Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

 Service de la Diaconie diocésaine Service de la Diaconie diocésaine

Comment vivre ensemble un monde meilleur ?

Pastorale des Migrants : rassemblement à La Roche-sur-Foron. Dimanche 23 février, la Pastorale des Migrants du diocèse d'Annecy a rassemblé quelques 120 personnes issues de l'ensemble du département de Haute-Savoie, autour du thème : « Comment vivre ensemble un monde meilleur, avec nos merveilles et nos fragilités ? ». Ce rassemblement s'est tenu dans les locaux du lycée de la Sainte-Famille, en présence de Mgr Yves Boivineau...

Sous la houlette du père Maurice Cusin et de Anne de Callignon (l’ensemble des accompagnateurs et des responsables des aumôneries particulières étaient également présents), ce rassemblement s’est vite transformé en temps de rencontres fraternelles, en moment d’échanges et de dialogues entre tous. Après une introduction à la journée, au cours de laquelle chacun s’est senti accueilli et écouté, suivi d’un moment de prière et de chants, un film-reportage (de la chaine KTO) a été projeté sur place, relatant les possibilités d’accueil et de prise en considération efficaces des demandeurs d’asile en Île de France, spécialement à travers les services qu’offre l’association GRS / le « service jésuite des réfugiés » (de l’association « Welcome »).

Il a été dit que l’aide apportée aux personnes en situation de fragilité et en attente de régularisation, peut influencer l’action de la société. C’est, en tout cas, ce dont rêvent les accompagnés et les accompagnants de l’association jésuite parisienne. Un des responsables, le père Jean-Marie Carrière, jésuite, expliquait que pour aider la société à devenir elle-même plus accueillante à l’endroit des réfugiés et des demandeurs d’asile, l’association « Welcome » a mis en place un système de relation actif très performant, non pas seulement entre des accueillants et des accueillis, mais avec une troisième catégorie, les tuteurs.
Toutes les personnes (des trois catégories, accueillants, accueillis ou tuteurs) soulignent l’importance du réseau (être en lien les uns avec les autres). Chacun est bien à sa place, personne n’est invité à « tout » faire ! Chacun peut tenir son rôle, sereinement, sans avoir jamais l’impression désagréable d’ « en faire trop ». Ce témoignage fut sans doute très important pour les membres de la Pastorale des migrants de Haute-Savoie, où nombreux soulignaient l’importance « d’être ensemble » et « d’agir ensemble ».


Souvent, le parcours d’une personne « demandeur d’asile » est semé d’embuches et d’humiliations. Le père Carrière rappelait sans détour que « la convention de Genève des droits de l’homme n’était tout simplement pas respectée dans la plupart des Etats ». Il tient à nous d’être vigilants pour que les droits des uns et des autres soient vraiment respectés.
Dans le cours de la journée, chacun, seul ou en groupe, a pu décorer une maisonnette en carton de belles dimensions (1 m3 environ) en collant quelques feuilles de couleur, en guise de tuiles, de volets ou de portes, sur lesquelles on pouvait y lire, des demandes, des remerciements, des prières, des cris du cœur, des espérances, des volontés de fraternités. Symboliquement, cette maison devenait la maison de tous. Beaucoup ont pu prendre la parole au micro et expliquer ou remercier, demander ou appeler à l’aide. La dignité et la fraternité étaient sans aucun doute les maître-mots de cette très belle journée, conclue par une célébration présidée par l’évêque, Mgr Yves Boivineau. 

Je souhaite terminer cette information en soulignant la présence, durant cette journée, d’un groupe qui mérite d’être connu des chrétiens du diocèse d’Annecy, il s’agit du « groupe des jeunes de la pastorale des migrants », des jeunes entre 19 et 33 ans. Leur souci d’entraide et de solidarité est bel et bien réel. Ils s’écoutent les uns les autres et savent partager les
« merveilles et les fragilités » de leur vie, certains qu’ils peuvent compter les uns sur les autres, tant dans la recherche personnelle qu’ils font sur la foi et leur quête religieuse, que dans le domaine sociétal, partageant ensemble leurs multiples soucis de recherche de travail, de logement, de régularisation de leurs papiers (pour certains d’entre eux). Leur courage est beau, et leur espérance est tenace ! C’est un groupe sur lequel il faut pouvoir compter…

 

Bernard Bidaut, Pour le Sedicom et l’équipe de la Diaconie
 

Voir les photos de la journée ici