Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Marc du Parmelan Paroisse Saint-Marc du Parmelan

Chemin d' espérance avec sainte Jeanne de Chantal

La paroisse Saint-Marc (Pringy) propose aux personnes ayant perdu leur époux ou épouse, des rencontres afin de partager sur les difficultés que sont la solitude, l'absence, le sentiment d'abandon ou, au contraire sur l'espoir nourri par la foi en la Résurrection du Seigneur.
  • Quand

    le 15/02/2018 de 15h00 à 17h30

  • Pringy Maison paroissiale

  • Participants

    Une proposition pour les personnes ayant perdu leur époux ou épouse.

  • Ajouter l'événement au calendrier

    vCal
    iCal

Rencontre le jeudi 15 février 2018 à 15h : " Chemin
d' espérance avec sainte Jeanne de Chantal "

" La paroisse propose aux personnes ayant perdu leur époux ou épouse, des rencontres afin de partager sur les difficultés que sont la solitude, l'absence, le sentiment d'abandon ou, au contraire sur l'espoir nourri par la foi en la Résurrection du Seigneur.

Cette première rencontre débutera par une conférence de Chantal Touvet spécialiste de St Françoise de Sales et Ste Jeanne de Chantal avec pour thème: "Sainte Jeanne de Chantal du deuil à l'espérance : quel message pour nous ? "

Le but de ces temps de partage est d'ouvrir un chemin d'espérance, de ressourcement et une touche de convivialité

Lieu : Maison paroissiale de Pringy, 46 rue du Champ Guarguan 74380

 

Co-fondatrice avec François de Sales de l'ordre de la Visitation, Jeanne de Chantal à 20 ans, épouse le Baron Christophe de Rabutin Chantal. Le mariage de Jeanne et de Christophe est une vraie et belle histoire d’amour. Ils s’installent au Château de Bourbilly, où Jeanne va déployer courage et savoir-faire pour remettre bon ordre à la gestion du domaine. De leurs six enfants, deux meurent à la naissance. Jeanne prend très au sérieux leur éducation : Celse- Bénigne sera le père de Madame de Sévigné ; Marie-Aimée épousera Bernard, le frère de François de Sales ; Françoise, la seule à survivre à sa mère, épousera le comte de Toulongeon ; Charlotte mourra à 9 ans. Le rayonnement de Jeanne s’étend au-delà de son foyer ; les pauvres bénéficient de sa bonté et de sa générosité. Elle distribue le pain en temps de famine, visite les malades, plaide en faveur de coupables. La prière et la messe quotidienne nourrissent en elle une foi vive et une charité active.
En 1601, terrible drame, son mari meurt stupidement dans un accident de chasse. A 28 ans, Jeanne se retrouve seule avec quatre jeunes enfants à élever. La douleur est si profonde que sa santé en est éprouvée. L’amour de ses enfants l’aide à faire face. En 1604, elle rencontre à Dijon François de Sales venu prêcher
le Carême. Elle apprend de lui à sanctifier sa vie de veuve, en étant fidèle à ses responsabilités de mère. Petit à petit, ayant organisé avec grand soin l’avenir de ses enfants, elle voit s’ouvrir devant elle une nouvelle voie, elle entend un nouvel appel du Seigneur. À partir de 1610, sa vie sera totalement consacrée à l’ordre de la Visitation Sainte-Marie.