Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

 Service de la Diaconie diocésaine Service de la Diaconie diocésaine

La diaconie ! Un drôle de mot...

Après le grand rassemblement de Diaconia 2013 à Lourdes en mai dernier, il fallait se revoir ! Il fallait se rencontrer à nouveau. Il fallait bien que nous prenions la mesure de ce qui s'est passé dans nos coeurs jusque dans nos communautés. La diaconie ! Un drôle de mot... Il est évident que pour nous, désormais, il est bel et bien synonyme de l'amour, de la charité, du service du frère. Nous l'avons vécu à presque 14 000 personnes à Lourdes, nous voulions nous le redire à quelques uns, les 120 délégués de notre diocèse, en présence de notre évêque le Père Yves Boivineau. Nous n'étions pas tous présents, ce samedi, c'est le début de l'été et tous n'ont pas pu venir, mais nous étions tout de même une centaine ! ... cliquez sur l'image pour lire la suite...

 

Rencontre des 120 délégués "Diaconia 2013" de notre diocèse après le rassemeblement national de Lourdes, à la Roche-sur-Foron, samedi 29 juin 2013


... Après une présentation des photos de notre séjour à Lourdes pour Diaconia, nous avons échangé en petits groupes autour de deux questions :
« Personnellement, qu’ai-je vécu de la fraternité depuis Lourdes ? »
« Qu’avons-nous envie d’oser dans l’Église et dans ses périphéries pour faire grandir l’attention aux pauvres de notre temps ? »

Les remontées de ces quelques treize groupes ont été très riches.
C’est principalement la seconde question qui a attiré notre attention.
En fin de matinée, nous avons célébré l’eucharistie en la mémoire des saints apôtres Pierre et Paul… tout un progarmme.

 

Les remontées

Diaconia a changé le regard avec une envie de vivre pleinement les richesses de la fraternité.
Il devient évident pour nous tous que nous devons mettre en place, dans les paroisses, de véritables lieux de rencontre entre tous. Il nous faut apprendre à nous bouger, à opérer de vrais déplacements les uns vers les autres… C’est par nous que l’Église se déplacera vers les plus pauvres. Nous devons ouvrir nos bras et notre cœur aux plus pauvres, ils doivent eux-mêmes réintégrer l’Église, alors même qu’ils pensaient ne plus pouvoir y entrer ! Nous sommes l’Église et en tant que tel, nous faisons confiance à chacun… Nous voulons être avec les personnes, nous ne voulons pas faire à leur place. Nous souhaitons nous soutenir les uns et les autres pour donner la place et la parole aux plus pauvres. Pour cela, il nous faut sortir de chez soi, quitter nos enfermements. Tout cela n’est pas facile à réaliser, nous avons donc besoin des uns et des autres. Nous avons besoin de l’équipe diocésaine pour qu’elle nous aide et nous guide si besoin est.


Pour tout cela, nous savons qu’il nous faut prendre du temps.
Nous ne ferons rien sans les personnes, nous ne ferons rien en nous mettant à la place des personnes. C’est « avec » que nous pouvons avancer.
Écoutons les témoignages de vie de tous.
Écouter, est primordial. L’écoute fait partie des choses indispensables à respecter.
Écouter permet souvent de sortir les personnes de l’isolement.
Réfléchissons ensemble, encore et encore, aux pistes proposées par l’évêque dans sa Lettre aux Communautés (d’octobre 2012).
Nous sommes témoins d’une chose : la diaconie n’est plus un rêve, elle est un fait.

Retour relu par le Père Boivineau

Il y a une vraie transformation, l’avant Diaconia et l’après. C’est un fait observable. Il se passe des choses, pas toujours là où nous pensions qu’elles allaient se passer. Il faut susciter la fraternité, comme nous avons essayé de le faire en mettant en place l’équipe Servir la Fraternité.
Il faut faire face à la réalité… La solution fraternelle est dans les liens que nous créons. Nécessité des groupes de parole, vous avez pu prendre la parole à Lourdes ! Merci à l’Église de nous avoir permis de prendre la parole… il faut continuer. Il faut que notre Église diocésaine se positionne sur le pôle de l’action en diaconie (solidarité) avec l’Annoncer / Célébrer / Servir.
La foi en acte c’est le service du frère.
Ainsi, des équipes locales doivent se mettre en place. Mais attention, il ne faut pas mettre des structures en place pour mettre des structures, les équipe doivent « naître ».
La fraternité est une réalité, que ça le devienne pour nous tous !
Osons !
Osons une dynamique diocésaine qu’il faut lancer !
Il ne faut pas s’épuiser seul !
Envisageons un Diaconia 2014 sur le diocèse ! Et on aura beaucoup de choses à dire, à nous dire !

Voir les photos ici