Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Mission Universelle Mission Universelle

Journée de l'Eglise Universelle

Dans le cadre de la Semaine Salésienne, le service diocésain de la Mission Universelle invite chaque année les prêtres, religieux, religieuses haut-savoyards en mission hors de France...



 - actuellement en congé ou rentrés définitivement -, des autres Eglises résidant dans le diocèse d’Annecy et les volontaires laïcs qui se préparent à partir ou qui ont passé plusieurs années à l’étranger. Cette année, nous étions peu nombreux à avoir répondu à l'invitation, toujours aussi chaleureuse et conviviale du service de la Mission Universelle. Seuls missionnaires présents, le père Riguet -actuellement en congé et qui repart bientôt à Abidjan-  une laïque revenue de Centre-Afrique depuis trois ans et le père Marmilloud, ancien missionnaire et aujourd'hui curé à Annemasse. Deux prêtres africains, en remplacement sur la paroisse Saint-Jacques, et leur accompagnatrice ont répondu également à l'invitation.

Aujourd"hui, seule une trentaine de missionnaires religieux et laïcs originaires du diocèse d'Annecy sont en mission à l'étranger, en comptant les trois couples volontaires qui partent au mois de septembre pour deux ans en mission... ce qui est peu, comparé au siècle dernier.

Une des raisons au manque actuel de missionnaires, évoquée par Anne-Marie Bertholet, responsable du service de la Mission Universelle, outre la crise des vocations en France, est l'engagement à vie du missionnaire. C'est pourquoi des organismes tels que la DCC ou la FIDESCO proposent aujourd'hui à des laïcs, célibataires ou en couples l'engagement volontaire pour de courtes périodes d'un ou deux ans. Cela permet de mettre sa vie entre parenthèse, pour mieux la donner dans un engagement total, pour un temps.

Ils partent deux ans comme volontaires

C'est le choix de Guillaume et Aurélie, d'Annecy, qui vont partir avec leurs trois enfants (4, 6 et 8 ans), en septembre prochain à Lima, au Pérou pour une mission de développement de deux ans.

Aurélie et Guillaume quittent leurs emplois respectifs, elle, diététicienne en milieu hospitalier , lui, dessinateur industriel, pour intégrer des postes relevant du ministère de l'éducation nationale péruvienne. Guillaume sera professeur auprès de jeunes lycéens et les accompagnera sur des ateliers techniques en vue de les aider à la préparation de leur projet professionnel.
Aurélie enseignera l'anglais à des enfants de primaire et ses compétences de diététicienne interessent églament le directeur pour améliorer les menus de la cantine. Les enfants ont aussi leur place dans la mission : ils feront la rentrée dans la même école... et en langue espagnole !

Les raisons de leur choix ?

Leur expérience solidaire au Bénin, vécue juste après leur mariage, leur a laissé l'envie de s'engager auprès des plus pauvres et ils ont senti le besoin de se lancer dans cette nouvelle page de leur vie pour se confronter à la différence et s'ouvrir au monde, pour aller à la rencontre de leur prochain et vivre la richesse de l'échange, se mettre au service et se risquer à sortir de leur zone de confort, enfin pour vivre leur vocation de chrétiens dans une expérience humaine et spirituelle.

Leur élan est porté par l'idée d'abandon, de lâcher prise pour se laisser façonner par la mission qui leur sera confiée et la culture qu'ils découvriront. Ils osent prendre des risques, car, pour partir, ils ont dû démissionner de leur travail, et à leur retour, ils devront se confronter au marché de l'emploi.

L'organisation catholique de solidarité internationale Fidesco qui les envoie prend en charge les coûts de leurs missions : formation avant le départ, billets d'avion, assurances, indemnitées de subsistance sur place... Une partie de ce budget est financé par le ministère des Affaires étrangères mais pour le reste (80%) Fidesco vit de dons et chacun peut les soutenir (www.fidesco.fr) et soutenir le projet de Guillaume et Aurélie en les aidant.

Ils ne partent pas seuls !

Notre soutien amical et spirituel leur sera précieux. Vous pouvez leur laisser des messages de soutien, voici leur adresse  : courriel.

Voir les photos de la rencontre du 23 août
Mots-clés associés :