Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Aumônerie de l'Enseignement Public (A.E.P.) Aumônerie de l'Enseignement Public (A.E.P.)

Les oeuvres de Dieu ou nos oeuvres pour Dieu ?

C'était le thème de la journée de formation organisée par le Service diocésain des AEP, pour les responsables d'aumônerie, le 11 décembre dernier. Une conférence audio du père Laurent Fabre nous a invités à cette réflexion. Dans nos pratiques nous avons le souci de cibler des besoins (ceux des jeunes vers qui nous sommes envoyés, ceux de nos équipes d'animateurs....) ce qui nous amène à bâtir des projets, et ensuite à nous organiser pour remplir nos objectifs. Ceci est transposable à toute activité humaine. Dans le domaine ecclésial, comme le souligne le père Fabre, il est d'usage de demander à Dieu lors d'un temps de prière, de bénir notre travail et certainement, Dieu le fait : nous avons agi comme il faut. Cependant, et c'est l'axe proposé par le conférencier, qui a été repris ensuite par le père Vincent Rossat qui nous accompagnait dans le cheminement de notre réflexion, prenons-nous les choses dans le bon ordre ?...

...Nous souhaitons en toute bonne foi faire ce qui est bon pour l’autre, pour le groupe de jeunes, pour nos animateurs. Mais comment pouvons-nous être sûrs de ce qui leur convient ? Eux-mêmes le savent-ils bien ? Il nous faut travailler à une conversion du cœur, à accepter nos limites. Sous le regard de Dieu, nous rejoignons le réel des situations et nous pouvons agir. Dans le même temps, en acceptant de ne pas avoir toutes les compétences, le travail en équipe redevient une évidence. Bien sûr s’en remettre à Dieu ne veut pas dire oublier de travailler avec des outils pédagogiques performants, des supports vidéos et des techniques d’aujourd’hui, ou renoncer à continuer de se former, au contraire ! C’est quand on pense qu’on est déjà arrivé, qu’on perd son dynamisme vital et que notre pastorale s’étiole. Saint Ignace disait : « Agis comme si tout dépendait de toi, prie comme si tout dépendait de Dieu. »


Quelques repères peuvent nous aider à discerner si nous sommes en bonne voie, ce qu’il est possible de faire par petites touches, sans se mettre la pression.
 

Avons-nous une relation simple et naturelle avec le Christ ? Restons sous son regard : il libère notre audace et notre créativité. Avant tout chose, prenons l’habitude de le louer pour ce qu’il est, pour ce que nous sommes.


Quels sont nos dadas ? En ayant conscience de nos marottes, nous pourrons équilibrer le contenu de nos animations et laisser de la place à d’autres portes d’accès.


Comment vivons-nous les épreuves et les critiques
: si elles soulèvent en nous trop de passions ou d’émotions, cela veut dire que nous avons fait nos œuvres pour Dieu, et pas les œuvres de Dieu.
En conclusion, plutôt que d’interroger des pratiques, il convient d’être attentif à nos postures, à nos manières d’être. Soyons-en sûrs : personne ne nous en voudra d’être à l’aise avec Dieu. Dans nos aumôneries les jeunes (et les adultes) sont sensibles au climat qui y règne. Nous en sommes garants, par la qualité même de la relation que nous entretenons avec le Christ et par ce que nous mettons en œuvre afin que les jeunes l’expérimentent à leur tour.

Enfin, gardons en mémoire ce passage de l’Évangile de la joie de notre pape François : « Parfois, il nous semble que nos efforts ne portent pas de fruit, pourtant la mission n’est pas un commerce ni un projet d’entreprise, pas plus qu’une organisation humanitaire, ni un spectacle pour raconter combien de personnes se sont engagées grâce à notre propagande ; elle est quelque chose de beaucoup plus profond, qui échappe à toute mesure. Peut-être que le Seigneur passe par notre engagement pour déverser des bénédictions quelque part, dans le monde, dans un lieu où nous n’irons jamais. L’Esprit Saint agit comme il veut, quand il veut et où il veut ; nous nous dépensons sans prétendre, cependant, voir des résultats visibles. Nous savons seulement que notre don de soi est nécessaire. Apprenons à nous reposer dans la tendresse des bras du Père, au coeur de notre dévouement créatif et généreux. Avançons, engageons-nous à fond, mais laissons-le rendre féconds nos efforts comme bon lui semble ».(279)

Pour consulter l'album photos, cliquer ICI