Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse d'Annecy Haute Savoie et Val d’ArlyDiocèse d'Annecy

Fraternité laique dominicaine d'Annecy

Les groupements de vie évangélique sont les plus anciens mouvements laïcs de spiritualité, longtemps appelés tiers-ordre. Ils sont animés par des laïcs avec le concours de religieux appartenant à la famille spirituelle dont ils s'inspirent tant dans leur forme de prière, que dans la discipline de vie qu'ils acceptent.

La fraternité laique dominicaine

Le Tiers Ordre dominicain, ou Fraternités laïques dominicaines regroupe un ensemble de laïcs qui désirent suivre la spiritualité dominicaine tout en restant laïcs.

Dès l'origine, saint Dominique fut entouré dans sa prédication par de nombreux laïcs désireux de suivre son idéal de vie. Cependant, contrairement à la croyance populaire, ce ne fut pas lui qui fonda les fraternités en tant que part officielle de l'Ordre des Prêcheurs. À sa suite, les laïcs commencèrent à se regrouper en confréries, milices et pénitents, encouragés en cela par l'Église de qui ils se faisaient alors les gardiens, prêts à prendre les armes si besoin était (le contexte était alors celui de la guerre de religion opposant en France les catholiques aux cathares).

Ce ne fut qu'en 1285 qu'une règle fut promulguée par le Maître général de l'ordre Dominicain de l'époque, Muño de Zamora, remaniement d'une règle émise par la papauté en 1221 pour encadrer les différents groupes de laïques très actifs qui commencent alors à inquiéter l'Église. Cette règle de vie ne sera toutefois confirmée par la papauté qu'en 1405, sous l'influence de Raymond de Capoue, alors confesseur de Catherine de Sienne. Cette règle en vingt-deux points définissait tout un ensemble d'obligations et de pratiques à respecter. Elle avait alors pour objectif de permettre aux laïcs de se rapprocher de l'idéal de vie monastique, une vie détachée du monde considéré comme mauvais. Lorsqu'en 1789 la révolution chassa les dominicains de leurs couvents, les laïcs furent les gardiens de la présence dominicaine en France. Ce ne fut qu'en 1923, six siècles plus tard, que la règle de vie subit une première modification pour l'adapter aux exigences de la société moderne. Dès lors, elle connut rapidement trois autres remaniements, en 1964, 1972 et 1985. C'est cette dernière règle, votée lors du chapitre de Montréal qui est aujourd'hui utilisée dans les fraternités laïques dominicaines.

 

 

S'engager en Fraternité dominicaine, c'est s'engager à vivre de l'intuition évangélique de Dominique, de sa passion pour le salut des hommes, de sa foi en la puissance de conversion de chacun par l'Évangile...

... C’est comprendre que le Seigneur nous appelle, à notre tour, à tout risquer pour sa parole, à nous laisser « séduire » par elle, au point que notre vie tout entière en soit bouleversée.

S’engager en Fraternité c’est s’engager à vivre de cette parole, à la laisser résonner au plus profond de nous, en particulier dans ces moments privilégiés que nous consacrons à la prière, récitation de l’Office ou prière silencieuse de l’oraison.

S’engager en Fraternité, c’est aussi s’engager à l’étude de la Parole, avec sérieux .Cette étude, tradition de l’Ordre, pour que nous soit révélé au plus intime de notre être quelque chose du mystère du Christ « qui surpasse toute connaissance » (Ep 3,19)

Contact Haute-Savoie 

Elisabeth SANDIER - Tél : 04 50 96 91 25

Jeanne BLANC - Tél : 04 50 23 35 30

Mme Marie-Louise FRIGNAC - Tél. 04 50 57 54 53