Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Sainte-Famille de la Mandallaz Paroisse Sainte-Famille de la Mandallaz

CCFD : changer de modèle

Le CCFD Terre-Solidaire, qui s'est fixé un cap pour six ans avec son nouveau rapport d'orientation, a fait de la viabilité écologique et de la justice environnementale l'une des clés d'appréciation des actions qu'il soutient. En matière agricole, à l'opposé du modèle dominant - même estampillé « climato-compatible » ! - c'est l'agro-écologie qui a sa faveur. Illustration avec la visite en Haute-Savoie d'une partenaire guatémaltèque du 18 au 22 mars...

LE RAPPORT D’ORIENTATION 2014-2020 : agir sur les causes structurelles

Adopté fin 2013, après un riche processus de débat interne auquel ont contribué bénévoles et salariés, Mouvements et Services d’Église formant la collégialité du CCFD, ainsi que des organisations partenaires des pays du Sud et des alliés en France, le nouveau rapport d’orientation, intitulé « Pour une Terre solidaire et fraternelle », expose les racines et les horizons du CCFD-Terre Solidaire, puis détaille les orientations proposées.
Puisant son inspiration première dans l’Évangile, il réaffirme l’actualité du combat contre la faim et les mécanismes qui la provoquent. Il appelle à la mobilisation citoyenne pour la solidarité internationale et invite à renforcer le lien entre l’Ici et le Là-bas.
Le CCFD-Terre Solidaire réaffirme sa mission première : agir sur les causes structurelles de la faim, de la pauvreté et des inégalités, dans une perspective de solidarité internationale et en mettant en œuvre une dynamique de transformation sociale.
Le CCFD s’investit dans cinq champs thématiques, à partir d’une approche sur les droits et en ayant le souci de promouvoir le bien commun et le « vivre ensemble » : renforcer la sécurité et la souveraineté alimentaires ; s’engager pour une économie qui réponde à une exigence de justice et soit au service de tous les humains et du bien commun ; renforcer les sociétés civiles et l’action « politique » ; développer l’approche internationale des migrations ; travailler à l’instauration d’une paix durable au service du développement.
Deux enjeux transversaux viennent irriguer ces champs thématiques : la viabilité écologique et la justice environnementale, et l’égalité hommes-femmes.


> Pourquoi choisir une démarche de transformation sociale ?

En optant pour une démarche de transformation sociale, le CCFD-Terre Solidaire insiste sur les dimensions politiques, économiques, industrielles, agricoles, financières et culturelles qu’elle requiert, tout en promouvant l’épanouissement des capacités de relations, de solidarité et d’amour de chaque être humain. Le CCFD-Terre Solidaire veut agir sur les causes qui provoquent tant de processus de misère et de déshumanisation.
Cette exigence de transformation sociale vise également à obtenir un changement des mentalités et des pratiques personnelles et collectives, comme des structures qui sont à l’origine de situations négatives pour nous en tant que consommateurs et citoyens.


> Un nouveau concept : la « justice environnementale »

Les questions environnementales se sont imposées, au fil du temps, dans la réflexion de l’Église* sur le développement : l’ampleur des dérèglements environnementaux et climatiques et leur impact sur les projets de nos partenaires des pays du Sud sont tels aujourd’hui qu’il n’est plus possible de ne pas intégrer cette dimension. C’est pourquoi le Rapport d’orientation pointe « la viabilité écologique et la justice environnementale » comme un enjeu transversal qui doit aiguillonner notre réflexion et l’ensemble de nos actions.
Ces notions renvoient à la nécessité de faire émerger des modèles de développement alternatifs, compatibles avec l’exigence de réduction des inégalités sociales et de respect de l’équilibre global des écosystèmes.

Arlette Brégeard, CCFD Terre-Solidaire Haute-Savoie

Article paru dans Église d'Annecy - mars 2015

 

■■■ (*) Relire le dossier « L’Église et la création », n° 66-67 (juil.-août 2010).
Lire aussi, dans le numéro de décembre 2014, p.16-17 : « Changement climatique : la responsabilité des chrétiens ».



■■■ CARÊME 2015 : AVEC JUANA CORDOVA TOMA
Un temps pour changer notre rapport à la Création et à toutes les ressources qu’elle offre, changer notre rapport aux autres, aux plus proches comme aux plus lointains, c’est ce que propose la brochure du CCFD « Vivre le carême ».
Elle comprend trois têtes de chapitres. Primo, « Quand écologie et foi se rencontrent » : selon le mot du pape François, « Dieu a voulu cette Terre pour nous, mais pas pour que nous la transformions en sol désertique ». Second axe : « Habiter la Création, revenir à l’essentiel ». Et enfin : « Création et humanité au cœur du dessein de Dieu ».
À l’été 2012, le CCFD Rhône-Alpes proposait un voyage d’immersion au Mexique et au Guatémala ; de belles rencontres se sont faites (1).
En 2014, nous avons reçu Mgr Alvaro Ramazzini, évêque guatémaltèque de Huehuetenango, qui nous a partagé son expérience et des convictions fortes (2).
Cette année, Juana Cordova Toma sera notre invitée. Guatémaltèque, envoyée par l’association partenaire du CCFD « Fundacion Tierra nuestra », elle sera en Haute-Savoie du 18 au 22 mars*. Cette association a pour but de contribuer à la construction d’alternatives au modèle dominant, dans les zones rurales de la région occidentale du Guatémala. Elle vient en soutien des organisations du mouvement paysan et indigène, avec une réflexion critique sur la situation au Guatémala.

 

■■■ (1) Lire l’article de Marie-Hélène Barberot : « À la rencontre du peuple maya », n° 98, mars 2013, p. 13.
(2) Lire le n° 110, mars 2014, p. 14.
(3) Les dates des rencontres sont sur le site du diocèse et du CCFD-Terre Solidaire.