Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Saint-Jean-Baptiste en Chablais Paroisse Saint-Jean-Baptiste en Chablais

YVOIRE

Église consacrée à Saint Pancrace.

Un peu d’Histoire

Tirée du livre "Histoire des Communes du Chablais" 
de Mr H.Baud et Mr J.Y.Mariotte
édité en 1980 aux éditions Horvath

L'église d'Yvoire n'a pas d'unité de style; mais garde le témoignage des nombreux travaux de réparations;
de transformations et d'agrandissements qu'elle a subi au cours des siècles.

Le chœur; partie la plus ancienne; date du XlVe siècle; époque de la fortification du village. Des chapelles latérales dédiées au Saint-Esprit et à Saint Just; dont la trace a été retrouvée récemment; devaient exister au XVe siècle (à gauche de la petite porte dans le collatéral droit).

Au XVle siècle; construction de la nef et des deux collatéraux non voûtés; mais avec un plafond plat comme le sont toutes les grandes basiliques romaines de la même époque.

Les deux piliers intérieurs massifs et le vestibule d'entrée actuel suppor­tant le clocher et rallongeant d'autant l'église ont été construits en I854·

Fondée par les chanoines réguliers de l'abbaye de Filly (hameau de Sciez à 5 Kms d'Yvoire) l'église est consacrée à Saint Pancrace dont le martyre figure au plafond de la nef centrale.

Entre 1536 et 1598 le Chablais pris par les Bernois est converti d'office à la religion réformée reflet des luttes politiques de l'époque.

En 1598 St Fran­çois de Sales, qui figure sur un vitrail moderne à droite, ramena par la douceur et la persuasion le Chablais dans le giron de l'Église de Rome. Mais l'église est en triste état; le chœur n'a plus ni toit; ni voûte; pas de cloche. La voûte actuelle du chœur date de la fin du XVIIe siècle.

De 1685 à 1714 et de 1725 à 1753; les prêtres s'attachent à or­ner l'église: on installe un autel baroque surmonté d'un retable avec colonnes torses et chapiteaux à volutes d'acanthe peints à la feuille d'or. L'ensemble fut démonté en 1829 pour faire place à l'autel actuel en marbre. Seule est demeurée "La Vierge à l’enfant" en bois doré du XVIIe siècle (au dessus du tabernacle).

Le bénitier à l'entrée de l’église; qui porte la date de 1670; vient de l'ancienne abbaye de FilIy. La Vierge de Lourdes a été mise en place en 1926 à la suite d'un pèleri­nage de la paroisse à Lourdes; en reconnaissance de la guérison de M. l'abbé Dubois; curé de l'époque; gravement malade.

En 1959; M. l'abbé Bastian (dernier curé résidant à Yvoire) effectue une grande réfection de l'église: notamment les colonnes massives rectangulaires ont été remplacées par les colonnes cylindriques actuelles assurant surtout plus de visibilité L'autel en marbre a été repoussé contre le mur sans aucune modification.

L’ouverture dans le mur épais séparant la nef du chœur; jusque là légèrement désaxée (symbole traditionnel de la tête penchée sur le côté du Christ en croix) est agrandie. La décoration intérieure de l'église est entièrement refaite.

Plus récemment; la table d'autel a été avancée pour permettre la célébration de la Messe par le prêtre face aux fidèles; conformément aux directives du Concile Vatican  II.

La dernière restauration est celle du clocher. Le clocher actuel construit entre I856 et I858 appartient à la lignée des clo­chers à bulbes qui caractérisent l’architecture religieuse savoyarde de la fin du XlXème siècle. Initialement couvert de fer étamé; la municipalité a envisagé sa restauration dès I983 pour lutter contre la rouille. En I989; les travaux débutent; le clocher est alors recouvert d’acier inoxydable type FI7.

Le coq et la boule situés à son sommet sont couverts de feuilles d’or. En effet; le dernier batteur d'or de France se trouve à Excenevex (à 3 km d'Yvoire).