Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Mission Universelle Mission Universelle

Missionnaires au Pérou

Guillaume et Aurélie, d'Annecy, sont partis avec leurs trois enfants (4, 6 et 8 ans),à Lima, au Pérou pour une mission de développement de deux ans. Ils donnent de leurs nouvelles. Buenas tardes familia y amigos !

Buenas tardes familia y amigos !


"Merci pour tous vos messages, vos pensées, vos prières… Nous pensons aussi à vous depuis le Pérou, où il ne se passe pas une journée sans que nous ou nos enfants calculent l’heure française… Pour plus de simplicité, Balthazar a d’ailleurs décidé de remettre sa montre à l’heure française : il peut ainsi répondre à la question facilement ! Nous nous sommes très vite « déconnectés" et il faut dire aussi que nos soirées sont courtes: régulièrement au lit vers 20h30 (réveil à 6h20), période d’adaptation oblige, nous passons beaucoup moins de temps sur Internet !

Nous allons tous bien. Une petite routine commence à s’installer avec joie : réveil avec le coq, tartines à l’avocat le matin au rythme de la musique du camion poubelle, petites courses à la tienda (boutique de rue) quotidienne, marché tous les 2 jours,…

Le démarrage est progressif, avec beaucoup de respect de notre rythme d’apprentissage de la langue… Poco à poco est encore le mot d’ordre. Nous nous débrouillons pour le quotidien, nous progressons au contact des élèves toujours demandeurs de discussions, des professeurs et autre personnel de l’école (gardien, chauffeur, balayeurs, cuisinières, plombier,… le personnel ne manque pas !), et prenons quotidiennement +/- une heure de cours avec une collègue.

Pour le moment, nous observons les nombreux rituels de l’établissement et assistons aux cours - théoriques et pratiques pour Guillaume / anglais pour Aurélie. Nous avons hâte d’être davantage acteurs, en interactions avec les élèves. Pour devenir enseignant en charge d’une classe, il faut encore progresser en espagnol ; mais dès mi-octobre, nous commencerons à donner des cours de français à une vingtaine d’élèves.

Nous apportons également notre aide aux divers événements du colegio. Ici, la fête a une énorme place dans la vie de chacun : 3 demi-journées pour la fête du printemps avec contes mimés par les petits, présentations des talents de chacuns (chants, poésies, dessins, rubik’s cube, argumentation, english spelling (= épeler des mots en anglais)…) il y a 10 jours / fête du jardin bio des maternelles la semaine dernière. Et cette fin de semaine, 2 jours de grande fiesta pour les 22 ans de l’école ( 5000 personnes attendues dimanche !)…
 
L’adaptation se poursuit aussi pour nos enfants… Après un premier jour plutôt aisé, ils ont traversé une période de départ à reculons pour aller à l’école le matin, surtout pour Balthazar & Colombine. Pour autant, Zéphirin exprime volontiers que ses copains-copines lui manquent, qu’il regrette beaucoup de choses de la France… Il apprécie cependant les temps en famille et le trampoline de l’école auquel nous avons accès quand l’école est vide. Colombine est toujours aussi vive mais sa façon à elle de réagir aux changements est une belle régression de sa part, manifestée par un comportement de bébé pas toujours simple à gérer... Contre toute attente, c’est finalement Balthazar qui semble le plus à l’aise !
Objectivement, les enfants sont entourés de copains et, même s’ils ne les considèrent pas encore comme des amis, nos yeux et les commentaires des personnes du colegio nous indiquent que l’intégration par le jeu fonctionne bien. Nous sommes surpris en bien par le niveau scolaire demandé aux élèves: Zéphirin (CE2) et Balthazar (CP) arrivant au dernier bimestre de l’année, ils ne peuvent pas tout suivre tant l’écart est grand. Mais le but est clair pour ces premiers mois: apprendre avant tout la langue, viendront ensuite les compétences.

Au niveau santé, tout est rentré dans l’ordre après quelques soucis intestinaux pour nos 3 enfants alternativement… Le menu typique de la cantine (riz-pommes-de-terre-poulet-banane) nous y aide bien ! Heureusement de bonnes petites sauces agrémentent le menu… Il manque juste le petit morceau de… fromage… de chocolat... et le café ! Autre manque : l'activité physique.

Nous sommes vraiment heureux de vivre cette mission et mesurons la chance d’être dans ce colegio franciscain où règne tant de bienveillance et de joie simple. La vie quotidienne de nos voisins, des enfants de l’école et de leurs parents semble bien plus difficile… La pauvreté est une réalité de l’autre côté de la rue. Nous avons visité les hauteurs de Huaycan samedi, avec un prêtre missionnaire français au Pérou depuis 30 ans : Padre Yvo qui nous a fait faire le tour de "ses chapelles" (la dernière construite date de juillet dernier). Le programme de nos week-ends se remplit au fur et a mesure des rencontres...

Pour l’heure, nous ne pouvons pas parler de beaucoup d’autres endroits du Pérou car nos déplacements sont très progressifs: nous suivons les consignes de sécurité qui nous demandent une acculturation plus longue. On peut déjà vous dire que lama futé voit souvent du noir !! On va devoir aller plusieurs fois au centre de Lima pour nos démarches de visa : on prévoit la journée.

On pense bien à vous qui entrez dans l’automne… On vous garde dans nos coeurs.

Guillaume & Aurélie
Zéphirin, Balthazar & Colombine