Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Sainte-Famille de la Mandallaz Paroisse Sainte-Famille de la Mandallaz

Mission Palestine 2017

Du 17 au 27 juillet 2017, 15 jeunes chrétiens missionnés par des paroisses ou mouvements catholiques de Haute-Savoie, sont partis à la rencontre de palestiniens et israéliens, œuvrant pour la paix, la justice et le développement de leurs territoires.
Louis DUBUS et Pauline GUILHON ont été envoyés par l’ASYME et la Paroisse « La Sainte Famille de la Mandallaz ».

 

Louis, 23 ans, étudiant en urbanisme                         Pauline, 30 ans, professeur des écoles

Voici nos « impressions à chaud » à notre retour. Pour commencer, comme vous l'avez peut-être suivi dans notre blog, http://blog.ccfdterresolidaire.org/rhone-alpes/ , notre voyage s'est très bien déroulé. Les maîtres mots qui le guidaient : « paix, partage, confiance et rencontres » ont été respectés !

Pauline

 Cependant, cette expérience est trop riche pour la résumer en quelques mots. J'espère pouvoir en discuter avec vous plus amplement, lors des futures rencontres que nous organiserons ! Et je vous renvoie à nouveau sur le blog. Je voudrais donc, dans un premier temps, simplement évoquer les pistes de réflexions sur lesquelles ce voyage me conduit aujourd'hui, en tant que chrétienne et citoyenne (chanceuse) d'un état dont la devise est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

En effet, j'ai retenu deux messages des palestiniens que nous avons rencontrés.

Le premier : « Témoignez de ce qu'il se passe en Israël et Palestine. ».

Mais aussi, l'étonnante réponse à notre question « Que pouvons-nous faire pour vous aider ? » : « Pensez à tout ce qui ne va pas dans votre propre pays avant tout, cherchez des solutions. » !

Une chose a également surpris certains d'entre eux : « Comment en vivant dans un état laïque, pouvez-vous aussi mal connaître les autres religions ? »... En écho a cette question, nos hôtes nous ont proposé un point de vue très ouvert et tolérant sur les croyants, qu'ils soient chrétiens, musulmans ou juifs. Pour eux, le conflit géopolitique qui divise leurs territoires, n'est pas un problème de vivre ensemble... A méditer !

Ainsi, en regard avec l'accueil chaleureux et très naturel des personnes que nous avons rencontrées, se pose la question de comment être plus ouvert aux autres, serviable, confiant, solidaire, compréhensif, tolérant, moins égoïste. Ou encore, en observant les inégalités, les privations de liberté, l'injustice, l'instrumentalisation des religions, la colonisation, dans ces territoires en conflits, est-il certain que la France soit si blanche de son côté ? Où en est la liberté de la presse ? De quelle manière cette presse influence-t-elle les citoyens ? Quelle est la position et le rôle réel de notre pays dans les problématiques d'autres états, voire même de nos territoires d'outre-mer (Guyane...)? Peut-on trouver des solutions dans les fractures de notre société ? Dans notre pays pourtant démocratique, comment régler la crise de la représentativité des citoyens, visible aux dernières élections ? Jusqu'à quel point la laïcité, si chère à notre pays, n'est-elle pas instrumentalisée au même titre que les religions dans certains états ? …

Enfin, sur le plan du développement durable, où se positionnent les français, au sein de leurs frontières, mais aussi au-delà, au travers de leurs choix de consommation et de leurs habitudes de vie. Beaucoup de sujets sur lesquels réfléchir et se sentir déstabilisé également. Je crois que certains palestiniens ont voulu nous faire comprendre que rien n'est acquis, et que c'est en luttant pour les droits de l'Homme et la Justice, même dans notre quotidien, qu'on peut avoir une influence sur les mêmes problématiques dans d'autres territoires. Et que nous en avons d'autant plus le devoir, dans un état où c'est encore un droit et une possibilité.

Un dernier point : nous avons tous été impressionnés par la leçon de lutte non violente face aux injustices, que les personnes que nous avons rencontrées, nous ont donnée. Pour plus d'informations et pour les futurs témoignages, n'hésitez pas à suivre les actualités sur le site Internet de votre paroisse ou du CCFD Haute-Savoie

Voici quelques mots pour décrire cette mission « Palestine » : Humiliation – Conflit – Colonies – Zones - Ignorance – Occupation Persévérance – Joie – Non-Violence – Paix – Justice Pour ma part, ce voyage en Palestine – Israël a été une expérience unique à la fois du point de vue personnel et spirituel.

Louis

Il m’a permis de mieux comprendre et de voir de mes propres yeux, le conflit et les inégalités entre les palestiniens et les israéliens qui existent depuis longtemps. Nous avons eu la chance de rencontrer des personnes formidables qui œuvrent pour la paix et la justice. La personne qui m’a le plus marqué est Abu Saqar, un bédouin qui a une persévérance extraordinaire avec tous ce qu’il a vécu. Son combat par la non-violence face à l’armée israélienne et les colonies pour garder les terres de ces ancêtres est un beau message d’espoir du peuple palestinien pour une future paix entre les 2 pays. Les 2 moments les plus marquants du voyage sont :

- Fête d’anniversaire du fils handicapé du propriétaire de l’hôtel où nous avons logé à Sabastya : C’était la première fois qu’il fêtait son anniversaire dans la rue avec les jeunes du village. Ils nous ont offert des bonbons et du gâteau puis ils nous ont invités à danser avec eux. Aucune barrière entre nous : que de la fraternité, du partage et de la joie. Même dans un climat de tension, les jeunes palestiniens continuent à vivre.

- Invitation spontanée à entrer et à manger dans une famille palestinienne alors que l’on marchait en groupe dans les rues du centre-ville de Naplouse. Je suis entré le premier dans la maison, ils m’ont invité à m’asseoir et à manger ce qui avait sur la table. Cet accueil m’a touché car il montre la générosité de ce peuple malgré des conditions de vie difficiles.

« Ils nous ont accueillis alors que l’on est des étrangers »