Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Maison de la famille Maison de la famille

La famille, cocon ou chaudron.

La Maison de la famille avait vu grand en réservant l'auditorium du lycée Saint-Michel à Annecy pour la conférence de Jean-Marie Petitclerc. Mais elle avait vu juste puisque c'est dans un auditorium pratiquement comble, devant un parterre allant de jeunes lycéens jusqu'aux grands-parents, que la conférence s'est ouverte sur le thème : “ la famille cocon ou chaudron“ ou “oser s'affronter sans se détruire“. Il faut dire que Jean-Marie Petitclerc, prêtre de Don bosco, polytechnicien et éducateur spécialisé des territoires difficiles sait captiver son auditoire en illustrant abondamment ses propos d'anecdotes vécues sur un terrain où il exerce depuis des décennies.....

D’entrée il a expliqué que notre société n’était pas en crise, il n’y a donc pas lieu d’en attendre la fin, mais elle est en profonde mutation. Il est plus difficile d’être jeunes aujourd’hui, car comment se projeter dans un avenir devenu incertain ? Il est aussi plus difficile d’être parent aujourd’hui : comment puiser dans l’héritage familial pour faire face à des problèmes complètement nouveaux ?
Aujourd’hui l’autorité vient de la qualité des relations et non plus de la place institutionnelle. Il n’est donc pas surprenant que des conflits surviennent jusque dans les familles entre parents et enfants et entre fratrie. Il faut donc apprendre à gérer les conflits, et la famille doit être le lieu où l’on apprend à gérer les conflits.


Le plus souvent le conflit débute sur un “conflit d’objets“ mais on en arrive vite au “conflit de personnes“. Il faut gérer le conflit dans le respect des personnes, ne jamais identifier un jeune à ses comportements. Gérer le conflit c’est toujours rester ou revenir au champ de l’objet car le conflit de personne débouche toujours sur la violence : toi contre moi ! Il faut s’interdire de blesser l’autre.
Le conflit est constructif et il fait partie intégrante du métier de parents : dire non, poser des règles. L’art d’être parent c’est l’art de faire passer le message : «je te dis non parce que je t’aime ». La sanction permet au jeune d’assumer les conséquences de ses actes.


Crise de l’adolescence = crise de la relation parents enfants. Il faut assumer une double déception : l’adolescent découvre ses parents avec leurs failles d’adultes, les parents découvrent que leur ado n’est pas totalement comme ils l’avaient rêvé. On ne peut aimer vraiment l’autre qu’à partir du moment on a été déçu par l’autre ! Aimer son ados c’est accepter cette déception.
A l’adolescence les relations peuvent devenir paradoxales : l’ado a besoin de ses parents mais en même temps il les ressent comme une menace pour son autonomie. Ce qui est attaqué c’est ce qui compte le plus ; plus un ado est virulent contre un des parents, plus le parent est important pour lui. Noter aussi que le ressenti du conflit n’est pas le même côté adolescent et côté parents.
Dans une fratrie on fait une expérience de similitude et de différence avec un fort enjeu de différenciation d’où la naissance de conflits. Apprendre à la fratrie à régler ses conflits ce n’est pas les régler à sa place.
La famille est le lieu par excellence d’apprentissage de la fraternité. C’est le lieu où les valeurs républicaines et les valeurs chrétiennes se rejoignent. La liberté et l’égalité sont des droits, la fraternité est un devoir. Lorsque le devoir de fraternité s’estompe, certains droits risquent d’être menacés.
Après l’exposé de sa conférence, Jean-Marie Petitclerc s’est livré au jeu des questions-réponses avec la salle, avant que les discussions ne se poursuivent autour du verre de l’amitié dans le hall de l’auditorium.
Vraiment une très bonne soirée !
Un grand “MERCI“ au Père Jean-Marie Petitclerc pour avoir accepter de nous partager sa grande expérience, ainsi qu’au Lycée Saint-Michel pour nous avoir ouvert grandes les portes de son auditorium.


• le CD audio de la Conférence sera disponible à la Maison de la Famille à partir du 23 mars
au prix indicatif de 10€.