Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Marc du Parmelan Paroisse Saint-Marc du Parmelan

L'équipe de rédaction de Théolien en plein effort !

Sachez-le : l'équipe prend son travail très au sérieux et vérifie chacune de ses sources avant publication. Il en est également ainsi pour les recettes publiées dans chaque numéro. Nous vous devons le meilleur, nous testons donc pour vous ! Ainsi, nous pouvons vous certifier que cette recette de quiche à l'ail d'ours réalisée par Pépée (Aviernoz) est un vrai régal... Vous pourrez la découvrir dans le prochain Théolien à paraître début mars, ainsi qu'un dossier sur le travail aujourd'hui avec de nombreux témoignages...

Vous ne recevez pas Théolien ? Contactez la maison paroissiale pour nous le faire savoir.

 

Vous avez des suggestions d’articles de reportage … nous sommes à votre écoute !

Contacts : Marie-Noëlle Lavorel - courriel – Catherine Folgoas – courriel

 

 

L’ail des ours

 À la fin de l’hiver, au début du printemps, l’ail des bois fait surface et enivre ses environs d’une odeur légère d’ail. Cette plante pousse, en masse, dans les endroits ombragés et humides et/ou près des petits cours d’eau. Les premières feuilles apparaissent entre les mois de février et mars; les boutons floraux vers le mois d’avril; les fleurs blanches entre les mois d’avril et juin. L’ail des ours se cuisine comme le chénopode blanc, les épinards, l’oignon vert, l’ail frais ou l’aillet. Toutes les parties de la plante se consomment : feuilles, boutons floraux et fleurs.

ATTENTION ! La plante se multiplie par ses bulbes. Pour une récolte raisonnable, il suffit de couper les feuilles et fleurs à la base en laissant les bulbes en place. Ne prélevez que ce dont vous avez besoin pour votre consommation personnelle.

Ne pas le confondre avec le muguet ou le Colchique d’automne qui sont toxiques ! En cas de doute, abstenez-vous  !En effet, avant la floraison, les feuilles d’ail des ours ressemblent beaucoup à celles du muguet de mai et du colchique d’automne. Ces deux dernières sont plus tardives et toxiques! Par contre, question boutons floraux et fleurs… rien à voir! Celles de l’ail des ours sont blanches à 6 pétales regroupées en ombrelles, celles de la colchique sont roses à trois pétales tandis que celles du muguet sont blanches en forme de clochette en grappes tout le long d’une tige centrale.