Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

V.E.A. : Vivre Ensemble l'Évangile Aujourd'hui V.E.A. : Vivre Ensemble l'Évangile Aujourd'hui

Laudato si - COP 21 - Synode sur la famille

2015-Comité national et AG nationale à Paris

                   

Paris – La Clarté Dieu
CN et AG - 7 et 8 novembre 2015

Trois grands thèmes d’actualité ont été évoqués

1. L'Encyclique du pape François : « Laudato si » avec Guy Fèvre, diacre – aumônier diocésain (Pontoise)

2. La COP 21 avec Guy Fèvre.

3. Le synode sur la famille avec Père Michel Paquereau, aumônier national de VEA ; membre de l’Équipe d'Aumônerie Diversifiée (EAD)

Yveline en fait un condensé
1- Encyclique « Laudato si »  - Guy Fèvre

Une grande encyclique sur « les signes des temps ». Ce n'est pas un programme pour « activistes chrétiens », mais un chant de louange devant la beauté de la Création. Elle est adressée à tous : elle réveille des hommes et des femmes de bonne volonté.
C'est un retour au cœur de l’Évangile, un émerveillement, mais elle ouvre également nos yeux sur une crise : quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui nous succèdent ?

Interrogation sur le sens de l'existence et les valeurs de notre vie
Cf. St François d'Assise : « Loué sois-tu ! » : « La terre est notre Mère et notre Sœur ».
L'atteinte à l'environnement est un péché : il nous est demandé de faire une conversion écologique globale..

C'est une encyclique majeure, juste avant la COP 21 : Ne devons-nous pas accepter une certaine décroissance qui conduit à une conversion, à un retournement fondamental ?
L'encyclique appelle un dialogue entre les politiques et les scientifiques : cf. les nombreuses citations de grands philosophes profanes (Paul Ricœur, Romano Guardini).

Elle dénonce l'aliénation à la technique. Elle invite également au dialogue entre les personnes concernées : tous les habitants des pays les plus pauvres.
C'est une encyclique sur les changements climatiques, oui, mais c'est une “grande” encyclique, de l'ordre social sur la solidarité.
C'est un regard critique sur le libéralisme triomphant : la technique ne nous changera pas si nous ne changeons pas intérieurement.

Entre en jeu un nouveau paradigme : l'écologie intégrale.
Elle offre une pensée critique à l'égard de certains politiques et de certains économistes pour qui « la science va nous sauver » (utopie=affirmation sans preuve).
Elle expose une pensée critique à l'égard des évidences : le progrès, ce n'est pas la croissance.

Nous sommes la première génération qui pense que l'avenir de nos enfants sera moins bien que le nôtre.
Combien d'enfants dans le monde arrivent à la fin de l'enseignement primaire ? (en Europe, c'est 92%). Comment définir, mesurer et faire croître la qualité de la vie ?

Quelques réactions :
Pour le philosophe Edgar Morin : « C'est une encyclique providentielle. »
Pour José Bové : « C’est le texte le plus important depuis “Pacem in terris” (1963) »

A-t-on la même réaction dans nos paroisses ?
Avons-nous déjà entendu une homélie sur l'écologie ? Sur l'Encyclique ? (cela demande une conversion !)

Approche de l'Encyclique, par un résumé de chacun des six chapitres

Chapitre 1 : Ce qui se passe dans notre maison
Transformer en souffrance personnelle ce qui se passe dans le monde.
- Les mutations climatiques (et leurs retombées sur les plus pauvres)
- Le problème de l'eau : un droit humain primordial (cf. n° 30)
- Perte de la biodiversité.
- La dette écologique (surtout du Nord envers le Sud)

Chapitre 2 : L’Évangile de la Création
Relecture de la Genèse (n°90) : « dominer » au sens biblique : non pas « exploiter », mais « être le gardien de...». C'est le cœur de la Révélation chrétienne. (n°99 et n°100)

Chapitre 3 : Prendre soin, le soir, de la maison commune.
Partir de ce constat : nous vivons dans une grande démesure anthropocentrique : « Je peux, donc, je fais. » On tombe dans une dérive : le “jetable”. « Polluer, c’est pécher. »

Chapitre 4 : L'écologie intégrale
Elle est au cœur de l'Encyclique
L'environnement, l'humain, le social, le politique : tout est lié.
L'écologie intégrale est inséparable de la notion de bien commun. Il faut donc faire des choix avec une option préférentielle pour les plus pauvres : cela nécessite une morale de l'écologie intégrale.

Chapitre 5 : Quelques orientations d'actions
Analyses et propositions : difficile de parvenir à un consensus
Commencer par un débat « honnête et transparent » avec soi-même, avec notre famille, avec notre Église.

Chapitre 6 : Education spirituelle et écologique
La crise a des conséquences très profondes. Tout changement a besoin de motivation.
Exemples de prises de conscience à faire, à la lumière de l’Évangile :
Comment est vécue notre relation avec toutes les créatures ? Avec la nature ?
n° 201-212 : aspects concrets.
Aller plus loin, car, « tout cela, vous l'avez déjà fait ». (cf. : « le jeune homme riche »)

« Vivre simplement pour que d'autres puissent simplement vivre. »
Comment, citoyens en Christ, nous engageons-nous ?

2. LA COP 21 - Guy Fèvre

Rappel : le réchauffement climatique a été de 0,003° sur 1000 ans – il est actuellement de 2° sur 100 ans !

Quelques points de repère : (état des lieux avant la COP 21)
- 1992 : COP 1, à Rio, Dans le cadre de l'ONU. « Sommet de la terre ».
- 1997 : Protocole de Kyoto.
- 2012 : COP 17 – Durban.
- 2015 : les Partis se sont engagés à avoir une démarche commune.
     194 pays intéressés.
     145 pays ont signé. Le Canada s'était retiré à cause des gaz de schiste.

Jusqu'à cette année, ce sont toujours les accords de Kyoto qui sont reconnus.
Au Bourget : 194 délégations + l'Europe.

Quelques chiffres clés du changement climatique :
- Entre 1901 et 2012, la température moyenne a augmenté de 0,9°. On veut s'arrêter à 2°. Or, le processus s'accélère.
- Le taux d'élévation du niveau des mers est passé de 1,7 mm par an à 3,2 mm aujourd'hui.
Il faut 5 à 6 ans pour construire un accord. Il y a une COP par an.

Le vendredi 6 novembre 2015, Monsieur L. Fabius (Président de la COP21) et Monsieur M. Pulgar-Vidal (Président de la COP 20) se sont rencontrés pour une pré-COP et pour le lancement de la campagne de communication de la COP-21 (6-10 novembre).

Pour la pré-COP, chaque pays devait donner sa contribution nationale pour le siècle (entre 2,8 % et 3,5 % ) : 146 pays + l'UE qui produisent 86 % des émissions mondiales ! Les pays du Golfe ne répondent jamais et ne donnent pas leur taux d'émission de gaz à effet de serre. Depuis 2012-2013, l'Europe est un mauvais élève.

Un accord est-il envisageable ? La Chine et les USA commencent à s'impliquer…
Le lobby des climato-sceptiques : certains pensent que le réchauffement climatique n'est pas dû à l'homme et paient même pour que l'on dise qu'il n'y a pas de raisons humaines à ce problème. Devant l'urgence de la situation, nécessité absolue d'une motivation citoyenne : les gouvernants appuieront les mesures, mobilisons-nous ! Aujourd'hui, on n'a plus peur pour agir : on a l'Espérance et la foi pour l'avenir. (cf. : macop21.fr)

Au niveau des religions :
- Les Orthodoxes sont très mobilisés (depuis 1989 notamment, avec le patriarche Dimitrios : le 1er novembre est devenu depuis, pour tous les orthodoxes « Journée de sauvegarde de la Création ». Cette date du 1er novembre a été reprise par le pape François cette année : le 1er novembre est devenu, également pour les Catholiques la « Journée mondiale de sauvegarde de la Création ».

Déjà, le patriarche Athénagoras avait entamé un dialogue avec les pays les plus pauvres.
- Depuis le 18 août 2015 : 1ère déclaration islamiste (chiites et sunnites).
- Le 30 octobre 2015 : déclaration des plus grands chefs bouddhistes.
- En octobre également : conseil des Églises.
- Création du CRID : collectif de 45 associations de solidarité internationale pour le climat. Réseau très actif qui « travaille ensemble sur le sujet, au-delà des différences ».

Des initiatives : « Habiter autrement la Création »
- macop21.fr : beaucoup d'informations.
- A St Étienne, ont eu lieu, les 29 et 30 août 2015, les « Assises Écologiques »
- « Les grandes transformations ne viendront pas d'en haut, elles viendront d'en-bas » : prendre des micro-initiatives et le monde changera !
- « La planète n'a pas besoin de l'homme, mais l'homme a besoin de la planète » (N. Hulot)
- Plusieurs pèlerinages sont en marche, depuis le nord de l'Europe notamment (Scandinavie) : on se passe un bâton, de l'un à l'autre ; de même en Italie, en Inde, aux USA.
- Le seul raisonnement sur le PIB est dépassé.
- A Paris, le 29 novembre 2015, a eu lieu une Marche Mondiale pour le climat.
- Liens entre les paradis fiscaux et ces problèmes. Bien utiliser l'argent.
- Dans son message, le Pape remplace la peur par l'Espérance : « On n'a pas peur pour l'avenir, on a l'Espérance pour agir. »
- Pour la première fois, l'Encyclique du pape n'a pas trouvé de contradicteurs.

3. Le Synode sur la famille – Père Michel Paquereau

Rappel : Le pape François a convoqué deux synodes sur le thème de la famille :
Synode extraordinaire, en 2014
Synode ordinaire en 2015

C'est un sujet sensible qui touche à des fondements de l’Église, de l'ordre du discernement, de la maturation dans le dialogue avec le peuple de Dieu.

1-Méthode utilisée :
- Une enquête (consultation du peuple de Dieu)
- Une 1ère session du Synode des évêques (3ème AG extraordinaire des évêques, du 5 au 19 octobre 2014, sur le thème : « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation. »
- Une seconde enquête
- Une 2de session du synode : la XIVème Assemblée Générale ordinaire sur le thème « La vocation et la mission de la famille dans l’Église et le monde contemporain », qui s'est tenue du 4 au 25 octobre 2015.

Par-delà les différences culturelles, des positions différentes, « il s'est vécu quelque chose » (Père J louis Bronan), un partage, une conscience commune, à travers les échanges.

2-Pourquoi cette méthode ?
Le pape François voulait entrer dans une dynamique. On part d'un trésor de l’Église. Les évêques portaient en eux toutes les situations concrètes des hommes d'aujourd'hui, le peuple de Dieu.

3. Preuve de la vivacité de l’Église catholique :
« Secouer les consciences anesthésiées. » Grâce à la méthode, on a pu dire des choses franches.

4. L’Évangile demeure une pierre vivante contre ceux qui en font une pierre morte.

5. Le Synode a mis à nu les « cœurs fermés » : avant d'avoir écouté, on donne souvent une sentence impitoyable. Cette dynamique nous fait entrer dans un chemin de conversion. « Qui suit le Christ ne sait jamais où ça va le mener. »

Entrer dans un mouvement, à la fois :
 - d'encouragements des couples, messagers de la famille.
 - d'entrée dans une pédagogie : la pédagogie divine. Dieu accompagne chacun sur un chemin de conversion et de bonheur. Jésus n'a pas jugé la Samaritaine, Il lui a ouvert un chemin possible.

L'Evangile demeure, pour l'Eglise, source vive d'éternelle bouveauté. Suivons le Christ.

Tous ces sujets ont été abordés, selon trois grands axes avec le même regard de bienveillance 

1. Les jeunes
Éveiller, former, encourager (cf. n° 29 du texte final)
Le mariage est souvent repoussé, pour des raisons diverses : raisons économiques, peur de l'échec, défiance vis à vis du mariage, appréhension vis à vis de l’Église.
Mais il n'y a pas d'exclusion vis-à-vis de la foi.

En proposant le trésor du message de l’Évangile, de l’Église.

Alors, comment ouvrir les jeunes à un chemin de vie ?

 

2. Les couples qui demandent le mariage 
- Grande fragilité, immaturité : proposer une formation au don de soi, au don de la vie, au don à la vie.
- Offrir une formation plus longue, personnalisée. (voire catéchuménale). On note une grande différence en 15 ans.)
- Permettre aux jeunes de s'engager affectivement de façon durable.
- Proposer les bienfaits du mariage chrétien : « ça vaut le coup ! »

3. Les personnes divorcées remariées
- Discerner, accompagner les couples en situation irrégulière par rapport aux règles de l’Église : dans telle situation, quel chemin peut-on parcourir ?
- Discerner au « cas par cas » : retrouver un chemin de conversion personnelle, découvrir des chemins jusque-là inenvisageables, et, pourquoi pas, proposer des formations ou des catéchèses.

4. Les personnes homosexuelles
 Sujet peu abordé. Par exemple, c'est un sujet peu important en Afrique.
- Toujours trouver un chemin.
- Ce qui est nouveau : on accompagne ces situations. Le pape François a posé un geste symbolique : un livret est remis à chacun en particulier…
- L’Église est attentive à « la brebis égarée ».
- Il y aura une exhortation apostolique qui donnera une direction.
- Discerner ce qui relève de la liberté de conscience pour les uns, de la confusion pour d'autres, au-delà de la question purement dogmatique.
- Vivre l’Évangile dans la culture de l'autre (inculturation)
- Deux piliers de l’Évangile :
      Indissolubilité du mariage
     Aucune situation humaine ne peut être hors d'atteinte du Salut

L’Église ne se résignera jamais à perdre quelqu'un.

 

Avant tout, s'occuper de l'homme à demi-mort (parole à appliquer à la lettre).
Le Christ va nous conduire à la fois « en Église » et « dans chaque situation personnelle ».

En VEA, comme Mouvement apostolique, nous avons notre partition à jouer : en équipe de base, chacun rencontre le Christ là où il en est, nos équipes étant « lieu d'accueil de toute personne ».

Conclusion : Dans nos équipes, vivre  « l'histoire d'un puits et d'une rencontre improbable » :
- Un homme qui parle à une femme
- Un juif qui parle à une samaritaine

C'est l'heure, pour chacun, d'aller chercher de l'eau : en plein soleil, pour être sûr de ne rencontrer personne. Alors, soyons le puits de la Samaritaine.
Peu importe le nombre : nous devons permettre la rencontre improbable du Christ avec la Samaritaine : être des puits.

 

Prière pour notre terre

Dieu Tout-Puissant, qui es présent dans tout l’univers et dans la plus petite de tes créatures,
Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe, répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté.
Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et sœurs sans causer de dommages à personne.
Ô Dieu des pauvres, aide-nous à secourir les abandonnés et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux.
Guéris nos vies, pour que nous soyons des protecteurs du monde et non des prédateurs, pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction.
Touche les cœurs de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre et des pauvres.
Apprends-nous à découvrir la valeur de chaque chose, à contempler, émerveillés, à reconnaître que nous sommes profondément unis à toutes les créatures sur notre chemin vers ta lumière infinie.
Merci parce que tu es avec nous tous les jours. Soutiens-nous, nous t’en prions, dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.

Pape François