Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Alpes 74 Alpes 74

Journées d'Études François de Sales : la jeunesse au coeur du débat

Sur le thème « « Profiles et attentes des nouvelles générations de journalistes, Marie Christine Martin en charge du recrutement des journalistes à Bayard, avec Hervé Demailly directeur d'études à la Sorbonne, ont planché sur un « sujet passionnant et d'avenir ». « On dit que les jeunes sont des lecteurs de l'illisibilité » lançait Marie Christine Martin évoquant le web... Mais finalement pas seulement, il faut bien reconnaitre que les jeunes ne sont pas lecteurs de quotidiens, ni d'hebdo et que la presse écrite puise l'essentiel de sa clientèle parmi les quinquas et plus ; Il n'est qu'à se rendre dans les lycées lors de la « Semaine de la presse » et d'interroger les étudiants, qui avouent ne pas lire le journal ni un quotidien mais se contenter « du 20 h ».

 Et à ce jour ils sont sur internet et les réseaux sociaux, ce qui semble leur suffire. « Internet les comble » soulignait Marie-Christine Martin. Il faut revenir sur la carrière d’un jeune journaliste. Aujourd’hui, terminé "la formation sur le terrain". On devient journaliste bardé du diplôme de l’école spécialisée. On rentre dans une rédaction et le jeune journaliste est souvent désorienté de se retrouver sur le terrain face à des situations qui pour lui, n’apparaissent que de peu d’intérêt. Les jeunes doivent débuter par le journalisme de proximité , de rencontres, c’est là qu’il vont réellement apprendre. Un journaliste disait « si vous n’aimez pas les gens faites autre chose ». Une autre disait « ils sont journalistes soit, mais sont -ils de bons journalistes » ? Cela n’est pas faire critique cela est de dire que les voies passent par les chemins qui ne soient pas forcément bordés de fleurs et ensoleillés, mais qui conduisent à la réussite.

Des journalistes motivés et guidés par leur foi

En contrepoint de la symphonie jeunes, l’intervention d' Odile Pickel responsable des études à Bayard, de Sophie Lebrun, journaliste à Messages et Gwenola de Coutard, journaliste à Pèlerin, ont pris la baguette du débat avec un talent certain.

« Le web : fracture entre jeunes et anciens ? » « Sûrement pas, mais un terrain de discussion, certainement ! Et de souligner « une production internet est-elle moins valorisante qu’une parution papier ? » ! Nous sommes tous d’accord, avec internet on va plus vite, plus loin « mais poursuivent-elles, être jeune ne donne pas de super puissance, ni de super capacités. Notre génération a appris à surfer sur le net, en y passant du temps, en se formant, ce n'est pas programmé dans nos gènes, toutes les générations peuvent faire de même ! Les jeunes journalistes savent parfaitement qu’elles ont à puiser du savoir chez les anciens et aussi dans leurs méthodes de travail. « Le mélange de la jeunesse et des Vieux est une richesse insondable » ! Et pour finir de lancer : « aux Vieux » : soyez des curieux du Web et sachez que nous sommes résolument optimistes ».

La jeunesse dans tous les compartiments du journalisme a toute sa place à prendre, ses chances à saisir, mais cela passe par le travail avant tout et on sait bien que seul le travail porte des fruits. Les technologies ne sont que des atouts, certes considérables, à nous tous de savoir nous en servir avec notre culture.

Norbert BEYSSON

 ►Les principales interventions des Journées d'Études François de Sales à retrouver très prochainement sur le sitre : www.presse.catholique.fr

 

VOIR L'ALBUM

 

Le progarmme des 17èmez Journées d'Études François de Sales

►Renouvellement des contenus, pour mieux répondre à l’évolution de la demande et aux attentes même non formulées des lecteurs. Ce renouvellement intègre – bien évidemment – et la création éventuelle de nouveaux titres, produits ou services, et l’élargissement de l’offre, via les supports numériques et Internet !
►Renouvellement des compétences, tout à la fois rédactionnelles et commerciales, parce que le secteur de l’information et les métiers qui le composent sont en plein bouleversement. Ce qui exige des équipes : adaptabilité, imagination, audace!
►Renouvellement des publics, qui conditionne la pérennité des titres. Or, une conviction habite les organisateurs des Journées, confirmée par les études(1), qu’un lectorat potentiel plus large existe, qu’il appartient aux communicants de rejoindre, de convaincre et de fidéliser.