Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Mission Universelle Mission Universelle

Billet spirituel

Chaque jour de la Semaine Missionaire Mondiale, un billet spirituel est proposé pour laisser résonner dans nos vies cet appel : "Va, je t'envoie"

Billet du dimanche 18 octobre

Allez, je vous envoie !

Chaque personne qu’il rencontre, Jésus l’appelle à sa suite et bientôt l’envoie annoncer la Bonne Nouvelle du salut. Il l’envoie, mais non pas isolément ; il l’insère d’abord dans le groupe des disciples.

Si à chacun, en l’appelant, Jésus dit « Va je t’envoie », bien vite, retentit un appel plus large s’adressant à tous ses disciples, « Allez, je vous envoie » (cf Luc 10, 3) ; un appel qui devient plus fort encore quand il résonne après la résurrection dans ces dernières paroles du Christ en saint Matthieu :

« Allez donc, de toutes les nations faites des disciples ».

Chacun, chaque disciple du Christ se sait ainsi appelé à travailler à l’annonce de l’Evangile. Il le fait, non pas en son nom, mais en tant que membre de l’Eglise qui par sa nature même, est missionnaire et relaie auprès des fidèles l’ordre du Christ :

"Allez, je vous envoie !"

Nous le savons bien, cet appel est si urgent et vital à la fois que l’Eglise nous le fait entendre à la fin de chaque messe, dans l’envoi, pour nous y rendre plus attentifs :

« Allez dans la paix du Christ »

Billet du samedi 17 octobre

La mission de la pécheresse

Une femme, prise en flagrant délit d’adultère, est conduite devant Jésus. Que pensez-vous qu’il arrivât ? Que Jésus la condamne, non pas ! Qu’il lui pardonne certes, mais plus encore, qu’il l’envoie en mission :

"Va, lui dit-il, et désormais ne pèche plus".

« Va », c'est-à-dire : je t’envoie témoigner de l’amour miséricordieux de Dieu qui sauve et « ne pèche plus », pour marquer que Jésus n’est en rien complice mais bien vainqueur du péché, capable de faire d’un pécheur, un apôtre, d’un coupable, un missionnaire.

Chaque fois que nous prions l’Ave Maria disant : « priez pour nous, pauvres pécheurs », souvenons-nous que sûrement Dieu veut nous faire miséricorde et nous rétablir dans son alliance et, plus sûrement encore, qu’il veut nous envoyer témoigner du salut.

A nous tous, pauvres pécheurs, mais pécheurs pardonnés et, désormais, disciples missionnaires, Jésus nous dit comme jadis à la pécheresse :

"Va et ne pèche plus" (cf Jn 8, 11),

"Va en paix", (cf luc 7,50).

Billet du vendredi 16 octobre

Le « Jeune homme riche » : Celui qui résista un moment à l’appel du Seigneur

"Va, je t’envoie !"

L’invitation ne retentit pas seulement dans l’Ancien Testament mais aussi dans le Nouveau. L’évangile du jeune homme riche en donne un bon exemple (cf Mc, 10, 17).

Cet homme accourut voir Jésus, rempli de bonnes dispositions, recherchant le chemin de la vie éternelle. Jésus « posa sur lui son regard et se prit à l’aimer » : moment inoubliable et décisif pour notre foi ! On s’attendait à une réponse enthousiaste à l’appel de Jésus ; las, l’homme hésita et s’en alla tout triste.

Que lui avait donc dit Jésus pour conduire à une telle fin ? –« Va, vends ce que tu as, donne-le aux pauvres et viens, suis moi ». Tout donner, donner sa vie, voilà ce qui découragea notre homme, sur le moment du moins...

Devant notre déconvenue face à cette malheureuse issue, Jésus nous laisse nous interroger sur notre propre attitude : que lui répondrons-nous à lui qui nous adresse aujourd’hui et toujours cette même invitation : Toi va, donne tout, puis viens, suis moi. Jésus ne nous brusque pas ; il patiente et doucement, nous regardant avec amour, nous redit pour nous sauver de la tristesse et nous faire connaître la joie d’annoncer l’Evangile à sa suite :

"Va, je t’envoie !"

Billet du jeudi 15 octobre

Une mission délicate : Samuel est envoyé chez Jessé

Samuel avait grandi ; celui qui, encore enfant, répondit sans hésiter à Dieu qui l’appelait : « Me voici », était désormais établi comme prophète en Israël. Dieu lui dit :

« Va je t’envoie chez Jessé de Bethleem » (1 Sa 16,1).

Il s’agissait de conférer l’onction royale à David, le plus jeune des fils de Jessé pour qu’il succède à Saül, mission périlleuse ! Samuel craignait la vengeance de Saül et hésitait. Dieu intervint pour l’apaiser. Arrivé chez Jessé, Samuel crut voir l’élu du Seigneur en Eliab, le fils ainé à la belle prestance. Dieu -qui ne regarde pas à l’apparence- dut intervenir pour désigner le jeune David qu’il avait choisi. Et Samuel oignit David comme roi, en bon serviteur du Seigneur qui se laisse corriger.

A tout baptisé dont il connaît la générosité mais aussi les peurs et les limites, Dieu, comme à Samuel, redit cependant :

« Va je t’envoie » !

Non, la tâche n’est pas au-dessus de nos forces car Dieu sera pour nous force et conseil. Laissons-nous donc envoyer, conscients d’être des vases d’argile sans valeur mais dociles sous la main du potier divin, des vases porteurs d’un trésor à offrir au monde et c’est notre joie.

Billet du mercredi 14 octobre

​Osée, le prophète au témoignage décoiffant

« Va je t’envoie »

Cette parole qui détermine un appel et une mission, le prophète Osée la reçut par deux fois de façon étonnante : Dieu ne l’envoyait pas exhorter Israël par la parole mais par le témoignage de sa vie : Osée, à l’appel du Seigneur épousa ainsi Gomer ; celle-ci fut bientôt infidèle et Osée resta triste et seul ; situation dérisoire, témoignage anéanti ! C’est alors que Dieu l’appela et l’envoya derechef :

« Va et aime de nouveau "

une femme adultère, comme Dieu aime son peuple qui se prostitue avec les faux dieux ».

Et Osée fit cette expérience d’aimer d’un cœur miséricordieux, comme Dieu aime. Son témoignage bouleversa Israël, nouveau mode d’expression prophétique !

De l’histoire d’Osée, retenons deux choses : Dieu ne nous appelle sans doute pas tous à devenir des missionnaires par la parole mais d’abord à témoigner par la vérité et la charité qui nous animent. Il nous prévient aussi que notre témoignage, notre démarche missionnaire ne sera pas forcément un plein succès. Même devant l’échec apparent, ne nous déclarons pas déçus. Ecoutons Dieu qui nous dit comme à Osée :

« Va et aime de nouveau, comme Dieu aime ».

Billet du mardi 13 octobre

La magnifique disposition d’Isaïe (cf Is 6, 1-10) :

« Me voici, envoie-moi »

Pour Isaïe, point de buisson ardent comme pour Moïse ; mais, une vision de la gloire de Dieu ; un Dieu qui posait cette question : « qui enverrai-je ? » et Isaïe de répondre sans hésiter :

« Me voici, envoie-moi »

Admirable disponibilité, dont le Seigneur se saisit d’emblée l’envoyant aussitôt en mission : « Va et parle à ce peuple ».

Isaïe n’est point surhomme encore moins un personnage imbu de lui-même pour se proposer ainsi sans réserve ; tout humble au contraire et conscient de sa faiblesse, il disait : « Malheur à moi… car je suis un homme aux lèvres impures et j’habite au sein d’un peuple aux lèvres impures,» Comment pourrais-je parler au nom du Seigneur… à moins que le Seigneur lui-même ne vienne me purifier, me fortifier, avant de m’envoyer et c’est bien ce qui advint.

Pour être disponibles comme Isaïe, laissons-nous, comme lui,  purifier, fortifier par le Seigneur. La pénitence ouvre le chemin à l’audace du disciple qui, à son tour, peut s’écrier :

« Me voici, envoie-moi »

La Semaine Missionnaire nous invite peut être ainsi à nous laisser purifier par le Seigneur pour mieux écouter ses appels et y répondre derechef.

Billet du lundi 12 octobre

"Va, je t’envoie !" : La vocation de Moïse

Moïse faisait paître son troupeau dans le désert ; à travers le signe du buisson ardent Dieu se manifesta à lui (cf Ex 3) et Moïse fit un détour pour voir ; Dieu en fut touché et l’appela ; à Moïse qui s’approchait, Dieu fit alors cette confidence : « J’ai vu la misère de mon peuple, son cri je l’ai entendu » ; il ajouta,  je t’ai choisi :

«Va, je t’envoie » pour libérer mon peuple !

En cette Semaine Missionnaire, Dieu veut nous faire signe ; prenons Moïse pour guide ; faisons un détour pour le rencontrer, par la prière, la Parole méditée, le partage, le pardon offert… ne doutons pas qu’il nous veuille appeler, qu’il nous choisit pour son service de façon renouvelée ; écoutons-le, nous dire à notre tour :

«Va, je t’envoie » annoncer la Bonne Nouvelle

Prier, s’informer, partager au service de l’activité missionnaire de l’Eglise, c’est bien ; devenir soi-même missionnaire au nom de notre vocation baptismale, voilà l’objectif !