Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

V.E.A. : Vivre Ensemble l'Évangile Aujourd'hui V.E.A. : Vivre Ensemble l'Évangile Aujourd'hui

Lourdes, mai 2015

Du 1er au 3 mai 2015 à Lourdes, le Rassemblement national de VEA a été l'occasion, pour notre Mouvement d'action catholique, de fêter son quarantième anniversaire : "Réveille notre Espérance au souffle de Ton Esprit"... Nos équipes ont préparé et animé la prière d'ouverture de ce rassemblement...

Qu’est-ce qu’un Rassemblement national ?

C'est un temps particulier, ouvert également à ceux qui ne font pas partie du Mouvement, un temps où nous nous accueillions les uns les autres, où nous sommes accueillis par le Christ.
La Cité St Pierre à Lourdes, lieu de ce rassemblement, est aussi riche de sens et porteur d’Espérance.

Réveille notre Espérance au souffle de Ton Esprit


  

« Ballotté par une multiplicité de questionnements et de défis, l’être humain cherche à tracer un chemin qui donne sens à sa vie. Le thème de notre Rassemblement a pour projet d’y répondre en apportant notre spécificité chrétienne : celle de l’Espérance puisée dans la mort et la résurrection du Christ… » (Père Michel Paquereau)

Pour nous préparer à vivre ce temps particulier, nous interpeller dans nos ″oui″ d’aujourd’hui, des fiches sont jointes au journal du Mouvement : les ″oui″ auxquels ont su répondre des grands témoins tels Abraham et Sarah, Moïse, Marie, Simon-Pierre, Paul…

« Mais ces ″oui″ qui jalonnent l’histoire du peuple de Dieu indiquent les marques d’un autre ″oui″, unique et absolu, celui du Christ. En faisant la volonté d’amour du Père jusqu’à en mourir sur une croix, Dieu l’a élevé… c’est bien cette Espérance-là qu’il s’agit de partager… » (Père Michel Paquereau)

Les intervenants durant ce rassemblement -Mgr Brouwet, l’évêque de Tarbes et Lourdes, le P. Jacques Wersinger, curé d’Epernay et docteur en théologie, Jacques André, maître de conférences, des témoins membres de VEA- nous ont témoigné de leur espérance.
Des carrefours ont ponctué ce rassemblement, ainsi que les festivités des 40 ans de VEA !

voir quelques photos

Prière d'ouverture du Rassemblement 2015
Lecture de l’Evangile : Jean 20, 1-10

avec alternance de temps de silence et de chants

Chant : Dans nos obscurités, allume le feu qui ne s’éteint jamais (Taizé)

Le premier jour de la semaine, Marie-Madeleine se rend au tombeau de grand matin 

Jésus est mort, chacun a vécu Sa Passion comme il a pu, en l’accompagnant dans les larmes et la souffrance jusqu’au pied de la Croix, ou en se cachant, de peur d’être repéré comme faisant partie des siens. Il y a eu le silence de ꞌꞌl’aprèsꞌꞌ, le désespoir, l’échec.
Voilà enfin le premier jour de la semaine, vite, ne pas attendre, se mettre en route de grand matin, aller retrouver, ne serait-ce que le corps de l’Aimé…
(Temps de silence)

C’était encore les ténèbres

Ténèbres épaisses, nuit de nos nuits les plus profondes, quand l’avenir nous semble bouché, quand nous sommes noyés dans nos tristesses, nos angoisses, nos peurs, quand tout ce à quoi nous avons cru s’effondre, quand nous n’avons plus notre place dans la société, quand la famille éclate, quand nous ne croyons plus ni en nous ni en la vie, que reste-t-il ?(Chant : Dans nos obscurités, allume le feu…)

Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau


Il reste l’imprévu de Dieu : Marie-Madeleine arrive avec sa peine faire des choses concrètes et elle tombe des nues : c’est le choc, l’incompréhension…
Lorsqu’une rupture ébranle nos vies, comment continuer à croire en la bienveillance divine qui va nous re-susciter, nous éveiller à une autre réalité… tel est le pari de l’Espérance : non pas espérer que nos souhaits se réalisent, mais nous laisser bouleverser par l’imprévu de Dieu qui veut renouveler nos existences. L’Espérance est une prise de risque : il me faut oser faire confiance à ce que je ne peux ni voir ni connaître, ni maîtriser…
(Temps de silence)

Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait et leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

Comme il est bon, quand tout se dérobe sous nos pas, de pouvoir courir vers des frères, pour partager la peur, l’incompréhension… comme Marie-Madeleine devant l’impressionnante réalité du tombeau vide.
(Chant : Dans nos obscurités, allume le feu…)

Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensembles, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat : cependant, il n’entre pas.

Quelle nouvelle, incroyable !… elle donne des ailes, tout le monde court.
Jean  s’efface devant Simon-Pierre, qui représente l’Institution, et qui prend la responsabilité de valider, de confirmer les élans de l’intuition… jeu des complémentarités…
(Temps de silence)

Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour, il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part, à sa place

Simon Pierre  arrive, il entre dans le tombeau, il voit, comme les autres, que tout  est rangé, à sa place. On ne dit pas s’il croit, s’il ne croit pas. Rien. Pourquoi ?
(Temps de silence)

C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit et il crut.

L’autre disciple...  on ne sait pas grand-chose de ce qui se passe en lui. On nous dit seulement : ꞌꞌIl vit et il crutꞌꞌ.

(Silence)

Il crut à quoi ? Peut-être ne le sait-il pas lui-même très bien, mais il pressent, quelque chose se passe dans son cœur. Il est appelé ꞌꞌle disciple que Jésus aimaitꞌꞌ et il a vécu avec le Christ une autre relation qui lui permet de découvrir le Ressuscité avec les yeux du cœur.
La résurrection, c’est vraiment voir avec les yeux du cœur et croire que seul, l’amour peut sortir de la mort, de l’enfermement.

(Chant, refrain : Aujourd’hui ouvre une porte)

Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, Selon l’Ecriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.
Ensuite, les disciples retournèrent chez eux

Qu’est-ce qu’ils ont compris, quels liens ont-ils faits ou pas faits entre l’Ecriture, ce qu’ils ont vécus avec Jésus, sa mort, la disparition de son corps, sa résurrection ?
L’autre disciple a vu et a cru, mais il n’a rien partagé, ni avec Marie-Madeleine, ni avec Simon-Pierre, il a gardé ces évènements dans son cœur…
Et nous, malgré le fait que nous ayons connaissance de cette Bonne Nouvelle, comment sommes-nous habités par notre foi, par notre amour pour le Ressuscité ?

La démarche de foi et d’Espérance se fait par étape. Plus de doute et de recherche que de joie éclatante. Là, ils n’ont fait qu’un bout de chemin.
Ils rentrent chez eux, c’est-à-dire, ils rentrent en eux-mêmes continuer le chemin d’Espérance.




Notre Père qui es aux cieux

Chant du rassemblement “Ensemble”, avec toute l’assistance