Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Maison de la famille Maison de la famille

Protéger les enfants

Les agressions sexuelles et les viols commis à l’encontre d’enfants sont aujourd’hui qualifiés respectivement comme des délits et des crimes. Après des siècles d’indifférence, notre société a pris la mesure des conséquences très graves de ces violences qui atteignent les enfants dans leur intimité. Destruction de l’image de soi, perte de confiance dans les adultes censés les protéger, souffrances parfois impossibles à exprimer, amnésie traumatique qui fait l’effet d’une bombe à retardement…

 

Les institutions qui exercent une responsabilité éducative, prennent conscience des ravages liés aux actes à caractère pédophile de certains de leurs membres. L’Église n’est pas épargnée par cette réalité dont elle découvre la complexité et les conséquences destructrices sur les enfants victimes. « Lorsque l’agresseur est un ministre ordonné, religieux, ou laïc en responsabilité, il y a une double trahison. Non seulement un adulte impose à un mineur ses pulsions, mais ses agissements contredisent l’Évangile qu’il annonce. »[1] Face à ces drames, le pape Benoît XVI promeut une fermeté sans équivoque, tolérance zéro, protection des victimes, coopération avec la justice, prévention. Il rappelle que les actes de pédophilie sont à la fois passibles de la justice civile et punis par le droit interne de l’Eglise catholique[2], et que « le pardon ne remplace pas la justice ». En 2003, L’église de France publie la brochure « Lutter contre la pédophilie » rééditée en 2010[3].

Lors de son discours d’ouverture à l’assemblée des évêques à Lourdes le 15 mars dernier, le président de la conférence des évêques de France, G. Pontier, réaffirme  « Notre engagement est clair et partagé par nous tous : privilégier l’accueil des victimes et de leurs familles, les inciter à porter plainte, engager les procédures canoniques contre les auteurs de ces actes (destitution de leur ministère) et travailler en toute loyauté avec la justice de notre pays…. Je tiens à redire ici, en notre nom à tous, que les évêques de France ont une volonté : faire la vérité pour les victimes. C’est cette priorité qui doit guider toutes nos actions dans ces affaires si douloureuses. »

Commentant le film Spotlight, dans une interview publiée le 17 février 2016, un ancien « promoteur de justice » au Vatican[4] a déclaré : « Il faut que tous les évêques et cardinaux aillent voir ce film. […] Il n’y a pas de miséricorde sans justice ».

Élisabeth et Jean-Marc Bénichou, délégués diocésains, pastorale familiale.

Où s’adresser ?

Si vous ou un de vos proches est victime d’agression sexuelle, vous pouvez vous contacter :

- La Maison de la famille à Annecy pour une écoute et une information :

Tél. 04 50 60 32 70
www.diocese-annecy.fr/maisondelafamille

- L’association d’aide aux victimes de Haute-Savoie pour une aide dans vos démarches. AVIJ 74 .

  • Annecy : 04 50 52 90 75
  • Bonneville : 04 50 07 37 00 
  • Annemasse : 04 50 84 06 70
  • Cluses : 04 50 96 84 63
  • Thonon les Bains : 04 50 17 04 82
  • St Julien en Genevois : 04 50 74 86 86  

 

[1] Télécharger la brochure « Lutter contre la pédophilie, repères pour les éducateurs » édition de 2010


« Ce document donne des informations simples sur les diverses réalités que recouvre le mot « pédophilie », sur la personnalité de ceux qui se livrent à de tels actes, sur les conséquences pour les victimes et sur la façon dont le droit français sanctionne ces agissements. Il rappelle que la dénonciation s’impose, en vertu de la loi française, chaque fois que des faits précis sont connus. Il donne des repères pour agir dans les situations où il n’existe que des soupçons. Il souligne enfin qu’il appartient aux personnes tenues au secret professionnel et à qui la loi française reconnaît « une option de conscience » de tout mettre en œuvre pour que l’auteur de tels faits se livre lui-même à la justice. »CEF

 

[1] Pierre-Marie Carré, archévêque de Montpellier, 17 février 2012, CEF

[2] « Nouvelles normes sur les délits les plus graves », Congrégation pour la doctrine de la foi, 15/07/2010

[3] « Lutter contre la pédophilie, repères pour les éducateurs » édition de 2010

[4] Charles Scicluna, actuel archevêque de Malte et ancien promoteur de justice à la Congrégation pour la doctrine de la foi.