Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Luc entre Fier et Mandallaz Paroisse Saint-Luc entre Fier et Mandallaz

Sacrement des malades

Célébration dans la paroisse le 27 novembre 2016

Le Sacrement des malades, le Sacrement de la tendresse et de la miséricorde de Dieu pour la personne qui souffre.

Dimanche 27 novembre, un dimanche “ensemble“ appelé parfois dimanche autrement

*A 9h00 les paroissiens sont venus participer, ce 27 novembre, 1er dimanche de l’Avent, à un temps de réflexion et de partage sur les sacrements en général et le sacrement des malades en particulier.

Temps toujours trop court, tellement c’est intéressant, enrichissant, prenant et porteur !

« Les sacrements sont des signes visibles du don gratuit (la grâce) de Dieu institués par le Christ et confiés à l’Eglise. Par les sacrements, le croyant entre et participe à la vie divine. Les rites visibles (eau, imposition des mains, onction…) sous lesquels les sacrements sont célébrés, signifient et réalisent les grâces propres de chaque sacrement (pardon de Dieu, vie de Dieu par le baptême, service des frères par l’ordination…)

L’Esprit Saint prépare aux sacrements par la Parole de Dieu. Les sacrements fortifient et expriment la foi, leur fruit, s’il est d’abord personnel contribue à la communion de toute l’Église « une âme qui s’élève, élève le monde  ».

L’Église célèbre les sacrements comme communauté structurée par les fidèles du Christ où chacun selon sa vocation particulière ; les ministres ordonnées (diacres, prêtres et évêques), catéchistes, lecteurs missionnaires…, assure la communion du Peuple de Dieu.

Les sacrements sont de 3 ordres : les sacrements de l’initiation (baptême, confirmation, eucharistie), les sacrements de guérison (pénitence et réconciliation, l’onction des malades), les sacrements au service de la communion (le sacrement de l’Ordre, le Mariage) » (Source : http://www.eglise.catholique.fr)

Le sacrement des malades comporte toujours la lecture biblique, puis le geste de l’imposition des mains et l’onction d’huile qui est signe de force de vie, sur le front, siège de la pensée, puis dans les mains qui travaillent et agissent !

Et après ? Le signe de l’amour de Dieu ne s’arrête pas à la célébration.

Saurons-nous rendre grâce à Dieu et dire notre joie à nos frères et sœurs ?

N’oublions pas que nous avons une mission comme tous les membres de l’Eglise : prier, unir nos souffrances à celles du Christ, savoir que notre courage et notre sérénité sont un témoignage pour notre entourage.

Si le Seigneur nous appelle au passage de la maladie à la mort, et de la mort à la résurrection, nous pouvons de mander le Viatique, c'est-à-dire la dernière communion à l’heure de notre mort.

Le sacrement des malades peut également être reçu à la maison, à l’hôpital ou en pélerinage entourés des membres de sa famille et d’amis.

*Après avoir participé à une réunion préparatoire avec Père Ludovic Bruley, plus de 20 personnes ont demandé à recevoir le sacrement des malades.

Au cours de la messe, animée par la chorale avec de beaux chants choisis, adaptés à la liturgie du jour et après la profession de foi, le Prêtre a fait, sur chaque malade, le geste de l’imposition des mains puis avec le St Crème “onctionné“ le front et les mains.

Au moment où Père Ludovic Bruley accomplissait au nom du Christ ces gestes remplis de sens, des “choses se passaient“, de fortes émotions, du recueillement, de la foi, de la profondeur, de la sérénité, de la tendresse (sourires de compassion, de soutien, mots dits du Célébrant,…courage… et réponse...merci… !) de la confiance, de l’espérance, de l’unité, du vivre sa foi ensemble…

Rendons grâce à Dieu !

Henri DUBOULOZ

Album photo

Homélie du père Ludovic