Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

V.E.A. : Vivre Ensemble l'Évangile Aujourd'hui V.E.A. : Vivre Ensemble l'Évangile Aujourd'hui

Récollection 2016 à Bogève

Le visage de la Miséricorde
 

La récollection de 2017 aura lieu à l'Abbaye de Tamié les 20 et 21 mai. 
Il est possible de s'inscrire uniquement pour une des deux journées,
auprès de Régine : Tél. 04 50 91 81 97

Pour les deux journées : encore deux hébergements disponibles...
S'inscrire auprès de Régine

 

2 et 3 avril 2016
Récollection au Chalet St François à Bogève

Le visage de la miséricorde

 

 

 

Deux jours pour découvrir le visage du Père et entrer dans la Miséricorde de son Amour.

La miséricorde, à l’écoute du pape François (Extraits de “Le visage de la miséricorde”)

La Miséricorde, c'est Dieu qui unit Dieu et l'homme pour que l'homme ouvre son cœur à l'Espérance d'être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché.

Sa Miséricorde se manifeste concrètement à l'intérieur de tant d'événements de l'Histoire du Salut où sa bonté prend le pas sur la punition ou la destruction.

La Miséricorde de Dieu n'est pas une idée abstraite, mais la réalité concrète à travers laquelle Il révèle son Amour comme, et parfois bien mieux que celui d'un père et d'une mère qui se laissent émouvoir au plus profond d'eux-mêmes par leur fils.

Miséricordieux comme le Père. Dans la Miséricorde, nous avons la preuve de la façon dont Dieu nous aime. Il se donne tout entier, pour toujours, gratuitement et sans rien demander en retour… Il vient nous sauver de la condition de faiblesse dans laquelle nous vivons.

Touchés jour après jour par sa compassion, nous pouvons nous aussi devenir compatissants envers tous.

Ce qui animait Jésus en toutes circonstances n'était rien d'autre que la Miséricorde.

Laissons-nous envelopper par la Miséricorde de Dieu : comptons sur sa patience qui nous donne toujours du temps, ayons le courage de retourner dans sa maison, de demeurer dans les blessures de son Amour, en nous laissant aimer par Lui, de rencontrer sa Miséricorde dans les sacrements.

Nous éprouverons sa tendresse, si belle, nous sentirons qu'Il nous embrasse et nous serons, nous aussi, plus capables de patience, de Miséricorde, de pardon, d'amour. »

La miséricorde, à l’écoute du Père Joseph Rey 

« Heureux les miséricordieux, il leur sera fait miséricorde ! »

Il n'y a rien de plus difficile que la Miséricorde, que l'Amour. Ce n'est pas que de la douceur, de la tendresse, de l'empathie, de la gentillesse.
Par contre, c'est l'opposé de la violence, de la force qui n'apportent aucune solution, produit la peur, la souffrance, la mort... et qui est sans fin : la violence engendre la violence.
La miséricorde procure le salut, la libération du mal-heur, procure la paix, la joie.

La miséricorde est dure à comprendre.
Pour nous autres, occidentaux, c'est un cœur pour le miséreux !
Pour l'hébreu, plus “charnel” c'est Rahamim, pluriel de Raham, l'utérus. Donc, “les utérus” masculin et féminin : nids, créateurs de vie, faits pour la vie, dès l'origine.
Dans le Coran, Dieu se présente comme le “Tout Clément, le Très Miséricordieux”.

La miséricorde est difficile à vivre, mais Dieu voit la misère de son peuple et il s'engage pour lui. Jésus voit et nourrit, guérit et pardonne… jusqu'au bout ! C’est la difficile miséricorde envers ses ennemis, souvent tout proches. « J’ai vu la misère de mon peuple qui est en Egypte… J’ai entendu son cri… J’ai vu l’oppression… » Pour tout dire : j'ai vu leur mal-être et je ne peux m'en satisfaire…. Jésus voit et nourrit, guérit et pardonne… jusqu’au bout !

Jésus nous parle de ce Dieu Père, ni n’est que Père dans ce qu'on a appelé la parabole de “l'enfant prodigue”. Pécheur malheureux qui se présente comme un ouvrier qui veut juste travailler et manger, alors que le père, avec ses entrailles (utérus) de père, le considère comme son fils dès avant qu'il ait passé la porte !…

Dans notre même façon de voir, pourquoi ne pas l'appeler la parabole du “fils aîné” ? qui ne se présente ni comme fils - proche physiquement, mais qui fait des re-proches - ni comme un frère, il dit : “ton ” fils !... Alors que le père, avec ses entrailles de père, dit : « Il était mort... il est revenu à la vie. » Il fallait bien fêter, se réjouir !

La miséricorde vaut pour tous, toujours. Il est Père, il n’est que Père !... Voilà Dieu : Père, miséricordieux, prodigue en indulgence. Le vrai pardon, c'est : “Il m'a d'abord été fait miséricorde”. C'est fait ! C'est fête !

Où en est ma foi ? Où est-ce que je me situe ? Fils aîné ou fils cadet ? Père miséricordieux + Fils, visage du Père + Esprit-Saint Consolateur = Trinité de Miséricorde !

La miséricorde envers soi-même (cf. St François de Sales) : être doux, tolérant et ferme, sinon, comment l'être pour les autres ?
La difficile miséricorde envers la nature : la protéger pour les autres, pour l'avenir. Elle est d’abord à connaître, car on n'aime et protège bien que ce qu'on connaît. La piller, c'est la chosifier.

Témoignages des participants

Des rencontres ont ponctué ces journées avec des questions :

Où ai-je besoin que le Seigneur me rejoigne ? Pour moi, que signifie la “miséricorde” ? Est-ce que j'accepte de me laisser bousculer, remuer, rejoindre et transformer par le Christ ?

La Miséricorde se reçoit de Dieu et des frères. C'est un chemin, dans un cœur à cœur, qui donne Paix et Joie. En acceptant la miséricorde dans mon vécu, j'entre dans l'Espérance. La Miséricorde est gratuite. C'est une attitude d'accueil, dans un coeur à coeur avec Dieu. C'est un cheminement intérieur. Les échanges que l'on fait ne sont pas anodins, même la marche silencieuse : une proximité de cœur et d'amitié, être un groupe qui marche ensemble, au sens propre comme au sens figuré.

La Vie est à prendre dans son entier. Tout est Vie. La Miséricorde se vit dans un cœur à cœur avec Dieu. Dans la mesure où je fais l'expérience de sa Miséricorde (confiance, pardon, joie), je suis en capacité d'être miséricordieux envers mon prochain. C'est un long chemin ! Sur ce chemin, les partages en équipe me sont précieux pour avancer en amitié, en humanité, en confiance avec Jésus-Christ, premier de cordée

Comment pourrais-je ne pas faire confiance à ce Dieu plein d'Amour, en écoutant les membres de notre groupe raconter leurs problèmes quotidiens ? Leurs problèmes ne sont pas plus simples que les miens qui perdent de leur intensité, grâce à la prière et au soutien de l'équipe.

Comment étais-je quand je suis arrivé ? Ai-je vécu, pendant ces journées, quelque-chose qui m'a permis de mieux découvrir le « Visage de la Miséricorde » ? Avec quel cadeau est-ce que je repars de ces journées passées ensemble et avec Lui ?


- Joie de l'amitié ! Joie de me sentir membre d'un groupe qui marche ensemble, au sens propre comme au sens figuré.
Joie de me laisser rejoindre, toucher par l'Amour du Père, du Christ, dans tout ce que nous avons vécu ce week-end.
Joie de l'Esprit qui nous unit.
Joie de me donner de m'abandonner, joie de pouvoir le faire avec d'autres, en confiance.

- Prier, méditer, partager, danser, marcher ensemble nous soude, nous porte et m'aide à aller toujours plus loin et plus profond dans ce que je suis, face à Dieu, à mes proches, au monde.

- Je n'avais pas envie de venir à la réco, par peur de l'inconnu, du doute du fait que je n'étais pas bien. Mais grâce au groupe, à tout le monde, à la veillée, particulièrement riche, j'ai pu m'imprégner de la Miséricorde de Dieu. J'ai vraiment vécu quelque chose avec Lui, un retour à la prière souvent demandé.

- Consciente de la chance qui m'est donnée à travers ces rencontres, j'en retire et emporte : joie, confiance, sérénité et désir miséricordieux dans ce cadeau qu'est la vie, quoiqu'il en soit.

- Je suis arrivée tourmentée. J'ai vécu la veillée et découvert (plutôt re-découvert- car, dans les tourments de la vie, on oublie…) le visage de la Miséricorde. Je repars remplie d'espérance, de joie, d'amour plein le cœur.

- On est tous arrivés avec des obstacles, des soucis et des appréhensions ; on a vécu des moments de grâce, on a tous reçu la Miséricorde du Seigneur.
On repart avec un nouveau souffle, prêts, nous aussi, à faire des pas vers la miséricorde de ceux qui nous sont proches et qui en ont besoin.

- Je suis arrivé stressé, énervé, fatigué ; on apprécie de s'arrêter, de se retrouver pour partager, prier ensemble.

- Nous avons vécu dans une ambiance fraternelle, la joie d'être ensemble, sans pression.

- Notre cadeau : la joie de la rencontre, de se retrouver, de pouvoir échanger, sans jugement. Pour l'un d'entre nous, c'est le seul endroit où il peut parler de religion.

- Arrivée mal en point, pas sûre que je faisais le bon choix (venir seule), je repars avec la “hotte du père Noël” remplie de cadeaux : tant de sourires, de partages, de gentillesse, de prières, de témoignages... Tant de belles choses qui m'ont fait découvrir un peu mieux le Visage de la Miséricorde. Merci à chacun et à chacune et longue route en VEA.

 

Jésus, me voici devant Toi

Jésus, me voici devant Toi, tout simplement dans le silence ;
Rien n’est plus important pour moi, que d’habiter en ta présence.

Quand viendra-t-il ton jour, mon Dieu
Où j’apercevrai ton visage ?
Tu seras là, c’est merveilleux,
Les bras ouverts sur mon passage.

Jésus, me voici devant Toi, tout simplement dans le silence ;
Rien n’est plus important pour moi, que d’habiter en ta présence.