Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Diocèse d'Annecy Haute Savoie et Val d’ArlyDiocèse d'Annecy

L'Ordre des Vierges

Dans la liberté de l'Esprit, une forme de vie consacrée ancienne et nouvelle. Qu'y a-t-l de commun entre des femmes de profession très diverses qui vivent un célibat au cœur du monde ?

Toutes ont accueilli l'appel du Christ,  être tout à Lui, signe vivant de l'Amour qui l'unit à son Église. C'est le sens de la consécration dans l'ordre des vierges, une forme particulière de vivre son baptême qui existait dès les premiers siècles, avant l'apparaition des orders religieux.

Une consécration dans le monde remise en valeur par le Concile Vatican II.

Après un temps de discernement, l'évêque authentifie l'appel, reçoit l'engagement et confère la consécration. Au cours d'une célébration publique, la consacrée reçoit différents signes : l'anneau, signe de son union avec le Christ ; le livre de la prière de l'Église, qui lui permet de louer Dieu et d'intercéder pour le salut du monde ; la lampe allumée du veilleur pour vivre dans l'attente de l'Époux qui vient.

Ainsi, cet évènement personnel concerne avant tout l'Église diocésaine où il est vécu, et donc l'Église universelle.

Aujourd'hui, le nombre de consacrées augmente. Elles sont environ 600 en France, une dizaine dans le diocèse d'Annecy et de plus en plus nombreuses dans le monde.

Le renouveau de la Consécration des Vierges

Précisons d'abord qu'une consacrée dans le monde n'est pas, comme on le croit trop souvent, une religieuse en civil !

Outre la vie religieuse apostolique ou monastique, l'Église reconnaît aujourd'hui trois formes de vie consacrée : celle des ermites, celles des laïques membres des Instituts séculiers et celles des femmes qui reçoivent la "consécration des vierges".

Dès les premiers sièces, des hommes et des femmes choissisent librement la chasteté perpétuelle pour le Seigneur. Les femmes sont appelées vierges ou épouses du Christ. Elles forment ce que l'on appelle l'ordre des vierges, mais cela n'a rien à voir avec les ordres religieux, qui d'ailleurs n'existent pas encore comme tel. Elles ne sont prises dans aucune organisation particulière, mais jouissent plutôt dans l'Église d'un statut public de reconnaissance.

Dès le Ve siècle apparaît un peu partout un rite liturgique, la Consécration, qui vient apporter un sceau de Dieu à l'engagement personnel, libre et irrévocable de célibat pour le Seigneur. Cet engagement public et solennel est appelé "propositum".

Après le développement du monachisme, les vierges dans le monde subsisteront parrallèlement aux moniales, mais se feront de plus en plus rares. À partir du VIIe siècle, la consécration n'est plus données qu'aux professes perpétuelles des monastères.

C'est le Concile Vatican II qui a demande l'élaboration d'un nouveau rituel de la consacréation des vierges. Il est paru le 31 mai 1970 et le texte précise : on peut admettre à cette consécration soit des moniales, soit des femmes vivant dans le monde.

Quelques caractéristiques de cette consécration

Elle est avant tout sponsale. Le Christ aime l'Église comme son Épouse, c'est un thème que le Nouveau Testament développe  souvent. La vierge consacrée vit ce mystère dans sa propre existence : sa vocation c'est de se laisser épouser par le Christ (cf Droit Canon C 604), d'être au milieu de nous signe vivant de l'amour de l'Église pour son Époux. D'où l'anneau qu'elle porte au doigt.

Elle est aussi ecclésiale. La communaute de l'ordre des vierges consacrées n'est autre que le diocèse, expression locale de l'Église Universelle. La vierge consacrée contracte avec son diocèse un lien officiel. C'est évêque qui la consacre et lui remet le livre de prière de l'Église, parce que sa vie est engagée de manière définitive au service de Dieu, de l'Église et de ses frères.

Enfin, cette consécration est annonciatrice de l'à-venir. Par sa vie toute à Dieu, par son célibat, la consacrée anticipe en quelque sorte sur la fin des temps. Elle nous proclame que le Royaume des Cieux est déjà là : Voici que l'Époux qui vient. Allez à sa rencontre ! Chacun de nous est invité à vivre déjà de la Vie Éternelle reçue à son baptême. La lumière allumée remise par l'évêque rappelle la lumière de Pâque et la lampe de la parabole des vierges (Mt XXV).

Concernant le rite

Célébré au cours de la messe, il comprend l'expression publique de l'engagement de la consarée au célibat ; la grande et belle prière de consécration ; les signes de joie de l'Église à recevoir la consacrée comme Signe vivant de son prpore mystère : être l'Épouse du Seigneur.

D'après un texte de Gérard de Broglie, délégué pour la Vie consacré.

 

►Exhortation apostolique post-synodale de sa sainteté Jean-Paul II à l'Episcopat et au clergé, aux ordre et aux congrégations religieuses, aux instituts séculiers, et à tous les fidèles sur la vie consacrée et sa mission dans l'Eglise et dans le mondeCliquer pour lire la suite ici

 POUR ALLER PLUS LOIN - QUELQUES OUVRAGES

►La virginité consacrée, état de vie ancien et nouveau de Gérard MUCHERY réédité en 1998
Cette bochure tente simplement de rendre compte d'une forme de vie évangélique restaurée par le renouveau concilaire qui se développe. L'auteur essaie d'en dégager les caractéristiques à partir de ce qui est vécu concrètement.

►Le Seigneur t'épousera d'André SIMONET Edition du Serviteur réédité en 1995
Ces pages-entretiens tentent de dégager la dimension spirituelle et ecclésiale de la virginité consacrée. En réponse à une invitation du Seigneur, ces femmes ont choisi d'être, en ce monde, signe du mystère d'amour de l'Église pour le Christ-Époux.

►L'Ordre des vierges, une vocation ancienne et nouvelle, don du Seigneur à Son Église
Imprimerie Saint Joseph 69002 LYON mai 2013. Sélection d'articles parus dans CHRISTI SPONSA, revue de l'Ordre des vierges (1993 - 2013). La consécration virginale des femmes dans l'Église rappelle à celle-ci et au monde l'aspiration de tout être humain : accueillir l'amour prévenant du Dieu crétaeur et sauveur, puis y réndre par un amour sponsal.

Ces 3 ouvrages peuvent être commandés au service de documentation : Christi Sponsa c/o S.N.V. - Maison de la Conférence des Évêques de France 58, avenue de Breteuil 75007 PARIS

 

Extrait pages 66 et 67 du livre de Janine Hourcade-

L’Église est-elle misogyne ? Une vocation antique et nouvelle.

C’est ainsi que Renée de Tryon-Montalembert met bien en valeur les deux faces de la vocation de la vierge consacrée lancée dans le monde. Cet « état de vie », dit-elle, se trouve ancré dans la plus antique tradition ; et cependant il est neuf et audacieux, « en ce qu’il ouvre dorénavant à celles qui y sont appelées par leur évêque la possibilité d’une consécration, reconnue et authentifiée par l’intervention d’un rite liturgique, mais en-dehors de structures communautaires d’une congrégation ou d’un institut séculier, avec les risques, mais aussi les chances, d’un statut ecclésial qui tout à la fois les insère au cœur de l’Eglise et les jette en plein vent ».

Contact :
Emmanuelle Casier courriel
Gisèle Ruph - courriel
Site national :
viergesconsacrees.catholique.fr