Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Jean Bosco en Chablais Paroisse Saint-Jean Bosco en Chablais

Voyage en Inde

Nous étions vingt-trois personnes des paroisses St Jean Baptiste de Douvaine et St Jean Bosco de Bons, de Thonon et de la Vallée Verte à prendre le vol Genève- New-Delhi : destination l’Inde pour 2 semaines, du 16 au 30 janvier.

Au pays des Maharajas

Nous étions vingt-trois personnes des paroisses St Jean Baptiste de Douvaine et St Jean Bosco de Bons, de Thonon et de la Vallée Verte à prendre le vol Genève- New-Delhi : destination l’Inde pour  2 semaines, du 16 au 30 janvier.

A l’origine de ce voyage, le P. Scaria, natif du Kérala, missionnaire de St François de Sales en poste à Douvaine et Bons. A l’automne 2016, il nous proposait ce voyage au cours d’une célébration. Cinq personnes de notre paroisse ont répondu à son invitation : Marguerite Jacquier et Denis Jordan de Lully ; Marcel Charmot de St Didier; Jean-Claude et Marylène Trolliet de Bons.

Notre périple commence à New Delhi, capitale grouillante où se mêlent dans un impressionnant tintamarre de klaxons, touk- touk (taxi traditionnel), vélos, motos « familiales », voitures, bus ouverts, camions décorés comme des fleurs, chèvres et vaches errantes! Chacun de nous ouvre grands ses yeux devant tant de désordre apparent  et craint à tout moment un accrochage qui n’arrivera jamais, grâce au talent des chauffeurs indiens résumé ainsi. « Pour conduire en Inde, trois principes : de bons freins, un bon klaxon et de la chance ! »

Après un parcours dans le triangle d’or, Delhi, Jaipur, capitale rose du Rajasthan et Agra où s’élève le célèbre Taj Mahal, joyau de l’architecture moghole, nous avons rejoint le Kérala ( Kera = noix de coco ; la = région),« jardins des épices » de l’Inde, au sud-ouest du pays, où la température dépasse les 30 degrés ! En plein mois de janvier pour des Hauts-Savoyards, c’est déjà un dépaysement !

A Cochin, grand port industriel,  nous avons visité l’église St Thomas (première église chrétienne en Kérala), fondée par l’apôtre Thomas venu en 52, évangéliser l’Inde.

Le Père Scaria nous a ouvert les portes du séminaire  des missionnaires de St François de Sales, où il a fait ses études. Une cinquantaine de séminaristes étudient aujourd’hui et, qui sait ? L’un d’entre eux viendra peut-être un jour prendre sa suite dans notre diocèse…

Les deux dimanches passés là-bas nous ont aussi permis de participer aux célébrations de l’Eucharistie, suivant le rite Syro-Malabar du Kerala. 200 enfants assis devant, des servants d’autel chantant une partie de l’office, les femmes très élégantes dans leurs saris  et les hommes séparés, le bruit des ventilateurs, qui nous aident à supporter la chaleur étouffante dans une salle sans fenêtres, des chants rythmés nous ont transportés dans une ambiance très festive et priante; plusieurs d’entre nous n’ont pu retenir leurs larmes devant tant de foi et de ferveur !

Puis, dans cette région, où le taux d’alphabétisation est le plus fort de l’Inde, pour les hommes comme pour les femmes, nous avons eu le privilège de visiter plusieurs écoles catholiques. L’uniforme porté par tous les écoliers du primaire au lycée, ne freine en rien leurs sourires et leurs cris de joie à l’arrivée de personnes à la peau bien blanche ! Notre émotion fut très grande à l’écoute de leurs chants et prières pour nous souhaiter la bienvenue.

 Plantations de thé, d’ananas, d’arbres à caoutchouc, jacquiers, manguiers, bananiers recouvrent cette région au climat chaud et humide. Balade à dos d’éléphant, nuit et promenade en « house boats » sur les Backwaters ont pimenté notre séjour. Les danses traditionnelles et la cuisine épicée, les temples magnifiques et leurs pèlerins si nombreux, ont complété notre découverte.

L’Inde dans son ensemble, où se mêlent juifs, chrétiens, musulmans, boudhistes et les hindous pour 80% de la population, nous donnent un bel exemple du vivre ensemble, dans un grand respect des coutumes de chacun et un sens de l’accueil inoubliable. Quel rafraîchissement après de longues heures de bus, d’être reçu par une charmante indienne qui nous pose sur le front un point de poudre de santal, et nous salue par l’incontournable « Namasté ! » ( bonjour )

Nous retiendrons de l’Inde, son hospitalité, ses couleurs, dans les villes, les marchés, le sourire et la beauté des femmes dans leurs saris colorés. Les Indiens nous ont donné une leçon de simplicité et de tolérance, un grand sens de la famille et malgré la rigidité des castes, le goût et la fierté de travailler et surtout une confiance dans la vie, grâce à la pratique de leur religion au quotidien.

Un immense « nani » ( merci) au Père Scaria et aux accompagnateurs, qui nous ont offert l’occasion  de découvrir ce grand pays si différent du nôtre. Ils  ont été « aux petits soins » pour nous pendant ces deux semaines, qui resteront gravées dans nos mémoires.

Album.photos