Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Maison de la famille Maison de la famille

Une porte s’est ouverte…

Depuis la fin du deuxième synode sur la famille, certains attendaient une modification claire de la position de l’Église, d’autres espéraient que l’Église tiendrait bon et qu’on ne changerait rien. Et voilà que le pape François a parlé et qu’une porte s’est ouverte ; c’est bien peu diront certains, c’est bien trop penseront d’autres !

« La route de l’Église est toujours celle de Jésus : celle de la miséricorde et de l’intégration. Il s’agit d’intégrer tout le monde » (296). A quelques lignes d’intervalle le pape affirme à deux reprises :  « Personne ne peut être condamné pour toujours parce que ce n’est pas la logique de l’Évangile »

Bien ! D’accord, mais après ?

Après, c’est à nous, laïcs, prêtres et diacres, avec notre évêque, d’ouvrir des chemins pour accompagner, discerner, intégrer. Ces chemins sont à peine définis, même si leur contenu est esquissé. Le comment est à inventer. Face à la diversité et à la complexité des situations concrètes, un pasteur ne peut se sentir satisfait en appliquant seulement des lois morales, il lui faut plonger au cœur des histoires singulières de chacun avec pour bâton de marche « la Miséricorde de celui à qui il a été fait miséricorde » car « la charité véritable est toujours imméritée, inconditionnelle et gratuite » (296).

Dans la situation qui est la leur, les personnes divorcées remariées ont besoin de l’aide de l’Église pour continuer à grandir, « dans certains cas il peut s’agir aussi de l’aide des sacrements » (305 note 351).

C’est maintenant que tout commence !

Joëlle & Gérard Bourmault
Responsables Divorcés chrétiens - Revivre 74