Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Maison de la famille Maison de la famille

Les nouveaux moyens de communication et les adolescents

Ce qu'ils utilisent : les téléphones portables, les blogs, les photos numériques, les réseaux sociaux ; comment ils les utilisent, ce qu'ils y mettent et pourquoi ; le rôle des parents : comprendre pour garder le lien. Fondamentalement, les ados restent les mêmes pour affronter la violence, la sexualité et la mort. Les images sur Internet mettent en scène ces problèmes...

... On oublie souvent les significations que les ados y mettent, ou on ne les comprend pas. Internet rend visible aux adultes des comportements ados qu'on ne pouvait pas voir avant. Rien n'est nouveau dans le fond mais les moyens ont changé.

En touchant aux moyens, on refuse de voir le sens. Il est plus important de favoriser le dialogue pour essayer de comprendre le sens. En interdisant sans paroles ces moyens (suppression d’Internet, de portable) on dénie l’expression d’un besoin adolescent. Il faut une parole d’adulte qui peut définir des limites sans jugement a priori. On constate que les pratiques actuelles vont plutôt vers une plus grande sécurité (prises de RV par des réseaux sociaux ou chats sur Internet) mais les images restent limitées à des groupes fermés, auxquels les adultes n’ont pas accès.

Les nouveaux moyens

►Les téléphones portables : conversations et textos. Avoir un téléphone portable est devenu presque un « rite de passage ». C’est le signe d’une autonomie que les parents peuvent voir aussi comme une première liberté sous contrôle, rassurante : ils peuvent vérifier que leurs enfants ou ados sont bien rentrés à la maison, où ils se trouvent et avec qui. Sorte de « cordon ombilical » au début, le portable est vite utilisé comme un lien permanent avec les pairs, copains et copines. L’arrivée des Smartphones a fait évolué l’usage du téléphone portable.

►Les blogs. Ils échappent plus au contrôle parental. Ils permettent un « entre-soi » adolescent. Le blog est un outil de communication qui joue un rôle important dans la gestion des relations entre pairs.

►Les réseaux sociaux. Ils n’ont pas que des défauts et des dangers potentiels, mais sont la mise en œuvre de vrais rapports entre adolescents, entre groupes. Ils permettent une vie sociale malgré l’éloignement, la dépendance aux moyens de transport, donc aux parents.

►Les photos numériques. Se mettre en scène, se créer un personnage, partager les temps forts, les émotions, tout cela peut se faire en temps réel en envoyant des photos sur les blogs, sur les réseaux sociaux. L’utilisation des snapchats et selfies.

Leurs utilisations

Les téléphones portables. Si les parents bloquent souvent les forfaits, la baisse des prix et les propositions commerciales rendent possibles des conversations et des textos quasiment illimitées, pour ceux qui ont un simple téléphone.

Les textos sont très réactifs, permettent de s’amuser, de « délirer » en raccourci, de situer les copains, de se retrouver dans un même lieu très rapidement.

Mais les technologies ont considérablement et très rapidement évolué. Les Smartphones, reliés à Internet, permettent non seulement de téléphoner, mais aussi de faire des photos numériques avec une très bonne résolution. On peut télécharger de multiples informations, avoir accès à Internet, donc aux messageries personnelles, aux blogs, aux réseaux sociaux. On peut recevoir en temps réel des photos, des vidéos, des émissions de télévisions. Les ados ont presqu tous des forfaits de moins en moins chers et les smartphones sont souvent offerts en cadeau par la famille.

Les blogs. Si les ados aiment se mettre en scène, ils aiment aussi se retrouver entre pairs et former un cercle. Ils délimitent soigneusement leur audience en limitant, par un mot de passe, l’accès à leurs blogs. Ils peuvent y partager leurs réflexions, leurs émotions, leur actualité du moment en insérant des photos. Ils y affichent leurs goûts, leurs emblèmes culturels, ils vérifient qu’ils font bien partie d’un groupe, qu’ils sont conformes à un certain style apprécié de ceux qui ont accès au blog. Il faut nourrir et commenter ce blog. Leur « look », leur apparence est soigneusement travaillée, ils en attendent des commentaires, des appréciations. C’est parfois l’occasion pour les jeunes ados de tester leur séduction et des se mettre en scène dans des poses ou des vêtements qu’ils ont choisis spécialement pour figurer dans leur .blog, qui n’est pas accessible à leurs parents.

Les réseaux sociaux. Plus réactifs, plus ouverts que les blogs, ils sont des endroits où les ados peuvent retrouver des amis. C’est un espace public dans lequel ils « trainent » avec leurs copains. Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter, Ask, ils peuvent avoir très rapidement des centaines d’amis et partager largement leur actualité. Ils peuvent passer beaucoup de temps à consulter leurs pages, l’actualiser, mettre des photos, dialoguer en direct, jouer avec des partenaires disponibles au moment où ils sont connectés. Ils donnent des informations sur leur statut : ils sont en couple ou célibataire…ils peuvent ainsi annoncer les changements intervenus dans leur vie, au collège, au lycée, en famille. Ils permettent également de mettre en images des défis que certains relèvent, même s’ils sont dangereux : boire le plus vite possible des alcools forts, pratiquer une activité extrême au péril de sa vie. Ce qui rejoint les conduites à risque de l’adolescence.

Les photos numériques. Les photos ne sont plus seulement mémoire mais lien social et construction identitaire. Elles permettent de se montrer, de se mettre en scène pour être aimé, elles accompagnent la quête de soi dans le passage à l’âge adulte.
Les photos numériques donnent accès à une généralisation des techniques qui étaient auparavant réservées aux professionnels : retouches, montages, choix des meilleurs clichés gratuitement.
Elles peuvent se partager à l’infini sur Internet, sur des blogs, des réseaux sociaux, des Smartphones. L’immédiateté a généré des utilisations éphémères comme des Snapchats, des photos qui disparaissent au bout de quelques secondes. Elles sont utilisées pour partager les émotions d’un groupe, lors d’une fête par exemple.

Les sextos sont accompagnés de photos intimes. Ils peuvent servir à déclarer ses sentiments, créer une complicité amoureuses. Mais si ces photos restent normalement dans la sphère privée, elles peuvent aussi être utilisés contre celui ou celle qui a été pris en photo, par vengeance ou jalousie. Leur diffusion peut alors se transformer en harcèlement (au collège, au lycée, dans leur quartier).

Que peuvent faire les parents !

Au regard de quelques chiffres, on peut constater que les parents sont souvent démunis devant l’utilisation d’outils qu’ils ne maitrisent pas tous. L’informatique, et tous leurs dérivés : tablettes, Smartphones, PC … sont très largement utilisés dans pratiquement toutes les familles. 90 % des 13/17 ans ont un téléphone mobile. Le nombre des écrans dans une famille est en moyenne de 6,5. Beaucoup d’adolescents ont un ordinateur dans leur chambre.
De plus ces outils sont largement utilisés dans les établissements scolaires comme support d’apprentissage et leur maitrise est un enjeu pour leur avenir.

 

Quelques remarques importantes 

Il ne faut pas dramatiser, diaboliser. Ces outils ouvrent des perspectives extraordinaires aux ados, d’apprentissage, de mise en réseau amical, de recherches scolaires ou personnelles. Le dialogue reste le plus efficace moyen, non de contrôle, mais de partage de ce qu’ils vivent, sans oublier qu’on ne peut pas tout savoir de leur vie et qu’ils ont droit à leur jardin secret.

Leur montrer l’exemple : leurs parents ne sont pas « accros » eux-mêmes à ces nouveaux moyens. Si la télévision est allumée en permanence, si les parents consultent sans arrêt leurs emails ou leurs propres réseaux sociaux, s’ils passent leurs soirées devant leur ordinateur, comment les inciter à rester dans le cadre familial ?

Prendre conscience avec eux du temps passé devant des écrans afin de gérer leur emploi du temps et leur besoin de sommeil. Que ce temps passé devant leur ordinateur les empêchent peut-être de rencontrer des amis proches, de partager un moment en famille, de faire les activités qu’ils aiment.

Adapter les outils à leur âge. Avant 13 ou 14 ans, ils n’ont pas forcément- besoin d’un téléphone portable, sauf raison de sécurité. Avant l’âge du lycée, l’ordinateur peut être dans une pièce commune où les parents peuvent avoir un droit de regard sur le temps passé ou les recherches qu’ils font.

Leur faire confiance, en discutant avec eux des risques potentiels qu’ils peuvent courir : trop s’exposer sur Internet en vidéo ou photos, donner ses coordonnées, mettre en ligne des photos retouchées mettant en cause d’autres personnes, comme des professeurs par exemple. Ils doivent être conscients que chacun a droit à son image et que l’utilisation d’images sans autorisation de leurs propriétaires est sanctionnée par la loi.

On en revient à une grande constante de la vie de parents avec des ados : le dialogue est plus que jamais nécessaire ! On peut difficilement leur interdire l’accès à ces outils mais on peut discuter avec eux de ce qu’ils peuvent y trouver, le pire et le meilleur, des images qui peuvent les choquer et des recherches passionnantes. L’éducation ne se fait plus à la verticale, de professeur à élève, de parents à enfants mais plus horizontalement, la maitrise des outils pouvant donner aux ados un rôle de pédagogue vis-à-vis d’adultes moins habiles à les utiliser. Partager ces outils, mais aussi de bons moments ensemble, cela demande du temps et un apprentissage à un esprit critique pour éviter de tout regarder sans discernement.

Catherine Henry