cardinaux. Il a rappelé que « la famille représente dans le monde comme le reflet de Dieu, Un et Trine » avant d’expliquer les buts de ce consistoire. « Notre réflexion se souviendra toujours de la beauté de la famille et du mariage, de la grandeur de cette réalité humaine à la fois si simple et si riche, faite de joies et d’espérances, de peines et de souffrances, comme toute la vie. Nous chercherons à approfondir la théologie de la famille et la pastorale que nous devons mettre en œuvre dans les conditions actuelles. » Il a également précisé la manière dont les cardinaux devaient travailler : « Faisons-le en profondeur et sans tomber dans la “casuistique”, parce qu’elle ferait inévitablement abaisser le niveau de notre travail. La famille aujourd’hui est dépréciée, elle est maltraitée, et ce qui nous est demandé, c’est de reconnaître combien il est beau, vrai et bon de former une famille, d’être une famille aujourd’hui ; combien c’est indispensable pour la vie du monde, pour l’avenir de l’humanité ».

 

Le Cardinal Kasper a tracé les lignes de réflexion

Les cardinaux ont pu ensuite écouter l’introduction du cardinal Kasper. « Regarder avec réalisme la réalité de la famille, afin d’arriver à voir quels sont les problèmes de la pastorale d’aujourd’hui, sans se focaliser pour autant sur des problèmes bien particuliers. » C’est le sens des paroles du cardinal, qui s’accordent parfaitement à celles du Pape. « Nous devons contribuer par les mots et les actes à faire en sorte que les personnes trouvent leur bonheur dans la famille et qu’ainsi elles puissent témoigner de leur joie aux autres familles » a notamment déclaré le cardinal. « Nous devons comprendre la famille comme une Eglise domestique, la rendre la voie privilégiée de la nouvelle évangélisation, du renouvellement de l’Eglise, une Eglise qui est en chemin auprès des gens et avec les gens ». « Les familles sont un terrain d’essai de la pastorale et l’urgence de la nouvelle évangélisation, la famille est le futur ».

Dans ce long discours, le cardinal Kasper est notamment revenu sur la notion de gradualité, entendue comme « croissance dans la compréhension et dans la réalisation de la loi de l’Evangile qui est une loi de liberté. » Il faut accompagner les familles à travers toutes leurs épreuves. Parmi celles-ci, le divorce. Le cardinal n’a pas esquivé la question, rappelant le défi de « maintenir ensemble le binôme indissoluble de la fidélité à la parole de Jésus et de la miséricorde, de la compréhension de la miséricorde de Dieu, dans la vie des personnes et par conséquent dans l’action pastorale de l’Eglise. »

Prise ainsi en étau entre le rigorisme et le laxisme, l’Eglise doit réfléchir, selon le cardinal, si la voie de la pénitence ne pourrait pas être une solution dans les situations difficiles. Mais le cardinal Kasper n’a pas donné de solution, mais juste indiqué des pistes de réflexion, réflexion qui se poursuivra de toute façon bien au-delà du consistoire, lors du synode en octobre prochain.

Source : Radio Vatican