Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Visitation d'Annecy Visitation d'Annecy

Les fondateurs

Saint François de Sales (1567-1622) évêque de Genève en exil à Annecy, et sainte Jeanne de Chantal (1572-1641), épouse, mère de famille, veuve et fondatrice, avec saint François de Sales, de l'Ordre de la Visitation.



Saint François de Sales

François de Sales naît le 21 août 1567, au château de Sales à Thorens, à 20 Km d'Annecy. Il est le fils aîné de François de Boisy et de Françoise de Sionnaz. Enfant, il fait ses études à La Roche sur Foron et à Annecy, avant de gagner le collège de Clermont à Paris tenu par les Jésuites, et finalement l'université de Padoue où il conquiert le «bonnet» de docteur en droit civil et en droit canonique.

À son retour en Savoie, il est inscrit comme avocat au Souverain Sénat de Chambéry. Préférant le sacerdoce, il est ordonné prêtre le 18 décembre 1593 dans la cathédrale d'Annecy. Il se propose comme missionnaire pour la conversion du Chablais touché par le Protestantisme, où il connaît des travaux pénibles, des déceptions, des frustrations, des découragements, mais aussi des joies profondes pendant plusieurs années. Finalement ses labeurs et sa patience portent leur fruit: le Chablais revient au catholicisme.

François est ordonné évêque le 8 décembre 1602 dans son village natal. Il passera les 20 années de son épiscopat à prêcher, parcourir son diocèse, réformer le clergé et les ordres religieux, tout en entretenant une abondante correspondance.

Il écrit, en 1608, l'Introduction à la vie dévote, mettant la sainteté à la portée de tous les états de vie. C'est le fruit de son expérience de pasteur, de missionnaire, de confesseur et de directeur d'âmes.

En 1616, il écrit le Traité de l'Amour de Dieu pour les âmes plus avancées dans les voies spirituelles. Il est inspiré par les confidences que lui font la Mère de Chantal et les premières visitandines.

Il meurt à Lyon, le 28 décembre 1622, dans l'exercice de son ministère. Son corps est transporté à Annecy et inhumé dans la petite église de la Visitation.

Il est canonisé le 19 avril 1665, proclamé Docteur de l'Église le 16 novembre 1877, puis patron des journalistes et écrivains chrétiens le 26 janvier 1923. Il est aussi « patron des sourds-muets », ayant pris à son service un jeune sourd-muet et s’étant occupé de son éducation.

Le pape Paul VI écrira: « Nul plus que saint François de Sales, parmi les docteurs récents de l'Église, n'a devancé les délibérations et décisions du Concile Vatican II d'un regard aussi clairvoyant ».

Sainte Jeanne de Chantal

Jeanne de Chantal est née à Dijon le 23 janvier 1572. Elle est la deuxième fille de Bénigne Frémyot, président du Parlement de Dijon, et de Marguerite Berbisey. Elle perd sa mère lors de la naissance de son frère André, futur archevêque de Bourges, plus jeune qu'elle de 18 mois.

À 20 ans, elle épouse Christophe de Rabutin, baron de Chantal. Le mariage, bien qu'arrangé par son père, est heureux. De leurs six enfants, deux meurent en bas âge. Celse-Bénigne, leur fils, aura plus tard pour fille Madame de Sévigné, la célèbre épistolière.

Le baron de Chantal meurt dans un accident de chasse laissant Jeanne veuve à 28 ans, avec quatre enfants à charge.

Par une heureuse circonstance, elle se met sous la direction spirituelle de François de Sales. Après avoir assuré l'avenir de ses enfants, elle vient à Annecy en 1610 pour fonder avec lui l'Ordre de la Visitation.

Au moment de sa mort, en 1641, à Moulins, on compte 87 monastères de la Visitation, alors qu'il y en avait 13, en 1622, à la mort de François de Sales.

Canonisée le 16 juillet 1767, elle est honorée comme patronne de tous les types de vocations féminines.
 

Mots-clés associés :