Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-François-de-Sales Paroisse Saint-François-de-Sales

Les églises

La paroisse Saint-François de Sales comprends six communautés et six églises, présentées ici...

Aviernoz

Eglise typiquement savoyarde de 1896, où le baptistère est en noyer massif.

 Le vieux cimetière d'Aviernoz, le cimetière du crêt des pierres,
cliquer ici pour découvrir son histoire, écrite par B. Convers.

Charvonnex

L’église construite sur l’emplacement d’une première église érigée en 1646. Elle possède deux documents ethnographiques : statues du XVIIè : Notre Dame de Toute Grâce, (probablement avant 1665), et Sainte Anne, et un bénitier datant de 1646,  fonts baptismaux de l’ancienne église.

 L'église de Charvonnex a fait l'objet d'une rénovation importante. La municipalité de son côté a mis aux normes une installation électrique vétuste, et pris en charge le crépissage intérieur et les peintures. De son côté la paroisse s'est chargée du mobilier, des luminaires, et de la sonorisation. Le crépissage extérieur, la zinguerie, le consolidation des vitraux par du verre sécurit, financés par la municipalité, donnent au batiment une belle architecture. D'autre part, l'aménagement de la place par la municipalité permet d'avoir un espace convivial et agréable.

Vous êtes invités à aller voir l'album photos de l'inauguration le 26 juin 2011.Historiques de l'église cliquer ici pour plus de renseignements

Groisy

La première église de Groisy, sous le vocable de Saint Eucher,  date de 1410. Ce monument a pris sa forme actuelle en 1923 par la reconstruction du clocher détruit par un incendie. Une flèche gothique remplace le clocher à bulbe de 1766 qui avait été arasé à la Révolution. Il existait également des chapelles comme celle de Saint Hilaire dont il reste le fronton daté 1632-1863 et celle de Flagy (1696-1793) dont on peut voir le bénitier sur le bâtiment devenu une habitation.

L’autel du fond du chœur a été construit en 1864. On remarque deux belles statues situées de part et d’autre : Saint Just à droite, et Saint Eucher à gauche. Le maître autel porte également les 4 évangélistes.

L’église de Groisy possède  un tableau de la Vierge à l’enfant, près de la Chapelle dédiée à Notre Dame. Ce tableau a été acheté en 1874 après avoir achevé les stalles du chœur (quelque soit l’endroit où l’on se trouve, l’enfant Jésus semble nous regarder). 

Site de la commune : www.groisy.fr

Les Ollières

Le nom en latin "Ollariae" signifierait un territoire aux marais encaissés pleins de creux et ravins où le sol figure comme de grandes marmites. Ce nom n’apparaît d’ailleurs que tardivement (XIème-XIIème siècle) bien qu’on ait trouvé, au chef-lieu, des tuiles et des débris romains ainsi qu’une fiole de verre au hameau de LA TOUR.
Cette commune est située dans la vallée de la Fillière à une altitude de 690m, à 10 km au nord-est d’Annecy. Sa superficie est de 1164 hectares.
Site de la commune : www.les-ollieres.fr

Le chœur de l’église date de 1508. L’église possède quatre belles statues : La Vierge, Saint Joseph, Le Sacre Chœur, Saint François de Sales, Saint Louis de Gonzague ?, un baptistère, datant du XVIIIè siècle, une belle porte de tabernacle. On peut admirer le parquet du chœur datant des années 1845.

Le chemin de croix réalisé en 1954-1955 par un peintre sculpteur et potier, Jacques Boulier

Saint-Martin-Bellevue

L'église de Saint-Martin, sis au Chef lieu

Le plus ancien état des bénéfices ecclésiastiques du diocèse de Genève qui nous soit parvenu, le  " pouillé " de 1365, mentionne la paroisse du Mont de Saint-Martin avec un revenu de 28 Livres. En 1411, le compte-rendu de la visite épiscopale du 18 juillet fait état d’un revenu de 70 florins et d’une population répartie en 80 feux. Saint-Martin est déjà une paroisse importante incluant en annexe l’église de Charvonnex. 
Cette église qui existait déjà en 1365, a été rénovée au 15e siècle.
Elle subsistera ainsi jusqu’en 1825, époque durant laquelle elle sera restructurée pour donner l’église  "sarde" actuelle. Cette église possède un retable baroque. En entrant dans cette église, vous êtes invités à contempler une toute petite partie de ce qu’il y a dans le Ciel, près de Dieu : tout en haut, au-dessus des nuages, la Vierge Marie (cf. dogme de l’Assomption 1950) ; au centre saint Martin, évêque de Tours. C’est d’ailleurs très rare qu’il soit représenté en évêque. Urbain II avec sa tiare (couronne des papes), l’évangile et une épée ; saint Louis, roi de France. Plus bas, au centre, le tabernacle rappelant la présence discrète du Christ ressuscité avec sa gloire en forme de soleil.La présence des anges (enfants ailés) nous dit bien qu’on veut nous montrer le ciel.

Eglise possède un retable baroque arrivé à Saint Martin lors de la Révolution Française. Il a été acheté Place aux bois comme bois de chauffage. Dans un premier temps il a été dissimulé dans les granges. Le calme revenu, il a été installé dans l’église

Site de la commune : www.stmartin-bellevue.fr/#

La chapelle de Mercier dédiée à la Visitation.
cliquer ici pour plus de renseignements.

Thorens-Glières

Cadre familial de François de Sales, lieu de sa naissance, de son baptême et de sa consécration épiscopale où, écrira-t-il à Jeanne de Chantal, « ce jour-là, Dieu m’avait ôté à moi-même pour me prendre à lui et me donner au peuple c'est-à-dire qu’il m’avait converti de ce que j’étais pour moi à ce que je fusse pour eux ». C’est en ce lieu que François de Sales a eu l’intuition spirituelle de fonder une congrégation, lieu de la vocation d’un fondateur qui savait lire dans la nature et l’humanité les signes de la présence divine.

Église paroissiale
Madame de Boisy a appris au tout jeune François à prier dans un cœur à cœur avec Dieu et lui a fait découvrir la profondeur de son amour. A voir les fonts baptismaux où a été baptisé François de Sales au lendemain de sa naissance le 27 août 1567. Il a été sacré évêque dans ce même sanctuaire le 8 décembre 1602.

La chapelle de Sales a été érigée en 1672 sur l’emplacement de la chambre où naquit François de Sales. Le château de Sales a été détruit en 1630 par le roi de France Louis XIII. Le château actuel appartient toujours à la famille de François de Sales et se visite. Une exposition y est dédiée à François de Sales. Contact pour les visites courriel - site : www.chateauthorens.fr