Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

 Service de la Diaconie diocésaine Service de la Diaconie diocésaine

Fraternité : agir maintenant !

Dans la foulée de « Diaconia », le Secours catholique, dont la Journée de collecte nationale a lieu le 16 novembre,
nous invite à nous « bouger » pour servir la fraternité... D'abord en changeant de regard sur les plus fragiles, ensuite en nous investissant dans des initiatives locales qui feront sens. Expérimentons ce que les pauvres ont à dire et nous mesurerons combien nous avons besoin de tous pour grandir en humanité.

Le rassemblement diocésain Diaconia 74 s’est donné pour objectif de faire grandir la fraternité et de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas dans notre société ou dans nos communautés chrétiennes. Cette démarche rejoint l’une des orientations ouvertement affichées par le Secours catholique : « Oser vivre la fraternité avec les pauvres en Église et partager ensemble la recherche de sens ».

À l’Ascension 2013, vingt personnes du Secours catholique de Haute-Savoie étaient présentes à la rencontre nationale à Lourdes. Sept d’entre elles, qui cheminaient avec le Secours catholique, ont témoigné de leur parcours, en tant que participants du Voyage de l’Espérance et du groupe Partage et recherche de sens (1).

Lors du rassemblement Diaconia 74 du 18 octobre à La Roche-sur-Foron, plusieurs personnes ont à nouveau témoigné sur les fragilités et la fraternité partagée. Le service du frère fait partie de la mission de tout baptisé et de toute communauté chrétienne : « L ’Église ne peut pas négliger le service de la charité, de même qu’elle ne peut négliger les sacrements ni la Parole », a insisté Benoît XVI dans son encyclique Deus caritas est.
 

Diaconia 74 nous a fait redécouvrir combien la parole des « pauvres » est importante : « Nul n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager », proclamait le message final du rassemblement de Lourdes. Nous avons repris conscience qu’ils sont au coeur de l’Évangile : Jésus-Christ est proche des rejetés.
La volonté du Secours catholique est de développer un lien « d’association » étroit, au plan humain, avec les personnes rencontrées et accompagnées : nous faisons l’expérience de ce qu’elles ont à dire et nous mesurons combien nous avons besoin de tous pour grandir en humanitéhumanité (2). Se savoir utile aux autres est un besoin fondamental de l’homme : beaucoup de personnes, même en grande difficulté, attendent qu’on les appelle, pour pouvoir à leur tour se rendre utiles. Ayons à coeur de leur dire « J’ai besoin de toi », même si elles traversent des périodes de turbulence…
Plus globalement, la diaconie est aussi un facteur de transformation sociale pour construire une société plus juste et plus fraternelle, et ne pas laisser de côté des frères et des soeurs qui vivent la précarité, l’exclusion, l’exil ou l’isolement.

Ensemble – paroisses, mouvements et services – osons le changement de regard sur les plus fragiles et relions-nous pour mettre en oeuvre des initiatives locales qui feront signe et entraîneront les hésitants. Je terminerai par deux citations de personnes vivant des situations de fragilité :
« La diaconie, on ne la fait pas ; on la vit et cela marche ». « L a fraternité, ce n’est pas seulement voir les pauvres comme des gens qui manquent et ont besoin d’être aidés, mais comme des personnes qui ont des richesses à partager. »
 

Bernard Satin
Président du Secours catholique 74


■■■ (1) Lire l’article du P. Bernard Cheveau, dans le dossier du numéro Église d'Anency de novembre 2013.

À lire ici le témoignage du Brigitte, responsable du Secours catolique à Sallanches